Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AFRIQUE (Histoire) Préhistoire

La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent présente la plus longue séquence archéologique du monde, des débuts incertains de l'humanité jusqu'à la période contemporaine. Il sera ici question des grands traits de la préhistoire de l'Afrique, depuis les lointaines origines des premiers outils jusqu'au développement des premières villes et États.

Aux origines

La fabrication d'outils

Les recherches sur les origines de l'humanité sont pluridisciplinaires par nécessité et se composent d'une vaste panoplie de disciplines faisant partie de ce que l'on peut appeler la « nébuleuse paléoanthropologie ». La branche archéologique se concentre sur l'étude des produits des activités hominidés/humaines et vise à comprendre les modes de vie et leurs transformations dans le temps. L'idée des « origines des cultures humaines » est relativement aisée à conceptualiser dans ses dimensions matérielles : la culture commence avec la fabrication d'outils. Ce commencement est cependant très difficile à détecter dans les vestiges archéologiques. L'utilisation et la manipulation d'objets naturels peu modifiés sont en effet un aspect de cette dynamique d'émergence, mais conduit-elle nécessairement à la fabrication d'outils ? L'utilisation d'objets naturels légèrement modifiés marque-t-elle nécessairement un sans-retour à destination de l'univers culturel ? Ces questions, aussi difficiles à débattre les unes que les autres, revêtent une importance cruciale dans le développement des sciences paléoanthropologiques.

Il est difficile d'établir une ligne de démarcation nette et précise entre le « pré-culturel » et le « culturel » ; la sélection, l'utilisation et la fabrication d'outils font partie d'un continuum qui se trouve à l'interface entre les hominidés et le monde environnant. Cependant, la systématisation de l'utilisation et de la fabrication d'objets artificiels place l'humanité émergente dans une trajectoire d'évolution particulière, qui l'éloigne de fait de l'« animalité ».

Les plus anciens outils en pierre ont été découverts dans un petit nombre de sites le long de la Rift Valley, qui s'étire de Djibouti à la Tanzanie, en Afrique orientale. C'est le cas le long de la rivière Gona, dans le membre Kada Hadar de la formation Hadar au nord de l'Éthiopie, où des « outils » en pierre ont été trouvés et associés à des ossements d'animaux, dans un contexte datant de 2,7 à 2,4 millions d'années (Ma). Ces outils se répartissent en deux catégories principales : nucléus et éclats, entiers ou fragmentés. Certaines pièces lithiques, c'est-à-dire relatives à l'industrie de la pierre, présentent des traces d'utilisation, sous forme d'abrasion et de surface légèrement polie. En général, ces premières pièces sont de formes irrégulières et de petites dimensions. Les ossements d'animaux sont eux aussi très fragmentés, avec des fractures longitudinales et spirales, mais ne présentant pas de traces de boucherie. Au moins six espèces sont représentées dans l'assemblage récolté, y compris l'hippopotame, l'éléphant, les équidés et plusieurs bovidés.

Les premiers sites

Sites plio-pléistocènes et pléistocènes anciens, Afrique

Sites plio-pléistocènes et pléistocènes anciens, Afrique

Des vestiges similaires, associant ossements d'animaux et pièces lithiques, ont été mis au jour dans d'autres sites de la Rift Valley, dans des contextes datés de 2,2 à 1,6 Ma. C'est le cas des membres E et F de la formation de Shungura, dans la vallée de l'Omo en Éthiopie, de l'industrie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sites plio-pléistocènes et pléistocènes anciens, Afrique

Sites plio-pléistocènes et pléistocènes anciens, Afrique

Sites acheuléens, Afrique

Sites acheuléens, Afrique

Afrique orientale : côte swahili du X<sup>e</sup> au XV<sup>e</sup> s.

Afrique orientale : côte swahili du Xe au XVe s.

Autres références

  • ÉVOLUTION DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DANS LE MONDE

    • Écrit par Yves GINGRAS
    • 3 611 mots
    • 16 médias
    ...l’Amérique. Quant à l’Asie, elle n’a pas vraiment modifié ses liens avec l’Europe et l’Amérique au cours des deux premières décennies du xxie siècle, signe que ces deux continents demeurent centraux sur le plan scientifique. Elle a cependant accru ses liens de collaboration avecl’Afrique et l’Océanie.
  • FRONTIÈRE

    • Écrit par Guillaume LACQUEMENT
    • 6 351 mots
    • 6 médias
    ...héritages coloniaux. Il se construit souvent en décalage avec la genèse des tracés, comme l’illustrent les frontières postcoloniales du continent africain. Les frontières africaines résultent d’un découpage rapide et exogène : les puissances européennes (notamment la France et le Royaume-Uni), rivales, mais...
  • NOUVELLES ROUTES DE LA SOIE

    • Écrit par Nashidil ROUIAÏ
    • 4 923 mots
    • 3 médias
    D’autres critiques portent sur la nature des projets financés ou impulsés par la Chine à travers les Nouvelles Routes de la soie. L'Afrique du Sud s'est tournée vers la République populaire pour le financement à hauteur de 4 milliards de dollars de deux centrales à charbon. Pour sortir de la crise énergétique...

Voir aussi