ALPHABÉTISATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Analphabétisme et alphabétisation

Questions de définition

Les statistiques actuelles donnent le plus souvent des taux d'alphabétisation (dits taux d'« alphabétisme ») et non d'analphabétisme. Ce changement dans le vocabulaire permet d'éviter d'utiliser le concept d'analphabétisme, jugé trop stigmatisant, même si par ailleurs la rhétorique du « déficit » ou du « handicap » perdure. Le terme analphabète demeure d'usage courant, mais les spécialistes usent davantage de celui d'« alphabète », pour désigner une personne ayant acquis un continuum de compétences, de la maîtrise de la lecture et de l'écriture jusqu'à la maîtrise d'un ensemble de connaissances et de savoir-faire relativement complexes.

Dans les pays développés, la notion d'illettrisme a été avancée pour désigner la situation de ceux qui, ayant été scolarisés, se révèlent incapables d'utiliser leurs connaissances pour répondre à certaines exigences minimales de la vie quotidienne (lecture et compréhension d'un mode d'emploi ou d'un horaire d'autobus, remplissage de formulaires administratifs, etc.).

Le besoin d'une définition conventionnelle s'est manifesté après le second conflit mondial, dans le contexte de la décolonisation, de l'affirmation des identités politiques et culturelles, de l'émergence d'une coopération internationale venant à l'appui des programmes nationaux d'éducation des adultes. À cet égard, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (U.N.E.S.C.O.), créée en 1946, a joué un rôle important. C'est ainsi qu'en 1951 un comité d'experts réuni par l'U.N.E.S.C.O. proposait une première définition selon laquelle pouvait être considérée comme alphabète toute « personne capable de lire et écrire, en le comprenant, un exposé simple et bref de faits en rapport avec sa vie quotidienne ». En conséquence, selon l'U.N.E.S.C.O., « une personne capable seulement de lire et d'écrire des chiffres et son nom doit être considérée comme analphabète, de même qu'une personne qui sait lire mais non écrire, ainsi qu'une personne qui ne peut lire et écrire qu'une expression rituelle apprise par cœur ».

Dans un premier temps, l'analphabétisme était considéré comme une sorte de fléau qu'il convenait d'« éradiquer » par des actions extensives et rapides. La faiblesse des résultats obtenus par une alphabétisation de type scolaire traditionnelle et le gaspillage des ressources et des efforts que révélait l'ampleur de l'analphabétisme de retour ont contribué au changement d'orientation opéré lors du Congrès mondial des ministres de l'Éducation, tenu à Téhéran en 1965, avec l'émergence du concept d'alphabétisation dite « fonctionnelle ».

En 1978, l'U.N.E.S.C.O. révise cette définition et ajoute cette précision : « Est fonctionnellement analphabète une personne incapable d'exercer toutes les activités pour lesquelles l'alphabétisation est nécessaire dans l'intérêt du bon fonctionnement de son groupe et de sa communauté, et aussi pour lui permettre de continuer à lire, à écrire et à calculer en vue de son propre développement et de celui de la communauté. »

Les « fonctionnalités » ambiguës de l'alphabétisation

D'un point de vue sociologique, toute action éducative est intrinsèquement fonctionnelle. L'approche dite « fonctionnelle » de l'alphabétisation qui se dessine dans les années 1960 a voulu se démarquer des objectifs et des méthodes de l'école primaire en soulignant qu'il s'agissait d'alphabétiser pour répondre aux préoccupations supposées des adultes. L'idée conductrice était celle d'une alphabétisation liée à l'effort général d'éducation et aux programmes de « développement », afin de faciliter l'intégration nationale et l'intégration sociale des individus et des groupes. Cependant, par rapport aux espoirs d'éducation pour tous qui étaient affichés lors des campagnes massives d'alphabétisation, le début des années 1970 est marqué par un souci de rationalité, de sélectivité et de rentabilité.

Par opposition à ce type de fonctionnalité s'est affirmée, à l'initiative du Brésilien Paulo Freire, une conception de l'alphabétisation destinée à s'élaborer à partir des préoccupations que la base populaire aurait elle-même identifiées au travers d'une réflexion dite « conscientisante ». La fonctionnalité de l'alphabétisation est alors située dans une dynamique de transformation sociale et culturelle qui se propose d'aider l'homme à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (E.H.E.S.S.)
  • : professeur des Universités en démographie, faculté des sciences humaines et sociales, université de Paris-V-Sorbonne
  • : agrégée de l'Université, A.T.E.R. à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  ALPHABÉTISATION  » est également traité dans :

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « « Nationalisme offensif » et « nationalisme défensif » »  : […] L' édification de l'État soviétique et la consolidation du pouvoir bolchevik exigeaient, selon Lénine, le respect du sentiment national des peuples colonisés sous l'ancien régime. Le peuple russe avait une dette à leur égard que le pouvoir soviétique devait honorer par de très larges concessions à leurs aspirations nationales : « Pour le prolétariat, il n'est pas seulement important mais absolumen […] Lire la suite

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 764 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Croissance et contradictions »  : […] De 1949 à 1956, le Congo connut un mouvement d'expansion économique puissant et soutenu dans lequel la guerre de Corée joua à partir de 1950 le rôle d'accélérateur. Trois séries de chiffres illustrent cette croissance économique. De 1950 à 1956, le taux d'accroissement de la production industrielle dépassa 14 p. 100 par an. De 1949 à 1957, la production manufacturière fut multipliée par 3,2 au Con […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Développement des pays du Sud

  • Écrit par 
  • Denis COGNEAU, 
  • Philippe DE VREYER, 
  • Sylvie LAMBERT
  •  • 5 718 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les progrès en matière de santé et d'éducation »  : […] L'évolution de la durée de la vie peut, par exemple, être largement déconnectée de la croissance économique et de sa répartition. Elle dépend, en effet, non seulement de l'amélioration de la nutrition et des conditions matérielles d'existence, mais également des progrès de la médecine et de leur diffusion à travers un système sanitaire équitable. Ainsi, en 2008, le Cambodge, où la pauvreté monétai […] Lire la suite

ÉDUCATION - L'accès à l'éducation dans le monde

  • Écrit par 
  • François ORIVEL
  •  • 5 758 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Quelle éducation pour tous ? »  : […] Le concept d'éducation pour tous (E.P.T.) n'est pas sans ambiguïtés. Il s'agit de définir une sorte de menu commun de base sans que cela implique nécessairement une poursuite généralisée des études les plus longues. Certains pays préconisent une vision réduite et assimilent l'éducation de base à l'éducation primaire ; d'autres y incluent le premier cycle de l'enseignement secondaire ; d'autres y […] Lire la suite

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 467 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le gouvernement militaire provisoire »  : […] Le 12 septembre, le comité militaire se proclame gouvernement provisoire. Il devra à la fois résister aux partisans de l'ancien régime et aux dissidents tant libéraux que marxistes. Quelques féodaux rebelles sont assiégés et écrasés. Seul le Tigré, voisin de l'Érythrée rebelle et fidèle à son ras, Menguecha Seyoum (petit-fils de l'empereur Yohannès IV), demeurera irréductible, même après que Mengu […] Lire la suite

FREIRE PAULO (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Moacir GADOTTI
  •  • 881 mots

Paulo Reglus Neves Freire est né le 19 septembre 1921 à Recife, capitale du Pernambouc, dans une région – le Nordeste – parmi les plus pauvres du Brésil. Il fut très tôt sensibilisé aux difficiles conditions de vie des classes populaires. Il travailla tout d'abord au Sesi (Service social de l'industrie) ainsi qu'au service du développement culturel de l'université de Recife. Il fut tout ce que p […] Lire la suite

INDICATEURS DE DÉVELOPPEMENT HUMAIN (I.D.H.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 125 mots

Instrument de base des analyses menées par les Nations unies en matière de développement économique et social. Introduit en 1990 par le Rapport mondial sur le développement humain (publié par le P.N.U.D.), l'I.D.H. est un indicateur composite. Pour un pays ou pour un groupe de pays donné (ou, à l'intérieur d'un pays, pour un groupe de population donné : sexe, ethnie, région, classe sociale), il c […] Lire la suite

IRAN - Géographie

  • Écrit par 
  • Bernard HOURCADE
  •  • 5 162 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Jeunes adultes, citadins et alphabétisés »  : […] Avec 75,15 millions d'habitants en 2011 contre 19 millions en 1956, l'Iran est, après l'Égypte et avec la Turquie, le pays le plus peuplé du Moyen-Orient. Jusque dans les années 1980, la baisse rapide de la mortalité (20 p. 1 000 en 1956, 8 p. 1 000 en 1990) n'a pas été accompagnée par une baisse de la fécondité, qui est longtemps restée au niveau élevé de 6,7 enfants par femme, avant de connaîtr […] Lire la suite

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une pluralité de lecteurs »  : […] Reste à savoir qui pouvait participer à la culture écrite durant l'époque moderne. L'examen des signatures dans les actes de mariage a fourni une première approche de l'alphabétisation selon les époques et les régions. On s'est, de même, efforcé de connaître la composition socioculturelle du public cultivé ainsi que ses lectures en analysant le contenu des bibliothèques mentionnées dans les inven […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Littérature et société »  : […] La révolution industrielle , avec retard par rapport au Royaume-Uni, transforme en profondeur l’économie du pays entre la Restauration et le second Empire, comme le montrent les expositions universelles de 1855 et 1867 : les banques, les transports, les sites industriels connaissent un développement sans précédent qui touche aussi la presse, le monde des spectacles et l’édition (Louis Hachette o […] Lire la suite

Pour citer l’article

Béatrice FRAENKEL, Léon GANI, Aïssatou MBODJ, « ALPHABÉTISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alphabetisation/