LOISY ALFRED (1857-1940)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les tournants de la condamnation et de la guerre

S'étonnera-t-on que cette construction n'ait pas alors été reçue par l'autorité ecclésiastique ? Après une série de mesures disciplinaires, Loisy sera excommunié (7 mars 1908) quand il aura refusé de souscrire à l'encyclique Pascendi (8 sept. 1907). Quelques mois après, il est élu professeur d'histoire des religions au Collège de France, poste qu'il occupera jusqu'en 1933. Il partage désormais son temps entre son domicile parisien et la petite maison de Ceffonds en Haute-Marne où il se retire et où il mourra. Vie très solitaire, mais dont on trahit la signification en l'isolant ainsi dans la singularité de son destin. Il faudrait la replacer dans le réseau d'amitiés et d'hostilités par rapport auxquelles Loisy s'est inlassablement situé, plus attentif encore à marquer ce qui le séparait de ceux qu'on lui donnait parfois pour alliés (Mgr Duchesne, Maurice Blondel, le baron von Hügel, A. Houtin, etc.) que de ses adversaires. En retrait des polémiques, deux grandes amitiés se sont maintenues inaltérées, celles de l'archevêque d'Albi, Mgr Mignot, et de l'abbé Henri Bremond. Mais il faudrait souligner aussi l'affection qu'il portait à des amis de tous âges vis-à-vis desquels il se sentait engagé.

La guerre en tua quelques-uns, en orienta d'autres dans une direction différente. Et ce n'est qu'un aspect du drame qu'elle représenta pour lui. Il avait construit sa synthèse autour de l'idée d'un progrès régulier de l'humanité par la religion. Elle lui fit prendre conscience que cette évolution avait un caractère plus dramatique, plus menacé aussi qu'il ne l'avait d'abord éprouvé. « L'humanité n'est pas conduite, comme l'enseignent les religions, mais elle va, cherche, se pousse, s'affole, s'irrite, se déchire, se suicide, tout en s'efforçant à vivre, à grandir, à se perpétuer, donc à s'améliorer. » Quant à ses positions exégétiques, elles ne varient guère et conserveront toujours un caractère trè [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur à l'université des sciences humaines de Strasbourg

Classification


Autres références

«  LOISY ALFRED (1857-1940)  » est également traité dans :

ECCLÉSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 742 mots

Dans le chapitre « Église et royaume de Dieu »  : […] Les exégètes contemporains (depuis J. Weiss et A. Schweitzer) ont rappelé le lien qui existe dans le Nouveau Testament entre l'Église et le Royaume de Dieu, notion beaucoup plus largement présente dans la prédication de Jésus que celle d'Église. Appréciant le constat et forçant un peu les choses, Alfred Loisy écrivait vers 1900 : « Jésus annonçait le Royaume, et c'est l'Église qui est venue » ( L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecclesiologie/#i_32497

HARNACK ADOLF VON (1851-1930)

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 770 mots

Dans le chapitre « Les critiques : de Loisy à Bultmann »  : […] Ce manifeste fut diversement reçu. Si les milieux du protestantisme libéral l'accueillirent très favorablement, il trouva immédiatement des adversaires nombreux. Il n'est pas étonnant que le luthéranisme allemand officiel se soit opposé aux thèses de Harnack. Mais la grande attaque vint du modernisme catholique français. Loisy répondit à Harnack dans son célèbre petit livre L'Évangile et l'Église […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-von-harnack/#i_32497

LAMENTABILI DÉCRET (1907)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 321 mots

Première intervention doctrinale du Saint-Siège dans la crise moderniste, ce décret du Saint-Office, daté du 3 juillet 1907, réprouvait et proscrivait une liste de soixante-cinq propositions erronées. Ces erreurs concernaient les droits de la critique savante face à l'enseignement de l'Église, l'inspiration divine de la Bible, la révélation chrétienne et la nature des dogmes, l'Incarnation et la R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decret-lamentabili/#i_32497

MIGNOT EUDOXE IRÉNÉE (1842-1918)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 346 mots

Archevêque français dont le nom, comme celui de Bonomelli en Italie à la même époque, a symbolisé l'ouverture catholique à la société et à la culture modernes, Mignot était fils d'un instituteur du Soissonnais. Ordonné prêtre en 1865, il fut successivement professeur de séminaire, vicaire de ville, curé de campagne, aumônier d'hôpital et vicaire général, évêque de Fréjus en 1890, archevêque d'Albi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eudoxe-irenee-mignot/#i_32497

MODERNISME, catholicisme

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 5 227 mots

Dans le chapitre « En France »  : […] En France, de façon schématique, on peut distinguer trois tendances majeures : les progressistes se persuadent qu'une telle conversion se limite à la maîtrise d'une discipline, sans mettre en cause l'édifice théologique (Mgr Batiffol, le père Lagrange, le père de Grandmaison) ; les modernistes pensent qu'elle impose une révision profonde des idées reçues et, corrélativement, du « régime intellect […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernisme-catholicisme/#i_32497

REINACH SALOMON (1858-1932)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 510 mots

Frère de Joseph Reinach (1856-1921), homme politique et publiciste qui mena campagne contre le boulangisme et en faveur de Dreyfus, et de Théodore (1860-1931), lui-même archéologue et historien, Salomon Reinach, né à Saint-Germain-en-Laye, membre de l'Institut et conservateur des musées nationaux, s'illustra par de nombreux ouvrages dans les domaines de l'archéologie, de la philologie et, surtout, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-reinach/#i_32497

Pour citer l’article

Émile GOICHOT, « LOISY ALFRED - (1857-1940) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-loisy/