APRAXIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peut-on expliquer l’apraxie ?

La compréhension de l’apraxie a beaucoup évolué des années 1990 à 2010 grâce à la construction de modèles conceptuels plus élaborés qu’à l’époque de Liepmann ou Pick. Les chercheurs considèrent que la réalisation du geste s’appuie sur deux dimensions principales, l’une concerne la conception de l’action à accomplir, l’autre prend en charge la réalisation de celle-ci.

La dimension conceptuelle s’appuie sur les connaissances que nous avons engrangées par expérience des gestes que nous accomplissons quotidiennement, à propos des objets que nous utilisons dans nos activités habituelles. Ces connaissances permettent de savoir quel geste nous pouvons ou devons faire à un moment donné ou de savoir quel objet nous pouvons utiliser dans une situation donnée.

La seconde dimension permet de traduire le projet d’action (par exemple, le geste de dire au revoir) en sa réalisation effective. L’existence dans notre mémoire de traces de gestes équivalant à celui que nous souhaitons faire faciliterait la mobilisation des schémas de production, simplifiant ainsi la réalisation des mouvements.

L’apraxie est restée longtemps dépendante des travaux réalisés par ses découvreurs. Cependant, depuis la fin des années 1980, sous l’impulsion de nouveaux modèles théoriques en psychologie et des technologies innovantes en neurologie, cette pathologie est de mieux en mieux explorée. Des questions nouvelles voient le jour autour du rôle joué par le schéma corporel ou encore par le raisonnement technique, qui devraient permettre d’en comprendre les mécanismes intimes et donc de mieux examiner et soigner les malades.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur en neuropsychologie, psychologue
  • : maître de conférences en neuropsychologie et psychologie expérimentale au laboratoire d'étude des mécanismes cognitifs, université de Lyon, habilité à diriger des recherches, membre junior de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  APRAXIE  » est également traité dans :

ALZHEIMER MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE
  •  • 1 863 mots

C' est le psychiatre allemand Emil Kraepelin, en 1912, dans son Traité de psychiatrie , qui a donné le nom de maladie d'Alzheimer à cette démence dégénérative affectant le sujet « jeune ». Cet état pathologique a été décrit en effet pour la première fois en 1907 par son confrère et compatriote Aloïs Alzheimer chez une femme de cinquante et un ans, atteinte d'une détérioration intellectuelle progre […] Lire la suite

ASTASIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 67 mots

Ce symptôme qui réalise une véritable « apraxie de la marche » se rencontre dans les lésions bilatérales du cortex frontal ou des noyaux lenticulaires. L'astasie-abasie est l'impossibilité de maintenir la station debout et de marcher, en l'absence de paralysie et sans qu'existent des troubles du tonus et de la sensibilité profonde ou des troubles cérébelleux. […] Lire la suite

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 602 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Démence liée à une altération des fonctions cérébrales supérieures  »  : […] L' exemple type est ici celui de la maladie d'Alzheimer (MA), responsable de plus de la moitié des cas de démence de la personne âgée (cf. maladie d' alzheimer ) . La prévalence de la MA est de 6,1 p. 100 chez les hommes et 8,9 p. 100 chez les femmes de plus de 65 ans. Ces chiffres s'élèvent respectivement à 13,2 p. 100 et 20,5 p. 100, après 75 ans, et à près de 30 p. 100 après 80 ans. La maladi […] Lire la suite

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 241 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Apraxies »  : […] La désorganisation du geste en l'absence de troubles moteurs, sensitifs ou cérébelleux définit l'apraxie. Cette désorganisation intéresse plus particulièrement les activités acquises au cours de l'apprentissage pendant l'enfance. Les lésions sont, en règle générale, situées dans les régions pariétales, avec dominance d'un côté ou de l'autre du cerveau selon le type d'apraxie. L'examen d'un apraxiq […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Didier LE GALL, François OSIURAK, « APRAXIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/apraxie/