PETIPA MARIUS (1818-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille de danseurs, né à Marseille, Marius Petipa est, avec ses frères Lucien et Jean, élève de son père Jean-Antoine. Il paraît pour la première fois sur scène au théâtre de la Monnaie de Bruxelles dans la Dansomanie de Pierre Gardel (1832). À Paris, il est le partenaire de Carlotta Grisi (1838) et travaille avec Auguste Vestris octogénaire. Il se rend aux États-Unis en 1839, et présente çà et là quelque douze ballets de sa composition. Premier danseur à Bordeaux puis à Madrid (1846), il est engagé au théâtre Marie de Saint-Pétersbourg (1847), où il reste jusqu'à la fin de sa vie. Il y fait d'abord une brillante carrière comme soliste, puis, nommé maître de ballet en remplacement de Jules Perrot (1859), il acquiert une célébrité mondiale par ses ballets, montés parfois en collaboration avec le danseur Lev Ivanov et les décorateurs Levogt et Botcharov. Ses principaux interprètes sont M. Kchessinska, P. Legnani, E. Sokolova, P. Gerdt et N. Legat. Ses œuvres les plus caractéristiques sont, parmi les ballets en un acte : Un mariage sous la Régence (musique de C. Pugni, 1858), Les Saisons (A. Glazounov, 1900) ; parmi les ballets en plusieurs actes : Don Quichotte (L. Minkus, 1869), La Belle au bois dormant (1890), Casse-Noisette (1892) et Le Lac des cygnes (1895) — tous trois sur des musiques de P. I. Tchaïkovski —, Raymonda (Glazounov, 1898).

Les ballets de Petipa sont essentiellement des divertissements féeriques répondant aux goûts du public de l'époque (solistes en tenue académique et corps de ballet en costume historique). Ses pas de deux, ses variations de solistes, le déploiement du corps de ballet relèvent d'une technique classique élaborée, dont le style très pur est toujours un élément de succès pour les danseurs. Petipa est considéré comme le « père » de l'école russe, dont la tradition se perpétue.

—  Jane PATRIE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PETIPA MARIUS (1818-1910)  » est également traité dans :

LA BELLE AU BOIS DORMANT (M. Petipa)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 210 mots

Chorégraphe français installé à Saint-Pétersbourg et nommé à la direction des Ballets impériaux, Marius Petipa (1818-1910) peut être considéré comme le véritable père de la danse classique russe. Parmi un nombre considérable de ballets, on retiendra D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-belle-au-bois-dormant/#i_4836

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Marius Petipa »  : […] Présent plus d'un demi-siècle en Russie, Marius Petipa devient la figure dominante du ballet. Sa collaboration avec Tchaïkovski, à partir de 1890, puis avec Glazounov ( Raymonda , 1898) et le soin avec lequel il forme ses danseurs expliquent son succès. Ses œuvres seront interprétées par sa femme, Maria Surovshchikova, par Maria Muravieiva, Yekaterina Vazem, Yevgenia Sokolov […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ballet/#i_4836

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 693 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Vers une chorégraphie « autonome » »  : […] En effet, le ballet romantique développe dans ses créations une sorte de « feuilletage » composé en deux ou plusieurs actes ( Giselle applique ce modèle en deux actes ; Le Lac des cygnes , en quatre actes) qui se succèdent selon le modèle suivant : l'acte I, réaliste ou prosaïque, développe la pantomime pour situer et faire avancer la narration ; l'act […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choregraphie-l-art-de-creer-les-gestes/#i_4836

MONTALVO JOSÉ (1954- )

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 432 mots

Dans le chapitre « Un langage bariolé »  : […] Les chorégraphies du tandem Montalvo-Hervieu sont éminemment cocasses. Ce sont des danses spontanées, fraîches et néanmoins virtuoses, qui se confrontent à des images oniriques et facétieuses. Le montage est si précis que la scène se transforme en un univers parallèle où l’on ne distingue plus l’image virtuelle de la présence charnelle des danseurs. Le tout est enlevé à un rythme étourdissant, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-montalvo/#i_4836

NIJINSKI VASLAV (1889-1950)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années d'apprentissage »  : […] Fils cadet de Tomasz Lavrentievitch Nijinski (1862-1912) et d'Eleonora Nicolaievda Bareda (1856-1932), danseurs polonais, Vaslav Fomitch voit le jour le 12 mars 1889 à Kiev, en Ukraine. Mais sa naissance n'est officialisée que le 12 décembre 1889 à Varsovie, lors de son baptême catholique. De son père brillant interprète, Vaslav hérite des hautes pommettes et des yeux en amande, indices d'une orig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaslav-nijinski/#i_4836

NOUREEV RUDOLF (1938-1993)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 2 294 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un chorégraphe académique »  : […] Auteur de quelques ballets peu convaincants –  Tancrède (musique de Hans-Werner Henze, 1966) Manfred (musique de Tchaïkovski, 1979) , La Tempête (musique de Tchaïkovski, 1982) , Washington Square (Musique de Charles Ives, 1985) – Noureev remonte surtout des œuvres de Petipa : le troisième acte, en 1963, puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-noureev/#i_4836

Pour citer l’article

Jane PATRIE, « PETIPA MARIUS - (1818-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marius-petipa/