AKBAR (1542-1605)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Son idéal national

Pour assurer la victoire, Akbar ne recula ni devant les massacres, ni devant les exécutions qu'il croyait nécessaires. Mais, la paix rétablie, il considérait sans haine les populations susceptibles d'accepter son autorité. Il laissa aux princes hindous le soin d'administrer leurs possessions, s'ils consentaient à demeurer des vassaux loyaux. Peu cultivé, ne sachant probablement pas lire, c'est son génie propre qui le guida et lui permit de résoudre les problèmes redoutables que fit naître son ambition. Il comprit vite qu'il fallait choisir entre l'Afghanistan et l'Inde. Il n'hésita pas à opter pour l'Inde, et refusa de se considérer comme un souverain étranger. Pour lui, ses conquêtes ne représentaient pas seulement une série de victoires, mais un moyen d'obtenir une unité véritable, l'unité d'une nation.

Désireux d'établir l'égalité entre tous ses sujets, musulmans ou non, il supprima la taxe, si impopulaire, réclamée aux non-convertis à l'islam : le jiziya. Préoccupé du bonheur de son peuple, il s'ingénia à perfectionner le système administratif, à le rendre intègre. Il rechercha la prospérité économique. Les villes s'enrichirent. Il favorisa le développement de l'artisanat et accorda aux Portugais des monopoles ainsi que l'autorisation de créer les premières factoreries. Il les éleva ainsi au rang d'agents exclusifs du commerce avec l'Europe, car si son armée était puissante, il n'avait pas de marine. C'est par les Portugais que la réputation d'Akbar parvint en Occident, où il apparut comme l'un des plus puissants souverains de son temps.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : membre de l'École française d'Extrême-Orient, diplômée de l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  AKBAR (1542-1605)  » est également traité dans :

‘ABD-ŪS-SAMAD (XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 313 mots

Peintre persan du xiv e  siècle, fondateur avec Mīr Sayyid ‘Alī de l'école de peinture moghole en Inde. Né en Perse au sein d'une famille aisée, ‘Abd-ūs-Samad est déjà un calligraphe et peintre de renom lorsqu'il rencontre l'empereur moghol Humāyūn, en exil en Perse. Ce dernier l'invite en 1548 à l'accompagner en Inde, d'abord à Kaboul puis à De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abd-us-samad/#i_14170

ĀGRĀ

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

Ville de l'Union indienne (État d'Uttar Pradesh), située dans l'ouest de la plaine du Gange, densément peuplée et constituant avec le seuil qui la sépare de la vallée de l'Indus une vieille région historique où se sont très souvent centrées les grandes constructions politiques de l'Inde, Āgrā est une fondation des empereurs moghols. Au xvi e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agra/#i_14170

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 402 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Peinture »  : […] Une première délégation jésuite venue de Goa en 1580 offre à l'empereur moghol Akbar (règne : 1556-1605) les huit volumes abondamment illustrés de la Bible royale polyglotte de Chistophe Plantin, imprimée à Anvers en 1568-1572. Le pouvoir des images, officiellement reconnu par le concile de Trente en 1563, devient un instrument de propagande aux mains des missions catholiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-colonial/#i_14170

EMPIRE MOGHOL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 307 mots

1526 Le prince moghol Babur (Bāber) écrase l'armée du sultan de Delhi à la bataille de Panipat, point de départ de la domination moghole en Inde. 1530 À la mort de Babur, son fils Humayun lui succède. Battu par l'Afghan Sher Shah à Kanauj en 1540, il doit fuir en Iran mais reprend le pouvoir en 1555. Il meurt l'année suivante et laisse le pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-moghol-reperes-chronologiques/#i_14170

EMPIRE MOGHOL, en bref

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 213 mots
  •  • 2 médias

En 1517, la mort du sultan de Delhi bouleverse les rapports de force au sein de la noblesse de la région et fragilise la dynastie des Lodi. Le prince moghol Babur (Bāber), descendant de Tamerlan et déjà maître de l'Afghanistan, profite de ce contexte favorable pour vaincre les Lodi, en avril 1526, à la bataille de Panipat, inaugurant ainsi la domination moghole sur l'Inde. Après des années troublé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-moghol-en-bref/#i_14170

FATEHPUR SIKRI

  • Écrit par 
  • Jeannine AUBOYER
  •  • 978 mots
  •  • 2 médias

Construite au sud d' Agra en Inde, sur une crête granitique qui domine la plaine arrosée par le Chambal, affluent de la Jumnā, Fatehpur Sikri a été fort bien restaurée et conservée ; la ville donne l'impression d'être demeurée intacte depuis le moment où elle a été abandonnée ; il ne lui manque que les aménagements intérieurs et éphémères – qui ont naturellement disparu – et elle présente le cas u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fatehpur-sikri/#i_14170

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 498 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'âge mogol »  : […] Dans l'Inde du Nord, traumatisé par le passage de Tamerlan, le sultanat de Delhi végète cinquante ans avant de connaître un regain passager d'importance, sous la dynastie afghane des Lodī (1451-1526), puis moindre sous celle des Surīs (1540-1555). La mort de Sikandar Lodī (1489-1517) ramène les dissensions habituelles au sein de la noblesse. Un descendant de Tamerlan, Bābur (1483-1530) , stratège, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_14170

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Le style impérial mogol (1526-1857) »  : […] Akbar (1556-1605), fils d'Humāyun, affermit sur le trône la dynastie des Mogols et reconstitua l'unité traditionnelle de l'Inde septentrionale. Tolérant, il s'entoura de penseurs et d'artistes de toutes confessions, et son éclectisme se reflète dans les constructions élevées sur son ordre. Au voisinage d'Agra, sa capitale, il fonda la ville résidentielle de Faṭehpur-Sikrī autour du mausolée du sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_14170

MOGHOLS

  • Écrit par 
  • Andrée BUSSON, 
  • André GUIMBRETIÈRE, 
  • Mark ZEBROWSKI
  •  • 7 121 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Organisation administrative et sociale »  : […] L'établissement de l'administration moghole se fit sur des principes quelque peu différents de ceux du sultanat de Delhi (1206-1526), et cela grâce principalement à Akbar, car ses deux prédécesseurs ne furent pas des administrateurs. En théorie, le représentant du souverain était le vakīl , mais son autorité dépendait de la situation du monarque : si ce dernier était mineur – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moghols/#i_14170

MONUMENTS FUNÉRAIRES MOGHOLS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 684 mots

1235 Le mausolée d'Iltutmish, placé derrière le mur qibla de la mosquée Quwwat al-islam, à Delhi, est le plus ancien mausolée musulman en Inde ; en grès rouge de tradition indienne, cet édifice à coupole sur plan carré, avec des trompes d'angle, suit le schéma établi depuis le x e  siècle dans l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monuments-funeraires-moghols-reperes-chronologiques/#i_14170

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Simone RENOU, « AKBAR (1542-1605) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/akbar/