ARCHITECTURE (Thèmes généraux)L'architecte

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Renaissance et Temps modernes

L'autonomie de l'architecte face aux différentes professions du bâtiment est le résultat d'une lente évolution, amorcée au xve siècle en Italie et qui se poursuit jusqu'à la fin de l'Ancien Régime en France : deux époques déterminantes de l'histoire du monde occidental, où la réflexion sur le rôle de l'individu dans la société, et plus précisément celui de l'artiste, précéda la formulation officielle d'une spécificité socioprofessionnelle. Il aura fallu quatre siècles pour que s'affermissent les positions de l'architecte face à l'ingénieur, à l'édile ou au patron (nous utilisons ce terme dans son sens anglais), mais aussi face aux professions corporatives de la construction, tailleurs de pierre, maçons, conducteurs de travaux, charpentiers, et, plus tard, à l'entrepreneur. Que certains représentants de ces professions aient pu s'attribuer le titre d'architecte, ou être nommés tels dans les pièces d'archives, du xve au xviiie siècle, montre à la fois l'ambiguïté d'une discipline naissante et son aura sociale montante.

L'architecte des Temps modernes dut faire admettre le primat de la pensée, de la gratuité de la conception esthétique sur la maîtrise d'une technologie qu'il assimile désormais aux moyens techniques d'expression. Cette dualité, qui explique par exemple les conflits périodiques entre ingénieurs et architectes, obligea ceux-ci à affermir leur position en définissant, d'une part, une activité théorique qui correspond au dessin, et une pratique qui confirme leurs capacités de maîtres d'œuvre capables de conduire ou de superviser l'ensemble des travaux. Encore fallait-il qu'une déontologie les situât au sommet de la pyramide des corps du bâtiment, au plus près des édiles ou des patrons. Il n'y a évidemment pas de coupure entre l'attitude de l'époque moderne naissante et celle du Moyen Âge, dont l'évolution technologique et économique laisse déjà prévoir la nécessité de distinguer dans une même personne celui qui conçoit et qui construit, maître d'œuvre aux capacités plus étendues et mieux précisées que celles du pur architectus theoreticus ou du simple praticien conducteur de travaux. Dès la fin du xiiie siècle et jusqu'à nos jours, la pratique essentielle de l'architecte, de son atelier et, bientôt, de son agence, passe par l'exercice du dessin, qu'il s'agisse du carnet de croquis, répertoire de modèles, ou des plans préparatoires à l'exécution – souvent testée sur maquette.

La conquête d'une position sociale (1423-1750)

L'architecte démiurge

Dès le milieu du xvie siècle, en Italie d'abord, puis dans tous les pays gagnés par l'humanisme, la position sociale de l'architecte est bien affirmée. Que l'on pense par exemple à Philibert de l'Orme faisant graver son portrait en frontispice du Premier Tome de l'architecture (1567). Il est remarquable de voir l'architecture bénéficier, dès l'origine de l'invention de l'imprimerie, du principal moyen d'expression de l'humanisme que fut le livre. D'abord consacré à la théorie, celui-ci est ensuite orienté vers une vulgarisation où la place de l'illustration à partir de planches gravées apparaît comme l'innovation la plus considérable et la plus efficace. Inspirés directement des copies manuscrites du texte de Vitruve – dont les éditions se multiplient à travers l'Europe –, les plus célèbres ouvrages italiens seront largement diffusés et commentés pendant quatre siècles : ceux de Leon Battista Alberti (De re œdificatoria, entre 1450 et 1472, imprimé en 1485), de Francesco Colonna (Hypnerotomachia Poliphili... 1499), de Fra Giocondo (1511), de Sebastiano Serlio (éditions échelonnées entre 1537 et 1575), de Vignole (1562) et d'Andrea Palladio (1570). Louis Hautecœur a comparé les livres de Serlio et de Vignole à de véritables bréviaires pour les architectes du xvie et du xviie siècle. La définition de la vocation de l'architecte, formulée brillamment par Alberti, a inspiré la théorie de l'architecture jusqu'à l'aube du xxe siècle : « J'appellerai architecte celui qui, avec une raison et une règle merveilleuse et précise, sait premièrement diviser les choses avec son esprit et son intelligence, et secondement comment assembler avec justesse, au cours du travail de construction, tous ces matériaux qui, par les mouvements des poids, la réunion et l'entassement des corps, peuvent servir efficacement et dignement [...]

Serlio : Les Ordres de l'architecture

Photographie : Serlio : Les Ordres de l'architecture

Les Ordres de l'architecture, Livre I du Traité d'architecture de Sebastiano Serlio, gravure sur bois. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

L'architecte Senenmout tenant la princesse Neferourê

L'architecte Senenmout tenant la princesse Neferourê
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Temple de Deir el-Bahari

Temple de Deir el-Bahari
Crédits : G. Sioen/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Priène

Priène
Crédits : G. Sioen/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Saint-Michel, Hildesheim

Saint-Michel, Hildesheim
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 11 médias de l'article

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de sciences sociales et docteur en sociologie, chercheur au C.N.R.S. (Centre de sociologie des arts), enseignant à l'École des hautes études en sciences sociales et à l'Institut d'études politiques de Sciences Po Paris
  • : professeur d'histoire de l'art du Moyen Âge à l'université de Paris-X et au Centre d'études supérieures de civilisation médiévale de Poitiers
  • : membre de l'Institut
  • : directrice de recherche émérite au CNRS
  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification

Autres références

«  ARCHITECTURE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

L'architecture a toujours constitué une discipline frontière entre art et technique. Ce statut ambigu rend son abord plus complexe que pour d'autres disciplines. Dans un tel contexte, peut-être faut-il commencer par s'interroger sur ce qui fait l'intérêt architectural d'un édifice. À quels impératifs contradictoires s'agit-il de répondre pour faire œuvre d'architecture ? À la fois théorique et pra […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Elles n'ont pas manqué, les tentatives extérieures de confrontation (et d'assimilation) de l'architecture et de la philosophie. Il s'agit le plus souvent d'entreprises conciliatrices, qui posent au départ l'architecture d'un côté et la philosophie de l'autre, et qui visent à montrer la fusion progressive des deux disciplines initialement séparées en un s […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Comme production matérielle, mais aussi comme art investi d'une finalité expressive, l'architecture entretient de nombreux rapports avec les sciences et les techniques. De tels rapports peuvent être rangés sous deux rubriques. L'architecture fait tout d'abord appel à des savoirs et à des procédés scientifiques et techniques qui interviennent directement dans la conception et la réalisation des édi […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et société

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 5 774 mots

À côté des impératifs esthétiques et techniques, les problèmes d'usage occupent une place importante au sein de la discipline architecturale. Constitutive de l'espace urbain, présente en des points névralgiques du territoire qu'elle contribue à structurer, l'architecture possède une portée sociale qui transcende les spécificités de telle ou telle commande ; elle est inséparable d'une prise en comp […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Acier

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 3 249 mots
  •  • 9 médias

L'acier est un remarquable matériau de construction, qui peut supporter les charges les plus lourdes et couvrir avec des sections réduites des portées immenses. Dès les débuts de son utilisation, il permit de réaliser des œuvres extrêmement hardies et de battre des records de hauteur (379 m à l'Empire State Building) ou de portée (1 200 m au pont de Golden Gate). Le rôle que le métal a joué dans l […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Béton

  • Écrit par 
  • Bernard HAMBURGER
  •  • 3 185 mots
  •  • 4 médias

Le béton de ciment armé est un matériau constitué d'agrégat (sable, gravier) et coulé dans des coffrages autour d'armatures en acier.Depuis son invention vers 1850, il est devenu un des matériaux de construction les plus utilisés. Les architectes l'ont considéré comme le symbole de […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Bois

  • Écrit par 
  • Yves LESCROART
  •  • 4 634 mots
  •  • 22 médias

Le bois offre au constructeur une matière presque universellement répandue à laquelle ses caractéristiques spécifiques, sa souplesse d'emploi et sa diversité ouvrent un immense champ d'application. Employé seul, combiné à d'autres matériaux, utilisé brut ou transformé par divers procédés, il a répondu dès la préhistoire aux besoins de l'homme, et peut aujourd'h […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Brique et pierre

  • Écrit par 
  • Josiane SARTRE
  •  • 4 582 mots
  •  • 1 média

« Le château est tout blanc !  / Cela repose des briques rouges de nos pères. » C'est ainsi que Paul Morand imagine dans La Nuit de Vaux-le-Vicomte l'étonnement des invités devant la blancheur du château en pierre, lors de la fête du 17 août 1661 donnée par Fouquet à Louis XIV. L'écrivain se fait l'écho de la croyance de chacun d'entre nous, aujourd'hui encore, que l'architectu […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 348 mots
  •  • 8 médias

Depuis plus d'un siècle, les métaux ont conquis, dans l'industrie du bâtiment, une place prépondérante ; en particulier l'acier, qui a permis d'élever des structures à niveaux multiples et grâce auquel on couvrira sans doute des portées de plusieurs kilomètres sans supports intermédiaires. Il ne faut pas l'oublier, ces résultats impressionnants sont le fruit d'une longue suite d'expériences : un […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Plastique

  • Écrit par 
  • Hubert TONKA
  •  • 3 124 mots

Il est devenu banal de souligner, à propos de l'« architecture en plastique », que, bien qu'on en parle beaucoup, les réalisations de ce type sont rares et en restent au stade expérimental.Au contraire, les statistiques relatives à la construction mettent en évidence une grande progression dans l'emploi des plastiques.Il est clair que l'expression « archi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Florent CHAMPY, Carol HEITZ, Roland MARTIN, Raymonde MOULIN, Daniel RABREAU, « ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/