Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) La photogrammétrie architecturale

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La photogrammétrie repose sur les principes et l'usage de la vue perspective, renouvelés par l'invention, au milieu du xixe siècle, de la photographie. La combinaison de plusieurs clichés photographiques permet en effet d'obtenir une vision dite « stéréoscopique », s'inspirant du fonctionnement de la vision naturelle de l'homme : les yeux enregistrent deux images que le cerveau fusionne pour créer une vision en relief. La photogrammétrie, en reproduisant cet effet, permet d'indiquer les dimensions, les formes et la situation dans l'espace d'un objet photographié.

Après s'être imposée en cartographie au début du xxe siècle, la photogrammétrie qui s'était révélée, durant une courte période, indispensable dans le domaine culturel, a subi une éclipse résultant d'un coût jugé prohibitif alors qu'elle reste moins coûteuse, à qualité et à précision égales, que tout autre procédé. Rendue aujourd'hui plus accessible par l'informatisation, et intégrant les artifices de l'imagerie de synthèse et les techniques laser qui ont automatisé la capture formelle, la systématisation de son emploi passe dorénavant par son intégration dans la pratique courante du chercheur, historien de l'architecture, architecte ou archéologue.

Naissance et origine

Les premiers traités de perspective, et notamment celui de Piero della Francesca (De prospectiva pingendi, vers 1490), envisagent déjà d'utiliser des vues perspectives pour en déduire les formes et dimensions d'un objet à partir d'un processus d'intersection dérivé de travaux comme ceux qu'Alberti avait mis au point avec son relevé de Rome vers 1430 (Ludi rerum mathematicarum et Descriptio Urbis Romae). Quelques siècles plus tard, l'hydrographe Pierre Bouguer et surtout l'amiral Charles-François Beautemps-Beaupré (Méthode pour la levée et la construction des cartes et plans hydrographiques, 1811), ne font rien d'autre qu'appliquer cette idée ancienne.

Aimé Laussedat va la développer en utilisant la photographie. Il en pose les principes vers 1850, et exécute, sur l'église Santa Maria delle Grazie, à Milan, le premier relevé d'architecture réalisé à partir de photos. La photographie permet notamment de résoudre la difficulté d'avoir à dessiner des perspectives ; celles-ci sont en effet automatiquement conservées sur le support sensible. Laussedat nomme son procédé « métrophotographie ».

L'architecte prussien Albrecht Meydenbauer lui donne son appellation définitive de photogrammétrie, et débute en 1858 la première collection de photographies destinées à faciliter les dessins d'architecture. Il anime, à partir de 1885, à Berlin, le premier service de relevés de monuments historiques. À cette date sont déjà posés, pour les biens culturels, les deux principaux usages de la photogrammétrie : mettre en mémoire l'« objet » photographié et obtenir sur celui-ci des informations formelles et dimensionnelles.

L'extraction de l'information s'effectue durant tout le xixe siècle par des processus purement graphiques de décomposition des perspectives enregistrées photographiquement. Durant ce siècle, le domaine architectural est principalement concerné mais, avec l'avion et les prises de vues aériennes, l'application à la cartographie devient prépondérante. Vers 1930, l'invention de machines, les « restituteurs », provoquent une véritable révolution en automatisant l'acquisition des données.

La photogrammétrie des monuments et objets culturels est, quant à elle, reléguée au second rang des préoccupations des photogrammètres. Elle connaîtra une nouvelle impulsion avec les relevés conduits par l'Institut géographique national français sur les temples égyptiens de Nubie dans le cadre de l'opération de sauvegarde organisée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jean-Paul SAINT AUBIN. ARCHÉOLOGIE (Traitement et interprétation) - La photogrammétrie architecturale [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Photogrammétrie : principe - crédits : Encyclopædia Universalis France

Photogrammétrie : principe

Autres références

  • ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

    • Écrit par
    • 4 883 mots
    • 5 médias

    L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le ve et le xve siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux informations issues...

  • AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

    • Écrit par
    • 6 326 mots
    • 3 médias

    La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent...

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par , et
    • 9 654 mots
    • 6 médias

    L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par , , , et
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...d'archives, la connaissance très fragmentaire de cette histoire se fonde essentiellement sur l'étude conjointe des données livrées par la tradition orale et par l'archéologie. Le sol nous a laissé cependant peu de vestiges au regard d'autres régions du monde. Les raisons en sont simples : l'archéologie est...
  • AFRIQUE ROMAINE

    • Écrit par et
    • 9 564 mots
    • 10 médias

    La domination administrative et politique de Rome sur les diverses régions de l'Afrique du Nord (mis à part la Cyrénaïque et l'Égypte) s'étend sur près de six siècles : depuis la prise et la destruction de Carthage par Scipion Émilien (146 av. J.-C.) jusqu'au siège et à la...

  • Afficher les 246 références