AMMONOÏDÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Ammonoïdés (sens large) sont des Mollusques Céphalopodes constituant une sous-classe entièrement fossile.

Ce groupe, géologiquement très important, comprendrait environ 10 000 espèces qui vécurent entre le Dévonien inférieur et la fin du Crétacé. Connues autrefois sous le nom de cornes d'Ammon, les Ammonites, proches des Nautiles, en ont été séparées par Lamarck.

Leur coquille, enroulée à la manière d'une corne de bélier, peut avoir une dimension de 2,50 m, mais elle ne dépasse pas, en général, quelques centimètres.

Elle est tubulaire et compartimentée en loges successives que séparent des cloisons à convexité dirigée vers l'avant (et non vers l'arrière comme chez les Nautiles).

L'insertion des cloisons sur les parois de la coquille dessine des lignes de suture, dont le tracé constitue un important critère d'identification. Un canal ou siphon traverse chaque cloison, par une ouverture entourée d'un goulot dont l'orientation et la position (chez l'adulte) permettent de diviser les Ammonoïdés en Clyménies, Goniatites et Ammonites vraies. Quelles que soient les divergences de détails, ces animaux étaient tous marins et pélagiques, c'est-à-dire nageurs. La coquille, orientée l'orifice en haut, servait vraisemblablement de flotteur et de carène.

Orientation

Dessin : Orientation

Orientation et position du siphon 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Mauvais fossiles de faciès en raison de leur mode de vie, ce sont, par contre, d'excellents fossiles stratigraphiques, parce que leur extension dans le domaine marin se faisait sur de vastes surfaces, ce qui permet de raccorder chronologiquement des territoires géographiques très éloignés. Les Ammonites sont surtout précieuses parce qu'elles se divisent en un grand nombre de familles, localisées en général de façon précise dans l'échelle des temps géologiques.

Ammonites

Photographie : Ammonites

Apparues au Dévonien (il y a 400 millions d'années), les ammonites ont dominé la faune marine jusquà la fin du Secondaire (il y a 65 millions d'années), date de leur extinction. Grâce à la multitude de formes décrites (plus de 10 000 espèces, de toutes tailles, plus ou moins enroulées,... 

Crédits : Hans Splinter/ flickr ; CC BY-ND

Afficher

Description de la coquille des Ammonoïdés

La coquille des Ammonoïdés est du type planispiral. C'est-à-dire qu'elle s'enroule dans un plan autour de la loge initiale (protochonque). Le dernier tour recouvre souvent les précédents : c'est une coquille involute. Cependant, certaines formes, dites déroulées, ont une coquille à tours disjoints ou évolute, qui peut devenir rectiligne. L'aspect, en vue orale, peut être lenticulaire ou globuleux lorsque les tours sont jointifs. Le test, dont l'épaisseur est très variable, comprend plusieurs couches, dont la plus interne (nacrée) est le plus souvent seule conservée. Les parois latérales de la coquille sont rarement lisses : des côtes (radiaires), des nodules, des épines les recouvrent.

Coquille d'une ammonite

Dessin : Coquille d'une ammonite

Coquille d'une ammonite (d'après Muller, 1938) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Péristome

Le péristome, rarement bien conservé, est la zone légèrement différenciée qui entoure l'ouverture de la coquille. Il peut être sinueux   et présenter ventralement un petit prolongement en forme de languette, ou latéralement, une paire d'apophyses jugales. C'est au niveau du péristome que le corps de l'animal s'insérait dans la loge terminale ou chambre d'habitation. Il pouvait sans doute s'y enfermer en se protégeant par des pièces calcaires ou cornées (simples ou paires) qui devaient s'emboîter dans le péristome à la façon des opercules de Gastéropodes. De telles pièces sont nommées aptychus. Elles sont particulièrement nombreuses au Jurassique et au Crétacé inférieur.

Siphon

Contrairement à celui des Nautiloïdés, il pénètre dans la protochonque au fond de laquelle il est relié par un fin tube calcaire : le prosiphon. Au cours du développement, l'orientation du goulot siphonal peut varier, et c'est pourquoi la classification sommaire proposée plus haut ne vaut que pour les adultes.

Sutures

Le dessin des lignes de suture permet de différencier les Nautiloïdés des Ammonoïdés, et il constitue le principal critère qui autorise la division du groupe en genres. La description des principaux types de sutures fait appel à une terminologie complexe qui sera, ici, simplifiée.

Si nous faisons exception (momentanément) de la première ligne de suture (ou suture embryonnaire) qui correspond à la loge initiale, nous voyons que, de part et d'autre d'une ligne médiane (virtuelle) située sur la face ventrale (externe) de la coquille, la suture se compose de deux catégories d'éléments : les lobes, concaves vers l'avant, et les selles, convexes vers l'avant. La sinuosité médiane ou lobe (E) est entourée par deux selles, chacune d'elles flanquée latéralement d'un second lobe (L). Les deux sortes d'éléments se répètent rythmiquement le long de chaque flanc jusqu'à la ligne d'involution (ligne de recouvrement d'un tour par un autre) où la suture visible se termine par un lobe (I).

Suture simple d'une ammonite

Dessin : Suture simple d'une ammonite

Développement en plan d'une suture simple (Hoplitidé) à lobes auxiliaires peu nombreux (U1 et U2). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La suture embryonnaire, qui présente trois types structuraux fondamentaux, est assez différente. En effet, l'élément médian (V) n'est pas un lobe mais une selle. L'étude ontogénique (lorsqu'elle est possible) montre que c'est à partir de la deuxième loge que la selle V s'invagine en un lobe E, d'une part, et que, d'autre part, avec la croissance, des lobes supplémentaires (auxiliaires) apparaissent entre I et L.

Suture embryonnaire

Dessin : Suture embryonnaire

Principaux types de suture embryonnaire. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le dessin des sutures a permis de répartir les Ammonoïdés en trois groupes qui ont valeur d'ordre.

Types de suture

Dessin : Types de suture

Les 3 types de suture des Ammonoïdés. Simples chez les Goniatites, les lobes commencent à se denteler chez les Cératites. Le dessin atteint son maximum de complication chez les Ammonites (d'après Easton, 1960). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Orientation

Orientation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ammonites

Ammonites
Crédits : Hans Splinter/ flickr ; CC BY-ND

photographie

Coquille d'une ammonite

Coquille d'une ammonite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Suture simple d'une ammonite

Suture simple d'une ammonite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  AMMONOÏDÉS  » est également traité dans :

CÉPHALOPODES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER
  •  • 3 434 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Ammonoïdes »  : […] Ce groupe (Dévonien XVII-Crétacé) montre un phragmocône enroulé à siphon mince marginal externe (« ventral »). Un opercule à une ou deux valves, l'aptychus, peut clore la coquille. La suture cloisonnaire offre un dessin complexe. L'évolution rapide a donné des formes utiles en stratigraphie. Radula à 7 dents. Les Goniatites (Dévonien-Permien) ont des selles et des lobes non dentelés. Ce sont des […] Lire la suite

TRIAS

  • Écrit par 
  • Jean-François DECONINCK
  •  • 966 mots

Le Trias représente le premier système du Mésozoïque (ère secondaire) et s'étale de — 251 (± 0,4) millions d'années (Ma) à — 199,6 (± 0,3) Ma, soit une durée de quelque 52 Ma. Ce terme a été défini pour la première fois par Friedrich August von Alberti pour désigner trois formations connues dans le sud de l'Allemagne et constituant le « Trias germanique » : le Bundsandstein, constitué de grès rou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIRAMBAULT, « AMMONOÏDÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ammonoides/