DELIBES LÉO (1836-1891)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur français Léo Delibes fut le premier à écrire de la musique de grande qualité pour le ballet. Son travail symphonique innovant en la matière inspira des compositeurs mieux reconnus, et son influence transparaît dans l’œuvre de Tchaïkovski et d’autres compositeurs qui écrivirent pour la danse. Sa musique, légère, gracieuse, élégante et parfois teintée d’exotisme, reflète bien l’esprit du second Empire.

Clément Philibert Léo Delibes naît le 21 février 1836, à Saint-Germain-du-Val (La Flèche), dans la Sarthe. Il étudie au Conservatoire de Paris auprès d’Adolphe Adam, compositeur d’opéras-comiques et de ballets. Recruté au Théâtre-Lyrique comme pianiste accompagnateur en 1853, il occupe le poste de deuxième chef de chœur à l’Opéra de Paris à partir de 1864. Nommé professeur de composition au Conservatoire en 1881, il devient membre de l’Institut trois ans plus tard.

Parmi ses premières œuvres produites figurent des opérettes, des pastiches et des farces pour lesquelles il s’associe à Jacques Offenbach et à d’autres compositeurs d’opéras-comiques. Delibes collabore également avec Léon Minkus pour le ballet La Source (1866), dont le succès lui vaut des commandes pour deux ballets de plus grande ampleur : Coppélia, ou la Fille aux yeux d’émail (1870), d’après L’Homme au sable, un conte d’E.T.A. Hoffmann, et Sylvia, ou la Nymphe de Diane (1876), tiré d’un thème mythologique. Parallèlement, Delibes affine son écriture lyrique. Après l’opéra-comique Le roi l’a dit (1873), il signe deux opéras, Jean de Nivelle (1880) et Lakmé (1883), son chef-d’œuvre, d’après une nouvelle de Pierre Loti. Célèbre pour son « Air des clochettes » (pour soprano colorature) et son « Duo des fleurs », Lakmé comporte des scènes orientales illustrées par une musique qui innove par son exotisme. Delibes compose également des pièces sacrées – il sera organiste d’église de 1853 à 1871. Certaines de ses mélodies, comme Les Filles de Cadix, évoquent le style de Georges Bizet. Léo Delibes meurt le 16 janvier 1891, à Paris.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« DELIBES LÉO - (1836-1891) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-delibes/