Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Meeting de Podemos à Barcelone, 2014 - crédits : Josep Lago/ AFP

Meeting de Podemos à Barcelone, 2014

L’expression « démocratie participative » s’est imposée dans le débat public. Au-delà de ce succès terminologique, la démocratie participative désigne un phénomène bien réel : la multiplication en France et dans le monde d’expériences locales ou nationales permettant aux citoyens de participer directement à la décision publique, ou d’être consultés en dehors des échéances électorales. Ces expériences de démocratie participative prétendent en général pallier les défaillances de la démocratie représentative, sur laquelle sont pourtant fondées les démocraties contemporaines. En effet, celles-ci sont par nature représentatives, puisque essentiellement organisées autour de la procédure électorale et de la désignation de représentants élus. Depuis la fin du xviiie siècle, la démocratie représentative est ainsi construite sur quatre piliers : des élections à intervalles réguliers, l’indépendance des gouvernants, la liberté d’opinion publique et la prise de décision à la majorité après un débat entre représentants élus. Mais, pour le philosophe Bernard Manin, spécialiste de ces questions, le gouvernement représentatif est en fait un système dans lequel l’élu n’est « ni le double ni le porte-parole de l’électeur, mais gouverne en anticipant le jour où le public rendra son jugement ». Pour plusieurs raisons, le début du xxie siècle a vu s’affirmer une volonté de dépasser ce modèle strictement représentatif. D’abord parce que la démocratie connaît une crise de plus en plus évidente (montée de l’abstention, défiance envers les politiques, populismes…) et que la participation apparaît comme une manière de « réenchanter » et de régénérer un modèle politique en voie d’essoufflement. Ensuite, le processus électoral est de moins en moins source de légitimité. La baisse de la participation ne permet plus aux élus de se parer de l’intérêt général, d’autant qu’ils sont de plus en plus perçus comme une nouvelle aristocratie (l’élection « distingue » et tend à favoriser la professionnalisation politique). Enfin, en raison de la hausse du niveau général de scolarisation et de la dévalorisation des formes traditionnelles d’autorité, s’exprime dans la société, de manière disparate, une attente de participation plus forte aux affaires publiques.

S’est ainsi développé un nouveau modèle de démocratie aux contours flous et aux objectifs multiples : la démocratie participative. L’expression recouvre les différents processus d’« association » des citoyens à la décision et aux débats publics qui se sont multipliés depuis la fin du xxe siècle, principalement à l’échelle locale. Tout se passe comme s’il devenait de moins en moins envisageable de ne pas associer les citoyens à l’activité politique entre deux échéances électorales, d’en appeler à la patience civique, au pouvoir « souverain » de représentants oints par le suffrage universel, ou encore d’arguer de l’incompétence des « masses » et de l’expertise des élus. Selon l’expression des politologues Loïc Blondiaux et Yves Sintomer, les démocraties sont saisies par un « impératif participatif ». De plus en plus nombreux sont les enjeux, auparavant réservés aux experts ou aux élus, qui s’ouvrent de manière significative au débat, deviennent « discutables », dessinant la perspective d’une « démocratie dialogique ». Des dispositifs tels que comités, commissions, conférences citoyennes se multiplient. Ils visent à permettre la confrontation de points de vue entre individus d’horizons très différents, ce que les sociologues Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe appellent des « forums hybrides ». Les citoyens sélectionnés pour participer à ces dispositifs participatifs ne le sont pas forcément pour leur connaissance du sujet débattu, mais de manière à restituer la diversité la plus grande des opinions.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de science politique à l'université de Lille

Classification

Pour citer cet article

Rémi LEFEBVRE. DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 21/03/2024

Médias

Meeting de Podemos à Barcelone, 2014 - crédits : Josep Lago/ AFP

Meeting de Podemos à Barcelone, 2014

Emmanuel Macron lors du grand débat national, 2019 - crédits : Ludovic Marin/ AFP

Emmanuel Macron lors du grand débat national, 2019

Cahiers de doléances des gilets jaunes - crédits : Valery Hache/ AFP

Cahiers de doléances des gilets jaunes

Autres références

  • AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

    • Écrit par
    • 7 514 mots

    En dépit de ses évidentes disparités, il n'est pas vain de continuer à considérer cette région du monde comme un ensemble où les convergences, en termes géopolitiques, l'emportent sur les différences, qu'il s'agisse de l'histoire des relations entre les deux parties du continent, des modes de développement...

  • ARCHITECTURE ÉCOLOGIQUE ou ARCHITECTURE DURABLE

    • Écrit par
    • 5 070 mots
    • 1 média
    ...presque mystique avec la nature sauvage, qui les pousse à la défendre, et ces pays peu peuplés au climat difficile ont une tradition d'entraide et de démocratie participative. Le passé a légué aux Allemands une conscience aiguë de la responsabilité commune. Leur engagement s'explique aussi de manière...
  • DÉMOCRATIE

    • Écrit par
    • 10 324 mots
    • 3 médias
    ...d'information et parfois de « concertation » lors de l'élaboration de projets d'aménagement. Diverses catégories d'acteurs travaillent à l'avènement d'une démocratie plus participative. Ces nouvelles occasions de « participation » se développent dans un cadre qui demeure néanmoins représentatif. Les procédures...
  • KAUFMANN HERMANN (1955- )

    • Écrit par
    • 1 040 mots

    Hérault d'une dynastie du bois comprenant concepteurs, charpentiers et industriels, l'architecte autrichien Hermann Kaufmann milite depuis les années 1980 pour une construction innovante mêlant bois massif et produits dérivés. Son œuvre très vaste, marquée par la conscience du « service » à offrir...

  • Afficher les 7 références