Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) République démocratique allemande

L'édification de la « société socialiste développée » (1974-1980)

Le renforcement de l'État socialiste

Si cette reconnaissance renforçait incontestablement l'État est-allemand, elle l'obligeait aussi à affirmer plus nettement son identité socialiste. La nouvelle équipe dirigeante avec à sa tête Erich Honecker, premier secrétaire du S.E.D. depuis le VIIIe congrès de 1971, Willy Stoph, élu après la mort d'Ulbricht en août 1973 président du Conseil d'État, et Horst Sindermann, successeur de ce dernier à la présidence du Conseil des ministres, avait parfaitement conscience que la normalisation de ses rapports avec la R.F.A. et l'entrée de la R.D.A. dans les instances internationales constituaient un défi à leur « société socialiste », qui devait prouver à la fois sa fidélité aux « pays frères » et sa compétence, voire sa supériorité, à résoudre les problèmes socio-économiques face à un monde capitaliste en crise.

D'où la modification, en octobre 1974, de la Constitution de 1968, insistant sur l'orientation socialiste de la R.D.A. dans la continuité des « traditions révolutionnaires de la classe ouvrière allemande » ; l'entrée en vigueur, en janvier 1976, d'un Code civil socialiste remplaçant le Code civil bourgeois ; le renouvellement, en octobre 1976, de la Chambre du Peuple qui confirmait la prépondérance du S.E.D. et des mouvements de masse adjoints en rajeunissant ses cadres. En même temps, la R.D.A. accrut sa coopération avec la communauté socialiste en signant, le 7 octobre 1975, à Moscou, un nouveau traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle avec l'U.R.S.S. jusqu'en l'an 2000, garantissant le rapprochement continu entre les deux nations et l'avenir de la R.D.A. dans la voie du socialisme vers le communisme – coopération accentuée par l'intégration économique croissante de la R.D.A. dans la C.A.E.M., organe d'« interpénétration planifiée des capacités de recherche et de production des pays socialistes ». Dans ce cadre, près de la moitié des travaux de recherche effectués par l'Académie des sciences de la R.D.A. l'étaient en coopération avec l'U.R.S.S. ; des échanges de travailleurs et de techniciens se multiplièrent entre les deux pays, tandis que le mouvement est-allemand de la jeunesse (F.D.J.) participait à la construction du gazoduc Soyouz. Avec la Pologne, la R.D.A. participa à la construction d'un combinat d'industrie cotonnière à Zawiercie, avec la Tchécoslovaquie à l'installation d'une conduite d'éthylène de 138 kilomètres pour un combinat pétrochimique. Cette interpénétration économique s'accompagna aussi d'une plus grande concertation politique. Précédées ou suivies de nombreuses réunions de travail entre responsables de la hiérarchie politique, les rencontres se multiplièrent entre Leonid Brejnev et Erich Honecker (vingt en cinq ans), soulignant le réalignement complet de la R.D.A. sur les positions soviétiques, après les velléités d'autonomie qui avaient provoqué le limogeage de Walter Ulbricht.

L'intensification de la productivité liée au progrès social

La période de transition durant laquelle intervinrent le changement de l'équipe dirigeante et les réajustements nécessaires explique sans doute le retard avec lequel Erich Honecker annonça, en octobre 1975, l'application à la R.D.A. du « Programme d'intensification de la productivité », décidé en juillet 1971 à la XXVe session de la C.A.E.M. Cette nouvelle orientation s'imposait d'urgence. Car, si la R.D.A. avait réussi durant le quinquennat 1971-1975, grâce aux bons résultats de son agriculture et à une forte croissance industrielle, à maintenir un taux de croissance annuel de 5,4 p. 100, à revaloriser le salaire minimal et les retraites (+ 30 p.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur d'université, docteur d'État, directrice de l'Institut d'études germaniques, université François-Rabelais, Tours

Classification

Pour citer cet article

Georges CASTELLAN et Rita THALMANN. ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 31/05/2016

Médias

Churchill et Roosevelt lors de la conférence de Casablanca, 1943 - crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

Churchill et Roosevelt lors de la conférence de Casablanca, 1943

Blocus de Berlin, 1948 - crédits : National Archives

Blocus de Berlin, 1948

Soulèvement ouvrier à Berlin-Est (juin 1953) - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Soulèvement ouvrier à Berlin-Est (juin 1953)

Autres références

  • ALLEMAGNE - Les institutions

    • Écrit par
    • 4 249 mots

    Les institutions de la république fédérale d’Allemagne sont définies par la Loi fondamentale (L.F.), ou Grundgesetz, du 23 mai 1949. Pensé à l’origine comme une Constitution provisoire pour l’Allemagne de l’Ouest, le Grundgesetz s’applique à toute l’Allemagne depuis le 3 octobre 1990....