ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949)République démocratique allemande

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La création des bases du socialisme (1950-1955)

Cette périodisation utilisée par les historiens de la R.D.A. correspond au premier plan quinquennal (1951-1955). Durant ces années, l'affrontement de la guerre froide atteignit le 17 juin 1953 un point critique qui montra cependant qu'aucun des deux camps n'entendait sortir de sa zone d'influence : l'octroi en 1954-1955 de la pleine souveraineté à chacune des Républiques par son protecteur respectif officialisait la coupure de l'Allemagne en deux États, en dépit des affirmations renouvelées.

La mise en place des institutions

La transformation « socialiste » annoncée dès 1949 devint effective avec la création de la R.D.A. : le climat de tension internationale qui culmina avec le déclenchement de la guerre de Corée, le 25 juin 1950, fit qu'elle se traduisit par un durcissement en tout domaine. Le premier problème était celui des élections qui devaient rendre définitives les institutions provisoires de la République.

Il fut décidé, en mai 1950, qu'elles auraient lieu sur des listes uniques du Front national, issu du IIIe Volkskongress en octobre 1949, et ce sur la base d'une répartition a priori des sièges, qui en donnait 55 p. 100 au Parti socialiste unifié (S.E.D.), épaulé par les organisations de masse. Orchestrées par une vaste campagne du Front national, les élections du 15 octobre 1950 apportèrent 99,7 p. 100 des voix à la liste unique. Dans l'intervalle, le IIIe congrès du S.E.D., du 20 au 24 juillet 1950, avait adopté de nouveaux statuts très proches de ceux du P.C. soviétique, qui en faisaient un parti de « type nouveau ». Étaient institués la discipline léniniste du « centralisme démocratique », un comité central, etc. Son but : construire le socialisme en assurant la domination politique de la classe ouvrière. À la fin de l'année 1950, par sa vie politique, la R.D.A. avait pris tous les caractères d'une démocratie populaire.

L'effort économique

L'économie suivit. Le premier plan quinquennal, adopté par le IIIe congrès, entra en application au début de l'année 1951 : il avait pour objectif de doubler la production industrielle en cinq ans et de faire disparaître les déséquilibres dus aux réparations et à la coupure de l'Allemagne. L'effort principal portait sur l'industrie lourde : énergie, usines, sidérurgie, chimie, machines. Il se matérialisa dès le 1er janvier 1951 par la pose de la première pierre du combinat sidérurgique est, le combinat J. V. Staline, symboliquement construit en bordure de la Neisse pour utiliser le charbon de la Silésie polonaise et le minerai de fer soviétique de Krivoï-Rog. La première coulée d'acier y fut réalisée le 19 septembre de la même année. Cela demandait un effort considérable et postulait de la part des travailleurs un esprit de sacrifice peu commun. Le problème essentiel était donc l'augmentation de la « productivité du travail ». Pour cela, on eut recours aux syndicats (Freier Deutsche Gewerkschaftsbund, F.D.G.B.) qui perdirent tout caractère revendicatif pour devenir des organismes de mobilisation des ouvriers. En même temps, ils abandonnaient le neutralisme politique : leur président, Warnke, était membre du comité central et du secrétariat du S.E.D.

En matière agricole, le plan décidait une augmentation de la production de 57 p. 100 par an. Pareil progrès semblait difficile pour une paysannerie qui n'avait pas encore trouvé son nouvel équilibre. Les exploitations des « nouveaux paysans » bénéficiaires de la réforme agraire demeuraient fragiles : manque d'outillage, de capitaux, de connaissances agricoles aussi. Pour les aider, on organisa une « Entraide paysanne » et des stations de machines où l'action du S.E.D. était prépondérante. Malgré cela, et en dépit d'une politique des livraisons qui défavorisait systématiquement les « gros paysans » possesseurs de plus de 20 hectares, les paysans aisés désignés comme « koulaks », assurément hostiles à toute socialisation, conservaient ou retrouvaient une influence dans les campagnes. De socialisation, il n'était question ni dans le plan biennal ni dans le plan quinquennal. Il était pourtant évident que la planification de l'agriculture postulait une socialisation de la production agricole. Impératifs économiques et idéologiques s'épaulaient mutuellement et, au mépris de la Constitution qui garantissait la propriété privée du sol, ils annonçaient dès 1950 une transformation socialiste des campagnes.

Débuts de la « construction du socialisme »

O [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 29 pages

Médias de l’article

Churchill et Roosevelt lors de la conférence de Casablanca, 1943

Churchill et Roosevelt lors de la conférence de Casablanca, 1943
Crédits : Fox Photos/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Blocus de Berlin, 1948

Blocus de Berlin, 1948
Crédits : National Archives

vidéo

Soulèvement ouvrier à Berlin-Est (juin 1953)

Soulèvement ouvrier à Berlin-Est (juin 1953)
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Conférence de Berlin, 1954

Conférence de Berlin, 1954
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : professeur d'université, docteur d'État, directrice de l'Institut d'études germaniques, université François-Rabelais, Tours

Classification

Autres références

«  ALLEMAGNE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Géographie) - Aspects naturels et héritages

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 8 234 mots
  •  • 5 médias

L'Allemagne, qui s'affirme au xixe siècle comme une grande puissance économique, surtout après la victoire de 1870-1871 sur la France, connaît à cette époque une explosion industrielle et urbaine. De nouvelles villes apparaissent dans les Reviere (régions industrielles). La Gründerzeit fait croire que l'expansio […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 050 mots
  •  • 7 médias

L'Allemagne de Berlin : différente et semblable : le titre de l'ouvrage du politologue Alfred Grosser (2002) exprime les paradoxes de la construction historique du pays et renvoie à leurs multiples implications sur l'organisation territoriale. Finalistes et déterministes, les théories explicatives du Sonderweg (la « voie particulière ») ne suffisent pas à ex […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 149 mots
  •  • 7 médias

Plus de six siècles séparent la Germanie héritée des Carolingiens de cette « fédération de princes » qu'est l'Allemagne de la Réforme. L'histoire de cette longue période offre le contraste entre une politique vainement hantée par l'idée d'empire et la lente formation de la société allemande.Le […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 502 mots
  •  • 6 médias

Entre 1519 et 1648 apparaissent en Allemagne de profondes transformations. Pendant qu'à l'ouest s'opère l'élaboration de puissantes monarchies, Espagne, France, Angleterre, persiste en Allemagne l'état féodal marqué par les progrès de l'oligarchie réduisant l'Empereur à l'impuissance et le peuple à la servitude. S'y ajoute au début du siècle la division religieuse, aux résonances sociales rapideme […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

On ne saurait exagérer l'importance de la date de 1648 dans l'histoire de l'Allemagne. Non que les traités de Westphalie, en dépit d'une légende tenace, aient instauré un « nouvel ordre européen » : ils sont avant tout un règlement des questions allemandes à l'issue de la longue période – quelque 1 […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Stabilité et changement rythment l'évolution de la république fédérale d'Allemagne (R.F.A.), fondée en 1949.Stabilité n'est pas synonyme d'immobilité. Le jeu des partis politiques allemands s'est considérablement simplifié en passant du pluralisme au tripartisme, en évoluant du centre droit vers le centre gauche après 1969 puis en revenant au centre droi […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 709 mots
  •  • 4 médias

Pour la seconde fois en cent vingt ans, l'Allemagne retrouve son unité, en 1990. C'est la Prusse qui a unifié le pays après les guerres contre le Danemark, l'Autriche et la France. L'unité n'a été proclamée ni à Berlin ni même sur le territoire allemand, mais dans la galerie des Glaces du château de Versailles, le 18 janvier 1871, pendant que les troupes prus […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

La guerre froide a fait de l'Europe un théâtre majeur des relations Est-Ouest, où s'affrontent États-Unis et Union soviétique. Au cœur de cette Europe, l'Allemagne, divisée, n'est pas souveraine, mais elle n'en est pas moins essentielle, en tant que pièce maîtresse de l'Alliance atlantique, principale […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'économie allemande depuis la réunification

  • Écrit par 
  • Hans BRODERSEN
  •  • 6 021 mots
  •  • 7 médias

La réunification économique interallemande de 1990 est-elle un échec, un semi-échec ou une réussite ? Quel bilan économique tirer après plusieurs décennies d'efforts pour intégrer les territoires de l’ancienne république démocratique allemande (RDA) dans la compétition mondiale ? L'Allemagne a-t-elle digéré ces efforts et sera-t-elle en mesure de maintenir, voire d'accroître, ses positions alors q […] Lire la suite

ALLEMAGNE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHOTT
  •  • 4 225 mots

Les institutions de la république fédérale d’Allemagne sont définies par la Loi fondamentale (L.F.), ou Grundgesetz, du 23 mai 1949. Pensé à l’origine comme une Constitution provisoire pour l’Allemagne de l’Ouest, le Grun […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-25 mai 2014 Union européenne. Élections européennes

Les 23 et 24, la République tchèque désigne ses députés européens. – République tchèque, 21 sièges : Action des citoyens mécontents (libéral), 4 ; TOP 09 (conservateur), 4 ; Parti social-démocrate, 4 ; Parti communiste de Bohême et Moravie, 3 ; Union chrétienne-démocrate-Parti populaire tchécoslovaque (conservateur), 3 ; Parti démocrate civique (conservateur eurosceptique), 2 ; Parti des citoyens libres (libertaire eurosceptique), 1. […] Lire la suite

4-29 avril 1990 République démocratique allemande. Entrée en fonctions de Lothar de Maizière

Le 4, les cinq formations politiques issues des élections du 18 mars – le Parti chrétien-démocrate (C.D.U.) de Lothar de Maizière et les deux autres composantes conservatrices de l'Alliance pour l'Allemagne ainsi que le Parti social-démocrate (S.P.D.) et le Parti libéral – tombent d'accord pour former un gouvernement de coalition. Disposant au Parlement de 75 p. […] Lire la suite

18 mars 1990 République démocratique allemande. Succès chrétien-démocrate aux élections

Plus de douze millions d'électeurs sont appelés à désigner au scrutin proportionnel à un tour leurs quatre cents représentants à la Chambre du peuple. Vingt-quatre partis participent à ces premières élections législatives libres depuis l'avènement du nazisme, les plus importants d'entre eux étant massivement soutenus par les partis frères de R.F.A. […] Lire la suite

10-26 septembre 1989 République démocratique allemande – République fédérale d'Allemagne. Ouverture de la frontière austro-hongroise et exode des Allemands de l'Est

Le 10, la Hongrie annonce l'ouverture de sa frontière avec l'Autriche : plus de dix mille Allemands de l'Est, qui attendaient impatiemment cette décision depuis plusieurs jours dans des camps en Hongrie, franchissent aussitôt la frontière pour gagner l'Allemagne de l'Ouest, où les structures d'accueil préparées depuis le mois précédent en Bavière sont littéralement débordées. […] Lire la suite

13-31 août 1989 République démocratique allemande – République fédérale d'Allemagne. Afflux d'Allemands de l'Est en R.F.A.

Le 13, le gouvernement ouest-allemand décide la fermeture de son ambassade à Budapest, occupée depuis près d'une semaine par quelque cent quatre-vingts Allemands de l'Est désireux d'aller s'établir en R.F.A. Bonn avait déjà procédé, le 7, à une mesure identique envers sa représentation à Berlin-Est, occupée par cent vingt et un réfugiés, avant d'agir de même, le 23, pour son ambassade à Prague. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges CASTELLAN, Rita THALMANN, « ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-republique-democratique-allemande/