Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FARNÈSE ALEXANDRE (1545-1592)

Alexandre Farnèse - crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Alexandre Farnèse

Homme de guerre italien, au service de l'Espagne, Alexandre Farnèse est le fils d'Octave, duc de Parme et Plaisance. La carrière de ce grand condottiere coïncide avec l'apogée de l'hégémonie espagnole en Europe et, surtout, dans la péninsule italienne. En fait, Alexandre Farnèse, qui passera sa vie à courir les champs de bataille, est beaucoup plus ibérique qu'italien par sa mère, Marguerite d'Autriche, fille de Charles Quint, par sa résidence à Madrid, par son mariage avec Marie de Portugal, par sa fidélité à Philippe II.

Il fait ses premières armes à la bataille de Lépante, le 7 octobre 1571, puis dans les Flandres, où les provinces septentrionales, passées à la Réforme, se révoltent contre la domination espagnole en 1572. Après la victoire de Gembloux (1578), nommé gouverneur des Pays-Bas, il mène contre Guillaume le Taciturne une lutte diplomatique et militaire acharnée. Il réussit à diviser la coalition et à ramener aux Habsbourg les régions méridionales. Il entreprendra la réoccupation de ces territoires, jalonnée par la prise des places de Maestricht, de Tournai (1581), de Bréda, de Bruges, de Gand et surtout d'Anvers (1585), victoire qui le consacre comme le plus grand capitaine de son temps.

Au lendemain de ces succès, Philippe II se détourne des Pays-Bas pour se consacrer à l'invasion de l'Angleterre. Alexandre Farnèse prête son concours à la préparation du débarquement espagnol que rend impossible, d'ailleurs, le désastre naval de l'Invincible Armada (1588). En dépit de la clairvoyance de Farnèse, l'Espagne manque alors une occasion de reprendre l'offensive contre les Provinces-Unies, entrées en crise après la mort de Guillaume d'Orange.

Alexandre Farnèse est ensuite chargé par Philippe II de combattre en France, dans des conditions difficiles, pour soutenir les ligueurs catholiques contre Henri de Navarre. Malgré le manque de moyens matériels, il réussit à débloquer Paris assiégé en 1590, et Rouen en 1591. Blessé devant Caudebec, il doit quitter l'armée et meurt d'épuisement à l'abbaye de Saint-Waast. Sa disparition coïncide avec le début du déclin espagnol, devant la puissance des nouvelles nations maritimes et coloniales, l'Angleterre et la Hollande, et le redressement français après les guerres de Religion.

— Paul GUICHONNET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Alexandre Farnèse - crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

Alexandre Farnèse

Autres références

  • BELGIQUE - Histoire

    • Écrit par Guido PEETERS
    • 20 670 mots
    • 16 médias
    ...De part et d'autre, la population ne fut pas épargnée par la violence. Après la mort de Don Juan survenue en 1578, Philippe II nomma régent (1578-1592) Alexandre Farnèse, duc de Parme, fils de la précédente régente Marguerite de Parme. Farnèse était excellent stratège et souple diplomate. Il s'en...
  • COLLECTIONNISME

    • Écrit par Olivier BONFAIT
    • 11 945 mots
    • 23 médias
    ...empereurs dans le salon à l'étage ; le Taureau est placé dans le second jardin, à cause de sa grande taille, et destiné à être transformé en fontaine. Le cardinal Alexandre Farnèse veut faire de sa collection un musée, encyclopédique dans son contenu et pédagogique dans ses fins, quitte à posséder des...
  • PAYS-BAS

    • Écrit par Christophe DE VOOGD, Universalis, Frédéric MAURO, Guido PEETERS, Christian VANDERMOTTEN
    • 35 732 mots
    • 23 médias
    ...conclusions d'une situation de fait (rebus sic stantibus). Dans les années 1960, l'historien américain Parker a émis une nouvelle hypothèse : Farnèse n'aurait guère eu de peine à contrôler le Sud parce que des oppositions exacerbées dans les domaines économique, politique et religieux y divisaient...
  • PHILIPPE II D'ESPAGNE (1527-1598)

    • Écrit par Henri LAPEYRE
    • 3 022 mots
    • 1 média
    ...Bruxelles aux mains des partisans de Guillaume d'Orange, qui s'entendit avec les états généraux. Changeant encore de politique, le roi lui envoya une nouvelle armée, sous la direction d' Alexandre Farnèse. La victoire de Gembloux permit à don Juan de reprendre Bruxelles, mais il mourut peu après (1578).

Voir aussi