ARTÉMIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré son nom probablement d'origine anatolienne, le lien qui unirait Artémis à la partie non hellénique de l'Asie Mineure est loin d'apparaître clairement. Son appartenance de longue date au monde grec ne saurait, en revanche, faire de doute, comme l'attestent poèmes et hymnes homériques. Fille de Déméter selon certaines traditions, elle est toutefois plus généralement tenue pour la fille de Zeus et de Lêtô, et pour la sœur jumelle d'Apollon, dont elle possède, si l'on ose dire, tous les traits, mais au féminin ; à tel point que l'on peut considérer les deux Olympiens comme les deux figures opposées et complémentaires (masculin-féminin, esprit-nature) d'une même entité divine (voir sur ce point les thèses de Nilsson et de W. F. Otto).

Artémis

Dessin : Artémis

Sœur jumelle d'Apollon, Artémis est une déesse vierge et restée sauvage. Munie d'un arc, elle chasse les cerfs et parfois les hommes, tout en protégeant les Amazones. De nombreuses légendes de chasse évoquent Artémis. C'est la déesse des animaux sauvages, dont les sanctuaires sont... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ortygie, premier nom de Délos, est le plus souvent citée comme lieu de sa naissance et lui sert parfois de surnom : née la première, Artémis aurait aussitôt aidé sa mère à accoucher d'Apollon. Mais Ortygie veut aussi dire la caille, oiseau migrateur que les Grecs voyaient revenir sur leurs rivages avec le printemps et qu'ils associaient à la déesse. Avec le lion, l'ours, la panthère et le cerf, elle est un symbole pour celle qui vit à l'écart des mortels, se plaisant seulement à courser et à chasser, munie de son arc redoutable, les animaux sauvages des régions boisées et montagneuses de la Grèce (Arcadie, pays de Sparte, Laconie, montagne de Taygète) ; vierge farouche, indomptable, éternellement jeune, elle punit cruellement ceux qui osent s'aventurer sur ses territoires (Orion et Actéon), ou celles de ses compagnes, les Nymphes, qui se laissent séduire par Aphrodite, son ennemie jurée (Callisto et Taygète, in Euripide, Hippolyte).

La « Dame aux fauves » des monuments crétois, la « Pure » (hagnê), comme dit Homère, est, parmi les mortels, la souveraine des femmes : « Zeus a fait d'elle un lion parmi les femmes » (Iliade, XXI). Comme telle, elle les protège (ainsi les Amazones) et leur vient en aide dans les douleurs de l'enfantement. Elle veille aussi sur les nouveau-nés et les jeunes enfants et on la vénère comme nourrice (Kourotrophos) : la fête des tithénidies (tithênidia, nourricière) lui est consacrée à Amyclès, près de Sparte. Mais, déesse des femmes mortes en couches et des morts subites, elle frappe de ses traits foudroyants celles qui l'ont offensée. Ses vengeances sont terribles : ainsi, en compagnie de son frère, elle tue les enfants de Niobé, coupable d'avoir insulté Lêtô (Latone) ; ainsi, elle retient au port la flotte d'Agamemnon et exige le sacrifice d'Iphigénie, la fille du roi, trop vaniteux chasseur : réminiscence à la fois du temps où son culte était marqué par des sacrifices humains et de la suppression de cette pratique puisque Iphigénie, selon certaines versions de la légende, fut finalement épargnée et devint desservante de la déesse en Tauride.

Enfin, comme Apollon, Artémis est porteuse de lumière (phosphoros) : au dieu qui personnifie le Soleil et la clarté du jour correspond la déesse qui éclaire la nuit, celle qui brandit la torche (Sophocle, Œdipe à Colone) et qui est souvent identifiée à la Lune. À ce trait se rapporte sa qualité de guide ailée qui l'apparente à Hermès : elle montre le chemin aux voyageurs et aux fondateurs de cités l'emplacement propice. En Grèce, son principal sanctuaire est à Éphèse. En Italie, où son culte pénètre dès le ~ vie siècle, il assimile et recouvre un culte plus ancien et plus pauvre, celui de la Diane italique et romaine ; mais il y aura loin de la conception latine à l'idée grecque de la Nature.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification

Autres références

«  ARTÉMIS  » est également traité dans :

ACTÉON

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 334 mots
  •  • 1 média

Par son père, Aristée, Actéon (Aktaion : « Celui qui appartient au rivage ») descend d'Apollon et de Cyrène, une nymphe thessalienne, arrière-petite-fille d'Océan et de Gaïa. Par sa mère, Autonoé, il descend d'Harmonie, fille d'Arès et d'Aphrodite, et de Cadmos, fils de Libye et de Poséidon. Élevé par le centaure Chiron qui avait favorisé l'union de ses grands-parents paternels et, peut-être auss […] Lire la suite

ARÉTHUSE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 129 mots

Nymphe de la mythologie grecque qui donna son nom à une fontaine d'Élide et à une autre fontaine dans l'île d'Ortygie, près de Syracuse. D'après Les Métamorphoses d'Ovide, le dieu-fleuve Alphée aperçut Aréthuse, qui faisait partie de la suite d'Artémis, alors qu'elle se baignait dans ses eaux ; il s'éprit d'elle et la poursuivit après avoir pris la forme d'un chasseur. Artémis changea Aréthuse en […] Lire la suite

DIANE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUMONT
  •  • 1 001 mots

À Rome, Diane n'a pas été, à l'origine, tenue pour une déesse indigène ; son premier sanctuaire est érigé sur l'Aventin, donc sans doute à l'extérieur du pomoerium primitif, et Varron la fait figurer dans une liste de dieux qu'aurait, postérieurement à la fondation, introduits le Sabin Titus Tatius. Elle ne vient pourtant pas de loin. Son nom, Diana , est assurément latin : formé sur l'adjectif d […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Enrichissement du panthéon »  : […] Cependant deux facteurs nouveaux interviennent et exercent des actions contradictoires. D'une part, les Doriens (un nouveau ban de Grecs, donc d'Indo-Européens) accusent le caractère indo-européen de la religion, assurant derechef aux dieux une certaine prépondérance sur les déesses, ce qui donne au panthéon son équilibre définitif : Zeus passe au tout premier plan, tandis qu'un dieu plus chthonie […] Lire la suite

IPHIGÉNIE, mythologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 160 mots
  •  • 3 médias

Dans la mythologie grecque, fille aînée d'Agamemnon et de Clytemnestre. Lors de la guerre de Troie, son père dut la sacrifier à Artémis pour obtenir de la déesse qu'elle fît cesser le calme (ou les vents contraires) qui retenait en Aulide la flotte des Achéens. Dans certains endroits, on l'identifiait à Artémis, et quelques auteurs anciens prétendaient qu'Iphigénie était à l'origine la déesse Héca […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Le monde gréco-romain

  • Écrit par 
  • John SCHEID, 
  • Giulia SISSA, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  • , Universalis
  •  • 4 800 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les puissances majeures »  : […] Au sommet de l'Olympe, dominant l'Univers, Zeus souverain, maître du Ciel, Père des dieux et des hommes, avec son épouse légitime, l'irascible Héra, la royale, sa propre sœur ; ensuite, les deux frères du prince : Poséidon, seigneur de toutes les eaux, des rivières, de la mer, du fleuve Océan, dont le flux ceinture le monde, Ébranleur du sol, maître des chevaux ; puis Hadès, dont le lot est de ré […] Lire la suite

Les derniers événements

10 mai 2005 États-Unis – France. Jugement civil dans l'affaire Executive Life

Dans le cadre du volet civil de l'affaire Executive Life, le jury du tribunal fédéral de Los Angeles juge le holding du groupe français Pinault, Artémis, responsable d'avoir participé à une conspiration qui a lésé les quelque 300 000 clients de la compagnie d'assurance-vie californienne. Toutefois, le jury disculpe François Pinault de toute responsabilité personnelle. […] Lire la suite

7 mai - 6 juin 2003 République démocratique du Congo. Intervention de l'O.N.U. contre les violences ethniques en Ituri

La mission de l'opération Artémis est de protéger la ville de Bunia et son aéroport afin d'appuyer la M.O.N.U.C.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « ARTÉMIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/artemis/