ERNAUX ANNIE (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née à Lillebonne en 1940, Annie Ernaux grandit à Yvetot dans un milieu modeste. Après des études à l'université de Rouen, elle enseigne d'abord comme institutrice puis comme agrégée de lettres modernes. C'est avec La Place (1983) qu'Annie Ernaux va toucher un vaste public : innombrables sont les lectrices et les lecteurs qui se sont reconnus dans ce récit d'une acculturation douloureuse, d'une perte des origines, d'une rupture surmontée avec la figure du père. Le public sut discerner la nouveauté et la justesse de cette écriture autobiographique rigoureuse et altruiste, loin de tout narcissisme. Sans tomber dans les dérives communautaires (classe sociale, deuxième sexe, prolétariat, petit commerce, illettrisme, école privée et faculté), elle s'objective et s'universalise. Cette universalité procède d'une véridicité jouant sur la litote, l'ellipse et la discrétion. Depuis 1983, le style est devenu résolument fragmentaire, savamment sténographique.

Annie Ernaux

Annie Ernaux

Photographie

Chez Annie Ernaux, le récit autobiographique se caractérise par un profond souci de vérité, une quête du détail révélateur. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

Mais ce succès ne doit pas masquer l'importance des trois romans publiés antérieurement, fictions narrées à la première personne. Leur écriture, à la fois post-sartrienne et post-célinienne, exploite tous les registres de l'oralité, populaire et distinguée, procurant des effets de flux ininterrompus et de soliloques étrangement inquiétants. Jacques Bersani sut voir dans ces « romans de paroles » un étonnant travail sur les ressources de la voix narrative et une grande réussite stylistique. C'est là la première manière d'Annie Ernaux, dont la seconde divergera profondément, en passant du roman à l'autobiographie. Dans Les Armoires vides (1974), une jeune fille attend la fin d'un avortement dans une chambre de la cité universitaire : c'est le moment de la remémoration. Dans Ce qu'ils disent ou rien (1977), une adolescente, répugnant à terminer sa dissertation, tente de démêler des milieux sociaux conflictuels, c'est-à-dire des langages contradictoires et inconfortables : un sur-langage se construit, juste reflet des années 1970. Dans La Femme gelée (1981), une jeune mère de fami [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  ERNAUX ANNIE (1940- )  » est également traité dans :

LES ANNÉES (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 998 mots

Célèbre pour ses ouvrages à caractère autobiographique, des Armoires vides (1974) à La Place (1983), de Passion simple (1992) au Journal du dehors (1993), Annie Ernaux, née au début de la Seconde Guerre mondiale, a pu apparaître comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-annees/#i_85592

LA HONTE et JE NE SUIS PAS SORTIE DE MA NUIT (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 428 mots
  •  • 1 média

En règle générale, une autobiographie trouve son énergie dans le narcissisme du sujet et cède aux leurres gratifiants de la fiction. Rien de tel dans l'entreprise d'Annie Ernaux (née en 1940) qui, depuis La Place (1984), renonce ascétiquement au roman, à ses pompes et à ses œuvres. Cinq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-honte-et-je-ne-suis-pas-sortie-de-ma-nuit-fiche-de-lecture/#i_85592

MÉMOIRE DE FILLE (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 1 103 mots

L’entreprise d’écrire d’Annie Ernaux a commencé il y a plus de quarante ans. Paru en 2011, Écrire la vie rassemblait, des Armoires vides (1974) aux Années (2008), l’essentiel d’une œuvre dont le territoire est « la vie telle que le temps et l’Histoire ne cessent de la changer, la détruire et la renouveler ». L’autobiographie permet ici d’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-de-fille/#i_85592

LEURS ENFANTS APRÈS EUX (N. Mathieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 050 mots

Dans le chapitre « L’impossible transmission »  : […] Leurs enfants après eux évoque des transmissions manquées, des héritages qui ne se font pas. Ou, plutôt, il décrit l’héritage du ratage et de la solitude. Autant dire que, dans ce lieu et ces circonstances, l’école républicaine, celle du mérite et de l’ascenseur social, a depuis longtemps perdu toute once de prestige, même symbolique. L’opposition de classes a fortement joué. Steph et son amie Cl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leurs-enfants-apres-eux/#i_85592

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 085 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Récits de filiation »  : […] Mais l’écriture de soi suit parfois d’autres détours, qui préfèrent passer par l’évocation d’autrui : on a vu en trois décennies s’imposer les « récits de filiation » et les « fictions biographiques ». La psychanalyse a ruiné le projet d'une autobiographie lucide : comment prétendre accéder à son inconscient ? Comment franchir la césure du refoulement ? C'est aux premiers âges que se façonne la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-roman-francais-contemporain/#i_85592

Pour citer l’article

Jacques LECARME, « ERNAUX ANNIE (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/annie-ernaux/