ROUBLEV ANDREÏ (1370 env.-env. 1430)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quoique nous n'ayons aucune preuve qu'il ait été son élève, on considère parfois le peintre russe Andreï Roublev (prononcer Roubliov) comme le « continuateur » de Théophane le Grec. Il serait originaire de Pskov, selon une hypothèse que rien n'est venu confirmer. La vie et l'œuvre de Roublev sont liées à l'école de Moscou, dont il fut le représentant le plus génial. La réputation de Roublev était solidement établie de son vivant déjà, mais on ignore presque tout de son existence. Il était moine, et son activité s'est exercée aux monastères de la Trinité-Saint-Serge (de 1930 à 1991, Zagorsk, puis Serguiev Possad) et Andronikov (Moscou, musée Roublev). Son œuvre est, en effet, liée au développement de Moscou, quoiqu'elle possède certains traits stylistiques propres à l'art de Novgorod et à la tradition de Vladimir-Souzdal. Son talent s'est affirmé au moment du développement rapide de la principauté de Moscou ; l'artiste a d'ailleurs travaillé pour le prince de Moscou et pour Youri de Zvenigorod. Assimilant les traditions dont il héritait, il a créé un art original et accompli, adouci, poétique, libéré de tout ascétisme gratuit, tout d'émotion et d'harmonie mais empreint de force.

Madone, entourage d'A. Roublev

Photographie : Madone, entourage d'A. Roublev

Entourage d'Andreï ROUBLEV, École de Moscou, Madone, détrempe sur bois. Musée d'État, Saint-Pétersbourg, Russie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La première œuvre qu'on attribue à Roublev subsiste dans les fragments de fresques, assez détériorés (les médaillons de Flor et Lavr), qui ornent les piliers de l'église de la Dormition de Zvenigorod (1400 env.). On lui attribue de même, avec une certitude presque complète, des icônes, conservés à la galerie Tretiakov, provenant d'une iconostase de Zvenigorod, peinte au début du xve siècle. Les visages, même abîmés, de l'archange Michel, de Paul et surtout du Sauveur, l'une des plus remarquables icônes russes, sont d'une exceptionnelle beauté. La fermeté et la douceur, la force et l'élégance s'y conjuguent ; le Christ Pantocrator byzantin est devenu le Sauveur russe ; les lèvres fines et le nez mince, la moustache tombante, les yeux profonds témoignent d'une grande sûreté de moyens. En 1405, Théophane le Grec, Prokhor de Gorodets et Andreï Roublev peignent l'iconostase de l'église de l'Annonciation du Kremlin de Moscou. Certaines icônes, dénotant un style plus novateur, un rythme, un mouvement et une légèreté caractéristiques de l'artiste, sont attribuées à Roublev. C'est d'après ce modèle que seront peintes ensuite les iconostases de la cathédrale de Vladimir et celle de la Trinité-Saint-Serge qui répètent celles de Moscou.

Le Sauveur, A. Roublev

Photographie : Le Sauveur, A. Roublev

Andreï Roublev: «Le Sauveur». Détrempe sur bois, vers 1420. Galerie Tretiakov, Moscou. 

Crédits : AKG-images

Afficher

En 1408, le prince de Moscou envoie à Vladimir Roublev et son compagnon Daniel pour orner de fresques la cathédrale de la Dormition ; une partie de cet ensemble est conservée. Dans ces fresques qui représentent le Jugement dernier, Pierre, l'ange du Jugement et les femmes des justes sont particulièrement émouvants. Dans la maturité de son talent, Roublev crée son chef-d'œuvre, la célèbre Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, autrefois à la Trinité-Saint-Serge, actuellement à la galerie Tretiakov, qui symbolise l'apparition de Dieu à Abraham et à Sarah sous la forme de trois anges pèlerins. Chez Roublev, ce sujet traditionnel est traité de façon nouvelle, originale, purement spirituelle, la composition comme l'exécution sont d'une perfection rarement atteinte. Le mouvement circulaire donné à l'œuvre est symbole d'unité et d'harmonie. Les couleurs sont vives, légères et transparentes, lumineuses. L'œuvre, peinte soit vers 1411, soit entre 1422 et 1423, a été analysée par de nombreux chercheurs, théologiens et historiens d'art. De 1425 à 1428, Roublev peint d'autres panneaux, notamment les Fêtes, pour la même église de la Trinité.

Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev

Photographie : Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev

Andreï ROUBLEV, Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, début XVesiècle, détrempe sur bois. Autrefois à la Trinité-Saint-Serge, actuellement à la galerie Tretiakov, Moscou. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Roublev et son école représentent tout un mouvement dans l'art russe ancien et un sommet qui ne sera plus atteint. On retrouve chez lui, à travers l'art byzantin de la « renaissance » des Paléologues, certains traits de l'art grec classique ; mais la douceur élégante et harmonieuse de ses compositions est propre à ce maître profondément russe.

Saint Nicolas, icône

Photographie : Saint Nicolas, icône

«Saint Nicolas», vers 1410. Tempera sur bois. Musée Andreï Roublev, Moscou. 

Crédits : AKG-images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Madone, entourage d'A. Roublev

Madone, entourage d'A. Roublev
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Sauveur, A. Roublev

Le Sauveur, A. Roublev
Crédits : AKG-images

photographie

Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev

Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Saint Nicolas, icône

Saint Nicolas, icône
Crédits : AKG-images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à l'Institut de philologie et d'histoire orientales et slaves, Bruxelles

Classification

Autres références

«  ROUBLEV ANDREÏ (1370 env.-env. 1430)  » est également traité dans :

ANNEAU D'OR

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 4 071 mots

Dans le chapitre « Vladimir »  : […] Vladimir, dont les monuments les plus prestigieux, après ceux de Kiev et de Novgorod datent du xii e  siècle, est située à 190 kilomètres au nord-est de Moscou, sur les bords de la Kliazma. La ville est connue depuis 1108. Les premières églises y furent érigées par les princes kiéviens Vladimir Vsevolodovitch Monomaque (1053-1125) et Iouri Dolgorouki (années 1090-1157). Mais c'est seulement sous […] Lire la suite

ICÔNE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY
  •  • 4 837 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les icônes russes »  : […] En Russie, dont l'art religieux, comme celui des Balkans, tire ses origines de Byzance, l'icône connut un exceptionnel essor. Là, mieux qu'ailleurs, s'affirmèrent les caractères distinctifs d'écoles locales, de nouveaux thèmes iconographiques furent créés (les saints Boris et Gleb, le Pokrov – voile – de la Vierge, par exemple) et des peintres de talent développèrent un style souvent original. Les […] Lire la suite

ICONOSTASE

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 216 mots
  •  • 1 média

Pour les contemporains, l'iconostase évoque cet imposant dressoir d'images saintes qui, dans les communautés orthodoxes de souche gréco-byzantine, isole le fidèle de l'espace sacré par excellence, le sanctuaire. Dans l'usage originel, eikonostasion définissait le support, sur pied ou en console, d'une icône privilégiée, disposée en avant de l'entrée du chœur. Le meuble existe du reste toujours av […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 235 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les icônes russiennes et russes »  : […] Du xii e au xiv e  siècle, moment où se forme la Moscovie, première étape de la future Russie, puis de l'Empire russe, les maîtres grecs dominent la production iconographique de la « Rouss kiévienne » à partir du xii e  siècle. Bien entendu, l'art russien est une branche de l'arbre byzantin, mais, dès le début, il propose une image moins sévère, moins sombre de l'icône du Christ, comme on peut le […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 903 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La réunification de la Russie »  : […] Sous la conduite de la Moscovie, les principautés russes réussissent finalement à infliger une première défaite aux Tatars en remportant la victoire de Koulikovo (1380). Dès lors commence pour la culture russe une période d'essor général, et le xv e  siècle est celui de l'épanouissement complet de l'art russe ancien. La ville de Novgorod, restée en dehors de l'aire d'invasion, conserve un riche pa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BLANKOFF, « ROUBLEV ANDREÏ (1370 env.-env. 1430) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-roublev/