ERNAUX ANNIE (1940- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Œuvres intimes, œuvres extimes

La même exigence analytique et formelle se met au service de l’écriture intime. Celle-ci s’attache à la rencontre du désir (Passion simple, 1991), de la jalousie (L’Occupation, 2002) ou rapporte, dans L’Événement (2000), la douloureuse expérience de l’avortement et, dans L’Usage de la photo (2005), la pulsion de sensualité en lutte contre le cancer. Mémoire de fille (2016) aborde la violence psychique d’un premier rapport sexuel : Ernaux appelle « la fille de 58 » la jeune monitrice de colonies de vacances qu’elle fut cette année-là, livrée pour la première fois à la prédation du désir masculin, dont elle rapporte les déconvenues et les souffrances somatiques qui s’en suivirent. Cette formule, qui constitue la jeune fille en objet de remémoration et d’analyse, dit aussi une époque historique, caractérisée par une culture sociale dont l’adolescente fut victime, tout autant qu’elle le fut du garçon qui abusa de sa naïveté. Son approche restitue les affects éprouvés et les envisage dans une langue accessible à qui est susceptible de vivre ou d’avoir vécu les mêmes expériences, invité à se comprendre au miroir de l’auteure : son « je transpersonnel » se fait le réceptacle d’expériences communes.

Le second champ exploré consacre une autre tendance de la littérature actuelle : une attention bienveillante à l’observation du monde extérieur, que Georges Perec nomme « l’infra-ordinaire ». Ces œuvres, qu’elle appelle « extimes » – Journal du dehors (1993), La Vie extérieure (2000), Regarde les lumières mon amour (2014) –, réunissent des scènes quotidiennes, aperçues dans le métro, le train de banlieue, les supermarchés, adolescences, misères et fatigues qui se dissimulent ou se révèlent… Plutôt que racontées, toutes sont rapportées « avec précision, dans leur brutalité, leur caractère instantané, hors de tout récit ». Ernaux note en écrivaine et caractérise en sociologue, voire en politique.

La sociologie bourdieusienne fournit la matrice du regard empathique qu’elle porte sur le monde alentour. Dans L’Écriture comme un couteau, elle explique : « Comme enfant vivant dans un milieu dominé, j’ai eu une expérience précoce et continue de la réalité des luttes de classes. Bourdieu évoque quelque part “l’excès de mémoire du stigmatisé”, une mémoire indélébile. Je l’ai pour toujours. C’est elle qui est à l’œuvre dans mon regard sur les gens […] » Ernaux se reconnaît dans ceux qu’elle voit. Aussi est-ce très naturellement qu’elle accepte, avec Regarde les lumières mon amour, de participer au « parlement des invisibles », imaginé par Pierre Rosanvallon, soucieux d’établir un lieu éditorial où chacun, fût-il inconnu, pourrait acquérir une représentation sociale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur des Universités, université Paris Nanterre, Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  ERNAUX ANNIE (1940- )  » est également traité dans :

ERNAUX ANNIE (1940- )

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 972 mots
  •  • 1 média

Née à Lillebonne en 1940, Annie Ernaux grandit à Yvetot dans un milieu modeste. Après des études à l'université de Rouen, elle enseigne d'abord comme institutrice puis comme agrégée de lettres modernes. C'est avecLa Place (1983) qu'Annie Ernaux va toucher un vaste public : innombrables sont les lectrices et les lecteurs qui se sont reconnus dans ce récit d'une acculturation dou […] Lire la suite

LES ANNÉES (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves LECLAIR
  •  • 998 mots

Célèbre pour ses ouvrages à caractère autobiographique, des Armoires vides (1974) à La Place (1983), de Passion simple (1992) au Journal du dehors (1993), Annie Ernaux, née au début de la Seconde Guerre mondiale, a pu apparaître comme […] Lire la suite

LA HONTE et JE NE SUIS PAS SORTIE DE MA NUIT (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 1 429 mots
  •  • 1 média

En règle générale, une autobiographie trouve son énergie dans le narcissisme du sujet et cède aux leurres gratifiants de la fiction. Rien de tel dans l'entreprise d'Annie Ernaux (née en 1940) qui, depuis La Place (1984), renonce ascétiquement au roman, à ses pompes et à ses œuvres. Cinq […] Lire la suite

LA PLACE, Annie Ernaux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 286 mots

Récit autobiographique publié en 1983 par Annie Ernaux, La Place connaît aussitôt un vif succès et obtient, quelques mois plus tard, le prix Renaudot. Après Les Armoires vides (1974), Ce qu'ils disent ou rien (1977) et La femme gelée (1981), il s'agit du quatrième livre de l'auteure, sans doute l'un des plus connus. Av […] Lire la suite

MÉMOIRE DE FILLE (A. Ernaux) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Véronique HOTTE
  •  • 1 103 mots

L’entreprise d’écrire d’Annie Ernaux a commencé il y a plus de quarante ans. Paru en 2011, Écrire la vie rassemblait, des Armoires vides (1974) aux Années (2008), l’essentiel d’une œuvre dont le territoire est « la vie telle que le temps et l’Histoire ne cessent de la changer, la détruire et la renouveler ». L’autobiographie permet ici d’ […] Lire la suite

LEURS ENFANTS APRÈS EUX (N. Mathieu) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 050 mots

Dans le chapitre « L’impossible transmission »  : […] Leurs enfants après eux évoque des transmissions manquées, des héritages qui ne se font pas. Ou, plutôt, il décrit l’héritage du ratage et de la solitude. Autant dire que, dans ce lieu et ces circonstances, l’école républicaine, celle du mérite et de l’ascenseur social, a depuis longtemps perdu toute once de prestige, même symbolique. L’opposition de classes a fortement joué. Steph et son amie Cl […] Lire la suite

ROMAN - Le roman français contemporain

  • Écrit par 
  • Dominique VIART
  •  • 8 088 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Récits de filiation »  : […] Mais l’écriture de soi suit parfois d’autres détours, qui préfèrent passer par l’évocation d’autrui : on a vu en trois décennies s’imposer les « récits de filiation » et les « fictions biographiques ». La psychanalyse a ruiné le projet d'une autobiographie lucide : comment prétendre accéder à son inconscient ? Comment franchir la césure du refoulement ? C'est aux premiers âges que se façonne la p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique VIART, « ERNAUX ANNIE (1940- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/annie-ernaux/