APRAXIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Qu’appelle-t-on apraxie ?

Pour les neuropsychologues du début du xxie siècle, l’apraxie est un désordre spécifique de l’activité gestuelle, distinct d’un trouble du langage ou de la mémoire, engendré par des lésions affectant des régions spécifiques du cerveau, en particulier le lobe pariétal gauche. Pour mettre en évidence ces troubles, les cliniciens demandent aux malades de réaliser différents types de gestes.

Quels sont ces gestes ? Ils relèvent de trois catégories. Le clinicien peut demander verbalement au malade de produire des gestes connus dits « symboliques » ou des mimes d’utilisation (montrer comment on utilise l’objet hors de sa présence). L’examinateur peut aussi demander, sur la base de l’observation visuelle, d’imiter des gestes qui n’existent pas. Enfin, le clinicien peut demander au malade de montrer réellement l’utilisation d’un ou plusieurs objets.

Exemples de gestes utilisés pour évaluer l’apraxie

Exemples de gestes utilisés pour évaluer l’apraxie

Tableau

Pour décrire les troubles et les différentes formes cliniques de l'apraxie, les modèles neuropsychologiques du geste distinguent des gestes connus, avec ou sans objets, et des gestes sans signification. Ces derniers, qui ne peuvent être nommés, sont réalisés sur imitation, sous entrée... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Quelles sont les anomalies ? Certains malades peuvent produire un geste à la place d’un autre, faire des erreurs dans le déroulement séquentiel du geste ou encore dans le point d’insertion d’un membre sur le corps (par exemple, faire le salut militaire en posant la main sur le nez plutôt que sur le côté de la tête). Certains patients peuvent aussi utiliser un objet pour un autre, se tromper dans l’ordre des actions à accomplir ou lors de la saisie d’un objet, ce qui peut être très invalidant dans la vie quotidienne. L'échopraxie, qui se présente comme une tendance spontanée et involontaire à reproduire les mouvements de l'examinateur, a également été décrite chez des apraxiques.

Deux formes principales d’apraxie, considérées comme des troubles indépendants l’un de l’autre, ont été distinguées. L’une se manifeste par des difficultés lors de la réalisation d’activités avec les objets. Elle est dite « apraxie idéatoire » ou « apraxie d’utilisation » pour signifier que le trouble concerne le rapport aux objets. L’autre forme perturbe la réalisation des gestes qui ne concernent pas l’utilisation réelle des objets : gestes symboliques, gestes sans signification et imitati [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences en neuropsychologie et psychologie expérimentale au laboratoire d'étude des mécanismes cognitifs, université de Lyon, habilité à diriger des recherches, membre junior de l'Institut universitaire de France
  • : professeur en neuropsychologie, psychologue

Classification


Autres références

«  APRAXIE  » est également traité dans :

ALZHEIMER MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE
  •  • 1 863 mots

C' est le psychiatre allemand Emil Kraepelin, en 1912, dans son Traité de psychiatrie , qui a donné le nom de maladie d'Alzheimer à cette démence dégénérative affectant le sujet « jeune ». Cet état pathologique a été décrit en effet pour la première fois en 1907 par son confrère et compatriote Aloïs Alzheimer chez une femme de cinquante et un ans, atteinte d'une détérioration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-d-alzheimer/#i_31105

ASTASIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 67 mots

Ce symptôme qui réalise une véritable « apraxie de la marche » se rencontre dans les lésions bilatérales du cortex frontal ou des noyaux lenticulaires. L'astasie-abasie est l'impossibilité de maintenir la station debout et de marcher, en l'absence de paralysie et sans qu'existent des troubles du tonus et de la sensibilité profonde ou des troubles cérébelleux. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astasie/#i_31105

MALADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Nathalie CARTIER-LACAVE, 
  • Caroline SEVIN
  •  • 4 601 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Démence liée à une altération des fonctions cérébrales supérieures  »  : […] L' exemple type est ici celui de la maladie d'Alzheimer (MA), responsable de plus de la moitié des cas de démence de la personne âgée (cf. maladie d' alzheimer ) . La prévalence de la MA est de 6,1 p. 100 chez les hommes et 8,9 p. 100 chez les femmes de plus de 65 ans. Ces chiffres s'élèvent respectivement à 13,2 p. 100 et 20,5 p. 100, après 75 ans, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-neurodegeneratives/#i_31105

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Apraxies »  : […] La désorganisation du geste en l'absence de troubles moteurs, sensitifs ou cérébelleux définit l'apraxie. Cette désorganisation intéresse plus particulièrement les activités acquises au cours de l'apprentissage pendant l'enfance. Les lésions sont, en règle générale, situées dans les régions pariétales, avec dominance d'un côté ou de l'autre du cerveau selon le type d'apraxie. L'examen d'un apraxiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_31105

Voir aussi

Pour citer l’article

François OSIURAK, Didier LE GALL, « APRAXIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apraxie/