ERNAUX ANNIE (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrire la mémoire commune : Les Années 

Les Années (2008) est le grand œuvre d’Annie Ernaux ; elle y travaille depuis La Place. Cet ouvrage dont elle a longtemps cherché le titre devait tout contenir de sa vie, mais les éléments les plus personnels s’en sont détachés, donnant lieu aux livres précédents. L’écrivaine s’interroge sur la forme à lui donner, transposant dans les dernières pages les réflexions de son journal d’écriture (L’Atelier noir, 2011) à la manière du Temps retrouvé de Marcel Proust : « La forme de son livre ne peut donc surgir que d’une immersion dans les images de sa mémoire pour détailler les signes spécifiques de l’époque […], cette rumeur qui apporte sans relâche les formulations incessantes de ce que nous sommes et devons être, penser, croire, craindre, espérer. » D’où cette « autobiographie vide », titre d’abord envisagé. Convaincue que « notre vrai moi n’est pas tout entier en nous », selon la formule qu’elle emprunte à Rousseau, elle reprend au sociologue Maurice Halbwachs la notion de mémoire collective, cherchant « en retrouvant la mémoire de la mémoire collective dans une mémoire individuelle, [à] rendre la dimension vécue de l’Histoire » (Les Années). Renonçant à la première personne au profit de la troisième, elle l’accompagne d’une énonciation plurielle : « aucun “je” dans ce qu’elle voit comme une autobiographie impersonnelle – mais “on” et “nous”  comme si, à son tour, elle faisait le récit des jours d’avant ».

Le livre, qui couvre un demi-siècle d’existence, se rend ainsi attentif à la vie commune, depuis la pénurie des années d’après guerre jusqu’à la profusion de la société de consommation. L’écrivaine s’y fait ethnologue (La Place fut longtemps intitulée Éléments pour une ethnologie familiale), en écho aux travaux menés par des penseurs tels que Roland Barthes (Mythologies, 1957), Henri Lefebvre (Critique de la vie quotidienne, 1958) ou Michel de Certeau (L’Invention du quotidien, 1980). Il s’agit moins désormais d’établir des clivages sociaux que de dire combien les objets dessinent une époque, tandis que les conversations lors des repas de famille qui scandent le récit montrent l’effacement progressif des questions historiques et des sujets politiques. Plus anodins que ceux retenus par Pierre Nora, ces objets sont autant de « lieux de mémoire », mais fondus dans le siècle et destinés à y disparaître. Aussi est-ce l’un des enjeux du livre que les arracher à l’oubli : « Sauver quelque chose du temps où l’on ne sera plus jamais. » L’écriture consent alors à un lyrisme retenu, expression d’une mélancolie qui lui confère sa tonalité crépusculaire.

Annie Ernaux n’aura ainsi pas seulement illustré une forme de déterminisme social, elle en mesure l’impact sur elle, interroge l’effort contradictoire pour s’en affranchir et l’humilité d’y consentir, la revendication de s’y reconnaître et la souffrance que cela induit. Elle invente des formes pour le saisir au plus juste : « Une écriture sans jugement, sans métaphore, sans comparaison romanesque, une sorte d’écriture objective qui ne valorise ni ne dévalorise les faits racontés » (La Place). Il n’y va cependant pas d’une pure objectivation de soi : le vécu demeure trop charnel, trop émotionnellement présent pour n’y lire que distance critique. Nombre d’écrivaines, d’Hélène Lenoir et Geneviève Brisac à Virginie Despentes, ont témoigné de leur dette envers cette forme de déontologie littéraire. Des hommes aussi (Philippe Vilain, Didier Eribon, Édouard Louis, Nicolas Mathieu, Éric Vuillard…), car cette œuvre, abondamment adaptée au théâtre et plusieurs fois portée au cinéma (L’Autre, d’après L’Occupation, par Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard, 2008 ; Passion simple par Danielle Arbid, 2020 ; L’Événement par Audrey Diwan, 2021), ne parle pas qu’aux femmes : elle est universelle. C’est ce qui lui a valu le prix Nobel de littérature, décerné en 2022.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur des Universités, université Paris Nanterre, Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  ERNAUX ANNIE (1940- )  » est également traité dans :

ERNAUX ANNIE (1940- )

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 972 mots
  •  • 1 média

Née à Lillebonne en 1940, Annie Ernaux grandit à Yvetot dans un milieu modeste. Après des études à l'université de Rouen, elle enseigne d'abord comme institutrice puis comme agrégée de lettres modernes. C'est avecLa Place (1983) qu'Annie Ernaux va toucher un vaste public : innombrables sont les lectrices et les lecteurs qui se sont reconnus dans ce récit d'une acculturation dou […] Lire la suite

LES ANNÉES (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 998 mots

Célèbre pour ses ouvrages à caractère autobiographique, des Armoires vides (1974) à La Place (1983), de Passion simple (1992) au Journal du dehors (1993), Annie Ernaux, née au début de la Seconde Guerre mondiale, a pu apparaître comme […] Lire la suite

LA HONTE et JE NE SUIS PAS SORTIE DE MA NUIT (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 429 mots
  •  • 1 média

En règle générale, une autobiographie trouve son énergie dans le narcissisme du sujet et cède aux leurres gratifiants de la fiction. Rien de tel dans l'entreprise d'Annie Ernaux (née en 1940) qui, depuis La Place (1984), renonce ascétiquement au roman, à ses pompes et à ses œuvres. Cinq […] Lire la suite

LA PLACE, Annie Ernaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 286 mots

Récit autobiographique publié en 1983 par Annie Ernaux, La Place connaît aussitôt un vif succès et obtient, quelques mois plus tard, le prix Renaudot. Après Les Armoires vides (1974), Ce qu'ils disent ou rien (1977) et La femme gelée (1981), il s'agit du quatrième livre de l'auteure, sans doute l'un des plus connus. Av […] Lire la suite

MÉMOIRE DE FILLE (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 1 103 mots

L’entreprise d’écrire d’Annie Ernaux a commencé il y a plus de quarante ans. Paru en 2011, Écrire la vie rassemblait, des Armoires vides (1974) aux Années (2008), l’essentiel d’une œuvre dont le territoire est « la vie telle que le temps et l’Histoire ne cessent de la changer, la détruire et la renouveler ». L’autobiographie permet ici d’ […] Lire la suite

LEURS ENFANTS APRÈS EUX (N. Mathieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 050 mots

Dans le chapitre « L’impossible transmission »  : […] Leurs enfants après eux évoque des transmissions manquées, des héritages qui ne se font pas. Ou, plutôt, il décrit l’héritage du ratage et de la solitude. Autant dire que, dans ce lieu et ces circonstances, l’école républicaine, celle du mérite et de l’ascenseur social, a depuis longtemps perdu toute once de prestige, même symbolique. L’opposition de classes a fortement joué. Steph et son amie Cl […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Récits de filiation »  : […] Mais l’écriture de soi suit parfois d’autres détours, qui préfèrent passer par l’évocation d’autrui : on a vu en trois décennies s’imposer les « récits de filiation » et les « fictions biographiques ». La psychanalyse a ruiné le projet d'une autobiographie lucide : comment prétendre accéder à son inconscient ? Comment franchir la césure du refoulement ? C'est aux premiers âges que se façonne la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique VIART, « ERNAUX ANNIE (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/annie-ernaux/