SAINT-LÉON ARTHUR (1821-1870)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Danseur, chorégraphe et violoniste français, né le 17 septembre 1821 à Paris, mort le 2 septembre 1870 dans cette même ville.

Fils du danseur Léon Michel, qui fut l'assistant de Pierre Gardel à l'Opéra de Paris et avait adopté le patronyme de Saint-Léon, le jeune Arthur Michel passe la plus grande partie de son enfance et de son adolescence à Stuttgart, où son père est maître de ballet à la cour d'Allemagne. Très tôt, il fait preuve de dons remarquables pour la danse. Formé tout d'abord par son père, il étudie ensuite avec François Decombe, dit François Albert, ancien danseur de l'Opéra de Paris devenu maître de ballet à Bruxelles et réputé pour sa capacité à développer la virtuosité chez ses élèves. Si la danse demeure la première ambition d'Arthur Saint-Léon, il se révèle aussi très tôt doué pour le violon, qu'il aurait étudié sous la direction de Joseph Mayseder puis de Niccolò Paganini.

Le jeune Saint-Léon fait ses débuts de danseur sur la scène du théâtre de la Monnaie à Bruxelles en 1838-1839. Il danse ensuite à Vienne et à Milan, avant d'être engagé en 1843 à Londres, où il est acclamé pour sa fabuleuse technique. C'est là qu'il croise le chemin de la ballerine Fanny Cerrito, alors au début de sa carrière. Les deux danseurs s'accordent à merveille et deviennent l'un des couples vedettes de la scène londonienne pendant plusieurs années. En 1844, ils créent ensemble La Vivandière sur la scène parisienne, ballet qui obtient un vif succès. Ils se marient l'année suivante à Paris.

À partir de 1847, Saint-Léon et Cerrito sont engagés pour trois saisons à l'Opéra de Paris, où Saint-Léon composera une version plus développée de La Vivandière, remarquable pour son éblouissant pas de six. En 1849, dans Le Violon du diable, non content d'exceller comme danseur et chorégraphe, il joue également du violon au cours d'un pas de deux avec Cerrito. Il produira deux autres ballets dans lesquels ils apparaissent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancienne responsable de la section crustacés du département d'histoire naturelle du British Museum, Londres, éditrice

Classification


Autres références

«  SAINT-LÉON ARTHUR (1821-1870)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Les jolies mortes : « La Sylphide », « Giselle » »  : […] Les conditions historiques seront pourtant bientôt réunies pour une renaissance profonde du ballet. La Révolution et l'Empire ont passé. Sous l'influence croissante d'une Église qui empêche les paysans de danser et qui fait fermer l'Opéra de Paris, la Restauration favorise l'apparition d'un nouveau type de danseuse. Certes, Geneviève Gosselin était déjà montée sur pointes, mais Marie Taglioni don […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_15136

CHORÉGRAPHIE - L'art d'écrire la danse

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 173 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  « Danser à livre ouvert » »  : […] Dans le dessein d'enseigner les principes de la danse, de les transcrire graphiquement par signes distinctifs, de proposer diverses entrées de bal et ballet de Louis Pécour, Raoul-Auger Feuillet publie, en 1700, Chorégraphie, ou l'Art de décrire la dance par caractères, figures et signes démonstratifs . En haut de page, il note sommairement sur une ou deux portées la musique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choregraphie-l-art-d-ecrire-la-danse/#i_15136

Pour citer l’article

Isabella GORDON, « SAINT-LÉON ARTHUR - (1821-1870) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-saint-leon/