FARNÈSE ALEXANDRE (1545-1592)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme de guerre italien, au service de l'Espagne, Alexandre Farnèse est le fils d'Octave, duc de Parme et Plaisance. La carrière de ce grand condottiere coïncide avec l'apogée de l'hégémonie espagnole en Europe et, surtout, dans la péninsule italienne. En fait, Alexandre Farnèse, qui passera sa vie à courir les champs de bataille, est beaucoup plus ibérique qu'italien par sa mère, Marguerite d'Autriche, fille de Charles Quint, par sa résidence à Madrid, par son mariage avec Marie de Portugal, par sa fidélité à Philippe II.

Il fait ses premières armes à la bataille de Lépante, le 7 octobre 1571, puis dans les Flandres, où les provinces septentrionales, passées à la Réforme, se révoltent contre la domination espagnole en 1572. Après la victoire de Gembloux (1578), nommé gouverneur des Pays-Bas, il mène contre Guillaume le Taciturne une lutte diplomatique et militaire acharnée. Il réussit à diviser la coalition et à ramener aux Habsbourg les régions méridionales. Il entreprendra la réoccupation de ces territoires, jalonnée par la prise des places de Maestricht, de Tournai (1581), de Bréda, de Bruges, de Gand et surtout d'Anvers (1585), victoire qui le consacre comme le plus grand capitaine de son temps.

Au lendemain de ces succès, Philippe II se détourne des Pays-Bas pour se consacrer à l'invasion de l'Angleterre. Alexandre Farnèse prête son concours à la préparation du débarquement espagnol que rend impossible, d'ailleurs, le désastre naval de l'Invincible Armada (1588). En dépit de la clairvoyance de Farnèse, l'Espagne manque alors une occasion de reprendre l'offensive contre les Provinces-Unies, entrées en crise après la mort de Guillaume d'Orange.

Alexandre Farnèse est ensuite chargé par Philippe II de combattre en France, dans des conditions difficiles, pour soutenir les ligueurs catholiques contre Henri de Navarre. Malgré le manque de moyens matériels, il réussit à débloquer Paris assiégé en 1590, et Rouen en 1591. Blessé devant Caudebec, il doit quitter l'armée et meurt d'épuisement à l'abbaye de Saint-Waast. Sa disparition coïncide avec le début du déclin espagnol, devant la puissance des nouvelles nations maritimes et coloniales, l'Angleterre et la Hollande, et le redressement français après les guerres de Religion.

—  Paul GUICHONNET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FARNÈSE ALEXANDRE (1545-1592)  » est également traité dans :

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le soulèvement contre Philippe II »  : […] Charles Quint abdiqua à Bruxelles en 1555, laissant les Dix-Sept Provinces à son fils Philippe II. Éduqué en Espagne, ce dernier ne parlait aucune des langues nationales et ne comprenait ni l'esprit tolérant ni l'aversion pour l'absolutisme de ses sujets. Profondément catholique, Philippe II se posait en champion du concile de Trente, du centralisme à outrance et de la persécution des protestants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_22455

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 958 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le « studiolo » et le « cortile » »  : […] Dans leur culte de l'Antiquité, les humanistes développent l'intérêt pour ses monuments, édifices, statues, médailles (c'est-à-dire des monnaies) et pierres gravées (gemmes et camées ). Ils légitiment en outre un rapport de plaisir artistique entre l'œuvre d'art et son propriétaire, comme en témoigne dans une lettre Pétrarque à propos du portrait de Laure, peint par Simone Martini. Enfin, en célé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collectionnisme/#i_22455

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « 1576-1588, seconde phase : le divorce »  : […] Le fanatisme religieux existait toutefois des deux côtés : il y avait aussi bien des ultracatholiques que des ultracalvinistes. Ni les uns ni les autres ne pouvaient se satisfaire de la pacification de Gand : à leurs yeux, pas de salut en dehors de leurs religions salvatrices respectives. Après les compromissions de don Juan, successeur de Requesens, catholiques et protestants s'opposaient à nouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_22455

PHILIPPE II D'ESPAGNE (1527-1598)

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 3 004 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La lutte contre le protestantisme »  : […] À son départ de Bruxelles en 1559, Philippe II avait laissé le gouvernement des Pays-Bas à Marguerite de Parme, fille naturelle de Charles Quint, le pouvoir effectif revenant à Antoine Perrenot, un Comtois, plus tard archevêque de Malines, sous le nom de cardinal Granvelle. De nouveaux évêchés furent créés et les troupes espagnoles évacuèrent le pays. Mais l'opposition, menée par deux grands seig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ii-d-espagne/#i_22455

RELIGION GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 619 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Luttes politiques et fanatisme religieux »  : […] La violence des luttes suscitées aux xvi e et xvii e  siècles par les désaccords religieux ne peut faire oublier que des ambitions politiques doublèrent souvent les desseins confessionnels. Si l'Invincible Armada (1588) avait été victorieuse d'Élisabeth, non seulement le catholicisme aurait été restauré outre-Manche, mais la concurrence maritime et coloniale d'un pays que l'Espagne commençait à r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion/#i_22455

Pour citer l’article

Paul GUICHONNET, « FARNÈSE ALEXANDRE - (1545-1592) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-farnese/