RATIONALISTE ARCHITECTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Problématique actuelle

Si les critères rationalistes de légitimation et de lisibilité s'appliquent assez bien aux détails d'un édifice pour peu que l'architecte s'acharne à faire coïncider les formes avec les solutions techniques, il en va tout autrement pour la détermination de la configuration générale de celui-ci. Cette configuration devrait logiquement découler du programme même de l'édifice mais trop souvent le programme n'implique pas de forme déterminée.

L'indifférence relative des architectes rationalistes à la forme finale les conduira à expérimenter toutes sortes de dispositions pour vaincre cette indétermination : articuler dans l'espace des masses correspondant à des sous-ensembles du programme ; regrouper dans une masse unique, le plus souvent un prisme rectangulaire, toutes les parties du programme ; ou combiner masse principale et plus petites parties. Cette diversité de pratiques, résultat d'une attitude expérimentale objective, sera souvent interprétée par des auteurs superficiels comme preuve de l'inexistance d'un « mouvement moderne ».

Constatant avec Auguste Perret que le programme fonctionnel de l'édifice relève de conditions plus « passagères » que « permanentes », les rationalistes modernes retourneront souvent aux certitudes qu'offrent les exigences constructives, développant ainsi la constante structuriste qui cherche à souligner les éléments actifs, afin de dégager de leur présence affirmée la part essentielle de l'effet d'architecture.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth
Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

photographie

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth : le plan d'eau

Louis I. Kahn, The Kimbell Art Museum, Fort Worth : le plan d'eau
Crédits : Roger Last/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  RATIONALISTE ARCHITECTURE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Notions essentielles

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 4 952 mots

Dans le chapitre « Rationalisme et éclectisme »  : […] Pour l'architecte rationaliste, la beauté résulte avant tout d'une démarche structurelle conduite à son terme logique. Pour l'éclectique, qui emprunte aux époques les plus diverses de l'histoire de l'architecture, de l'Égypte ancienne au Moyen Âge, de la Grèce classique aux Lumières européennes, elle procède d'une intention symbolique irréductible aux déterminations techniques et à la prise en co […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le siècle de l'industrie »  : […] Au cours du xix e  siècle se produit une diversification sans précédent des techniques de construction. Au sein de cet ensemble de transformations, le développement de l'architecture métallique constitue le phénomène le plus marquant. Aux premiers édifices faisant appel à la fonte succèdent des constructions en fer puis en acier. Tandis que la fonte, qui résiste mal aux efforts de traction, est p […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 948 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'Italie « nouvelle » »  : […] C'est dans l'Italie fasciste que sont posés pour la première fois les problèmes de l'architecture comme instrument de l'action politique et idéologique de l'État. On sait que l'une des idées-forces du régime mussolinien fut la filiation entre l'Italie « nouvelle » et la Rome impériale. La Rome antique était présente dans la Rome du xx e  siècle. C'est à son exaltation que Mussolini appelle les […] Lire la suite

BAUDOT ANATOLE DE (1834-1915)

  • Écrit par 
  • Françoise BOUDON
  •  • 868 mots

L'activité de Baudot, architecte français, se situe entre 1860 et 1914. Ces deux dates correspondent à une période de crise pour l'architecture ; des idées et des techniques révolutionnaires contribuent à démolir un monde et à poser les fondements d'une nouvelle architecture. Comme professeur, journaliste, réformateur de la profession, mais surtout comme constructeur, Baudot participe activement à […] Lire la suite

BEHRENS PETER (1868-1940)

  • Écrit par 
  • Luce CAYLA
  •  • 1 849 mots

Dans le chapitre « L'esthétique industrielle »  : […] L'essor extrêmement rapide de l'industrie allemande, tout en stimulant le modelage d'un espace social selon des perspectives utilitaristes, favorisa l'invention d'une « figuration » nouvelle, visant à exprimer la modernité techniciste ; la nécessité se faisait sentir de mettre en question le machinisme du xix e  siècle. La fondation en 1907 du Deutscher Werkbund fut le manifeste de l'intégration […] Lire la suite

DE WAILLY CHARLES (1730-1798)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 937 mots

Urbaniste, architecte, décorateur et ornemaniste français. « De Wailly, disait-on à Paris, est un grand dessinateur, mais ce n'est pas un architecte. De Wailly répondit en bâtissant une ville. Port-Vendres et ses palais ; Port-Vendres et ses statues, et ses quais, et ses magasins ; Port-Vendres et ses obélisques, et ses places publiques... » L'emphase du biographe rend bien compte toutefois de la […] Lire la suite

GARDELLA IGNAZIO (1905-1999)

  • Écrit par 
  • Marilù CANTELLI
  •  • 821 mots

« J'étais fasciné par la confiance des rationalistes à pouvoir donner une nouvelle forme au monde entier, en même temps j'étais effrayé par l'idéologie de la machine. » Ces propos confiés peu de temps avant sa mort par Ignazio Gardella à Antonio Monestiroli révèlent les positions doctrinaires de l'architecte italien au terme d'une longue carrière. Né le 30 mars 1905 à Milan, dans une famille génoi […] Lire la suite

GONDOIN JACQUES (1737-1818)

  • Écrit par 
  • Daniel RABREAU
  •  • 561 mots

La célébrité de Gondoin, dont la carrière d'architecte officiel fut brillante, repose sur un seul édifice, incomparable il est vrai : l'École de chirurgie de Paris (actuelle École de médecine), édifiée entre 1769 et 1775. Élève du théoricien Blondel, Gondoin remporte un deuxième prix à l'Académie d'architecture en 1758. Pensionnaire à l'Académie de France à Rome, il prolonge son absence par un voy […] Lire la suite

GROPIUS WALTER (1883-1969)

  • Écrit par 
  • Réjean LEGAULT
  •  • 2 519 mots
  •  • 4 médias

Préoccupé par le rôle de l'industrie, de la standardisation, des nouveaux matériaux et des techniques constructives, l'œuvre théorique et pratique de Walter Gropius s'inscrit d'emblée dans le projet de rationalisation de l'architecture qui inspira le mouvement moderne. Avec ses premières œuvres construites, qui renversent le rapport traditionnel entre la structure portante et l'enveloppe du bâtim […] Lire la suite

HOFFMANN JOSEF (1870-1956)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 690 mots
  •  • 3 médias

Né en Moravie, Hoffmann commença par étudier l'architecture à Vienne auprès d'Otto Wagner, dont les théories rationalistes devaient exercer sur lui une influence décisive. Très tôt, il manifesta de l'intérêt pour la décoration et les arts appliqués : de 1899 à 1937, il est professeur à l'École des arts appliqués de Vienne, et en 1903, en collaboration avec Kolo Moser, il met sur pied le célèbre At […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis AVRIL, « RATIONALISTE ARCHITECTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-rationaliste/