Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AGRONOMIE

Les institutions

La recherche et l'enseignement français

À mesure que croissait l'intérêt pour l'agriculture, il a fallu créer des organismes susceptibles d'effectuer les recherches nécessaires à son développement et d'en diffuser les résultats. Dès la seconde moitié du xviiie siècle, des sociétés d'agriculture ont été créées en France, et elles ont agi comme organismes de conseil et de recherche, assurant ainsi la diffusion de nouvelles techniques. Elles ont servi aussi de lieu de réflexions, et la plus ancienne d'entre elles subsiste toujours ; elle a été transformée en 1917 en Académie d'agriculture. L'action des sociétés d'agriculture a créé un mouvement d'opinion, et l'Assemblée constituante, puis la Convention ont décidé d'instituer un enseignement agricole en France.

En fait, lors de la création de l'École vétérinaire d'Alfort (1790), il y avait déjà dans cet établissement une chaire d'économie rurale occupée par Daubenton. Cette chaire était appelée couramment École d'agriculture, et Yvart fut chargé d'y donner un enseignement. Mais c'est en 1820 que Mathieu de Dombasle, établi à Roville, près de Nancy, crée la première école d'agriculture. Celle-ci, malheureusement, disparaîtra en 1847. En 1826, Auguste Bella fonde l'école de Grignon ; en 1842, Riffel celle de Grandjouan qui deviendra ultérieurement, après son transfert, l'école de Rennes ; et en 1840 se crée à La Saussaie, dans l'Ain, une troisième école qui sera par la suite réinstallée à Montpellier. En 1848, un décret organise l'enseignement agricole français en y instituant trois degrés : les fermes-écoles pour la formation des petits et moyens exploitants, les écoles régionales que nous venons d'énumérer donnant une instruction déjà élevée et, enfin, un Institut national agronomique installé à Versailles. Cet enseignement supérieur jugé, entre autres, trop théorique fut supprimé en 1852, et l'école ne sera rouverte, à Paris, qu'en 1876. À côté de cet effort du ministère de l'Agriculture, un cours fut créé au Conservatoire des arts et métiers à Paris, en 1836.

Cet enseignement agricole a été complété par la création de l'École d'horticulture de Versailles en 1873, et l'École nationale des industries agricoles fondée à Douai en 1893.

Deux écoles d'application, l'une pour les eaux et forêts, à Nancy, et l'autre pour le génie rural, à Paris, venaient couronner cet ensemble, les élèves de ces écoles étant recrutés à l'Institut national agronomique ou à l'École polytechnique. Enfin, un enseignement spécifique était institué pour former les futurs professeurs départementaux d'agriculture devenus par la suite ingénieurs des services agricoles.

Parallèlement, l'Université créait dans différentes facultés de province des certificats appliqués à l'agriculture, la chimie ou la botanique agricole, et fondait au sein des universités de Nancy, en 1901, et de Toulouse, en 1909, deux instituts agricoles. Cette structure a subsisté dans ses grandes lignes jusque dans les années 1960. S'y ajoutaient les écoles d'agriculture d'Alger et de Tunis, une école d'agriculture tropicale à Nogent, des instituts privés à Angers, Beauvais et Purpan (Toulouse).

Les fermes-écoles sont devenues des écoles pratiques d'agriculture, puis sont intégrées dans un programme général de formation secondaire, en tant que collèges et lycées agricoles. Jusqu'à la fin des années 1980, les écoles de Rennes (anciennement Grandjouan) et de Montpellier (anciennement La Saussaie) et l'Institut national agronomique Paris-Grignon ont formé des ingénieurs agronomes. Leur nom général était École nationale supérieure agronomique, auquel s'associait la localisation de l'établissement.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche honoraire à l'Institut national de la recherche agronomique
  • : professeur émérite de AgroParisTech (ex. I.N.A.-P.G.), ancien directeur scientifique de l'Institut national de la recherche agronomique, membre de l'Académie d'agriculture

Classification

Pour citer cet article

Stéphane HÉNIN et Michel SEBILLOTTE. AGRONOMIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Justus von Liebig - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Justus von Liebig

Autres références

  • ADVENTICES

    • Écrit par Marcel BOURNÉRIAS
    • 804 mots

    Étymologiquement, une plante qui s'ajoute à un peuplement végétal auquel elle est initialement étrangère est une plante adventice (lat. adventicium, supplémentaire). On distingue les adventices réellement étrangères (exotiques), spontanées dans des régions éloignées (érigéron du Canada),...

  • AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

    • Écrit par Marcel MAZOYER, Laurence ROUDART
    • 6 086 mots
    • 2 médias
    Analyser une agriculture en termes de système agraire, c'est d'abord la considérer comme une entité écologique et sociale organisée, composée d'un écosystème exploité et du système économique et social qui exploite celui-ci et le reproduit. C'est ensuite appréhender les caractères essentiels de structure...
  • AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

    • Écrit par François PAPY
    • 7 421 mots
    • 3 médias
    La sélection végétale débute vers la fin du xixe siècle dans toute l'Europe. À cette époque, en France, Vilmorin repère les meilleurs blés et entreprend des croisements pour créer de nouvelles variétés à haut rendement. Pour les principales espèces cultivées ce sera, pendant longtemps, l'objectif...
  • AGRICULTURE BIOLOGIQUE

    • Écrit par Céline CRESSON, Claire LAMINE, Servane PENVERN
    • 7 882 mots
    • 6 médias
    ...par l’émergence de réseaux plus « techniques » et à vocation commerciale. C’est le cas par exemple du réseau Lemaire-Boucher porté par deux spécialistes : Raoul Lemaire (1884-1972), expert en farines et pains biologiques, et Jean Boucher (1915-2009),agronome expert en fertilisants à base d’algues.
  • Afficher les 45 références

Voir aussi