ARBITRAGE, droit

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’arbitrage en droit international public

« L'arbitrage international a pour objet le règlement de litiges entre les États par des juges de leur choix et sur la base du respect du droit. » Cette définition de l'arbitrage, donnée par l'article 37 de la convention de La Haye du 18 octobre 1907 sur le règlement pacifique des conflits internationaux, est la plus précise et, comme telle, admise par la plupart des auteurs.

L'arbitrage s'affirme ainsi, par son assise consensualiste, comme la procédure la plus typique de la société relationnelle des États souverains. Ceux-ci, ne reconnaissant aucune règle autre que celles qu'ils ont établies ou acceptées, sont tout naturellement portés à ne tolérer d'autre intervention dans leurs différends que celle d'un tiers qui puisera sa compétence dans l'accord préalable des parties au litige.

Plus proche des formes de la procédure judiciaire de droit commun que du colloque diplomatique, l'arbitrage international suppose donc entre les États qui y recourent une certaine solidarité ou du moins l'adoption d'un minimum de langage juridique commun.

Développement historique

L'institution, fort ancienne, était déjà connue des Grecs ainsi que des Romains ; elle s'est développée surtout au Moyen Âge comme procédure de solution des conflits entre les princes. La structure pyramidale de la cité chrétienne, au sommet de laquelle se trouvait le pape, amenait tout naturellement les princes à le désigner comme arbitre, en raison de l'autorité qu'il détenait et de la dépendance hiérarchique des princes à son égard.

La pratique de l'arbitrage, en revanche, se raréfie à l'apparition des grandes puissances qui affirment la prédominance de la souveraineté de l'État. Leurs premières réactions témoignent d'un exclusivisme encore trop rigoureux pour qu'elles s'ouvrent à l'arbitrage.

Au xixe siècle, cependant, les États-Unis et la Grande-Bretagne, à la suite de la guerre d'Indépendance et de la guerre de Sécession, donnèrent à l'arbitrage d'inspiration juridique un développement capital qui a tracé les grandes lignes modernes de l'institution. Cela n'est point dû au hasard. Le droit anglo-saxon est fondé sur la confiance. Il est donc normal que l'arbitrage se soit développé dans des litiges anglo-américains.

L'arbitrage dans les litiges anglo-américains

Le progrès apporté par ces arbitrages s'est accompli en deux étapes. La première a été marquée par la création de commissions mixtes, la seconde par la constitution d'un véritable tribunal arbitral.

Le traité Jay du 19 novembre 1794, signé par la Grande-Bretagne et les États-Unis, par lequel les Américains obtenaient le retrait des Britanniques des forts de l'Ouest et quelques petites concessions commerciales, a eu également pour objet de régler tout un contentieux qui subsistait entre les deux États. Il instituait trois commissions mixtes arbitrales avec un surarbitre. Elles ont fonctionné de 1798 à 1804. Leur composition (deux ou quatre commissaires représentant les parties et un tiers neutre) marque déjà un progrès vers l'arbitrage juridictionnel, mais il faut attendre l'affaire de l'Alabama pour que l'organe arbitral soit un véritable tribunal, composé de juristes indépendants dont les décisions, prises selon une certaine procédure préétablie, se fondaient sur des considérations juridiques et non politiques.

Le traité de Washington du 8 mai 1871 prévoyait un tribunal qui devait servir de modèle par la suite. Il s'agissait de régler un différend relatif à des dommages causés à la flotte fédérale américaine par l'Alabama, navire sudiste armé dans des ports anglais. Les États-Unis soutenaient que la Grande-Bretagne était responsable d'une part des dommages subis, mais aussi de la prolongation de la guerre de Sécession. Le tribunal organisé par le traité de Washington se réunit à Genève en 1872 et condamna l'Angleterre à payer une forte indemnité pour les dommages causés à la flotte américaine.

L'arbitrage tira un grand prestige de ces succès et, au début du xxe siècle, les milieux « internationalistes » lui attachaient un crédit considérable.

Les conférences de La Haye de 1899 à 1907

Les deux conventions de La Haye de 1899 et 1907 consacrent les trois premiers chapitres de leur titre IV au règlement de l'arbitrag [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARBITRAGE, droit  » est également traité dans :

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'organisation judiciaire »  : […] C'est pourquoi, en dépit des principes d'élection par les assemblées du même échelon et d'indépendance dans le travail affichés par la Constitution de 1982, les institutions judiciaires restent étroitement contrôlées par le Parti. À chaque échelon, les commissions politiques et judiciaires du P.C. ( zhengfa weiyuanhui ) dirigent et coordonnent le travail des tribunaux, des parquets, des organes d […] Lire la suite

COMMERCIAL DROIT

  • Écrit par 
  • Yves GUYON
  •  • 5 739 mots

Dans le chapitre « Régime des actes de commerce et obligations des commerçants »  : […] Les opérations commerciales sont généralement plus répétitives que les contrats civils, elles se concluent plus rapidement et le recours au crédit y est plus fréquent que le paiement comptant. Ces opérations sont donc soumises à des règles originales, qui constituent le droit commercial au sens strict. Ainsi, entre commerçants, la preuve des actes de commerce est libre, quel que soit le montant en […] Lire la suite

COMPROMIS & CLAUSE COMPROMISSOIRE

  • Écrit par 
  • Jacqueline BARBIN
  •  • 816 mots

Utilisé en droit interne comme en droit international, le compromis est un contrat aux termes duquel deux personnes ou plus décident que leur différend sera porté non devant les juridictions ordinaires, mais devant un ou plusieurs arbitres de leur choix. Il se distingue de la clause compromissoire, qui est en quelque sorte une « promesse de compromis » signée en l'absence de tout différend, par la […] Lire la suite

GRÈVE

  • Écrit par 
  • Hélène SINAY
  • , Universalis
  •  • 12 478 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les solutions pacifiques des conflits collectifs »  : […] Résoudre les conflits collectifs du travail par une solution pacifique, susceptible d'éviter les grèves, tel a été l'espoir vivace et persistant du législateur de 1892 à nos jours. Mais les diverses mesures en ce sens ont connu un échec assez sensible : la loi du 11 février 1950 a rendu obligatoire la conciliation des conflits collectifs et facultatif leur arbitrage. Système assez inopérant car, […] Lire la suite

MÉDIATION, droit

  • Écrit par 
  • Antoine ADELINE
  •  • 3 161 mots

Dans le chapitre « Définitions »  : […] Une bonne définition générale de la médiation est proposée par Michèle Guillaume-Hofnung qui parle d'« un mode de construction et de gestion de la vie sociale, grâce à l'entremise d'un tiers neutre, indépendant, sans autre pouvoir que l'autorité ». Mackie, Miles et March définissent, quant à eux, la médiation commerciale comme « une méthode de résolution des litiges, basée sur un processus structu […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 juillet 2016 Chine – Philippines. Arrêt de la Cour permanente d'arbitrage sur la mer de Chine méridionale.

La Cour permanente d’arbitrage de La Haye, saisie en janvier 2013 par les Philippines, donne raison à Manille, estimant que la revendication de Pékin sur une vaste zone maritime en mer de Chine méridionale n’a « aucun fondement juridique ». Elle considère que les récifs de cette zone ne constituent pas des territoires ouvrant droit à une zone de souveraineté maritime. […] Lire la suite

24 septembre - 2 octobre 2013 France. Polémique suscitée par les propos de Manuel Valls sur les Rom

Le 25, la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la justice et des droits fondamentaux Viviane Reding rappelle le droit à la libre circulation des personnes et au libre établissement au sein de l'Union, critique l'insuffisance de la politique d'insertion des Rom en France et rappelle que les démantèlements de campements illégaux ne doivent pas être fondés sur une « discrimination » des populations concernées. […] Lire la suite

4-29 septembre 2010 France – Union européenne. Mise en cause de la politique de Paris à l'égard des Rom

Le 6, le président Sarkozy rend son arbitrage sur le projet d'extension de la déchéance de nationalité. Il confirme sa volonté de la voir appliquée aux naturalisés depuis moins de dix ans ayant porté «atteinte à la vie d'une personne dépositaire d'une autorité publique», comme il l'avait annoncé dans son discours à Grenoble en juillet, mais ne retient pas la proposition du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux de l'appliquer aux faits de polygamie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

René DAVID, René Jean DUPUY, « ARBITRAGE, droit », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arbitrage-droit/