AFFECTIVITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Affectivité et passions dans la philosophie allemande des XIXe et XXe siècles

Il ne saurait être question d'entrer ici dans une étude détaillée de l'idéalisme allemand (Fichte, Hegel, Schelling), qui, en tant que réinstitution de la métaphysique sur la base de ce que Kant n'avait réaménagé de la langue philosophique que dans un cadre architectonique, n'eut pas de postérité philosophique immédiate – exception faite de Hegel, mais dans le champ de la philosophie de l'histoire. Signalons néanmoins que Fichte est probablement l'inventeur du concept de « pulsion » (Trieb) en philosophie, et que Schelling traita de la différence qui nous occupe dans les célèbres Recherches sur la liberté humaine, au sein d'une métaphysique du bien et du mal qui reprenait à son compte la conception kantienne du mal radical.

Deux apports se sont montrés extrêmement prégnants pour notre temps, l'un issu de la philosophie (Nietzsche), l'autre, de la médecine (Freud). Et il est caractéristique que, dans les deux cas, l'affectivité y soit dans une position instable, voire à la limite de l'extinction, comme si le soupçon moderne y avait été poussé à l'extrême. Ce qui est significatif chez Nietzsche, dans sa conception de la « volonté de puissance », c'est que l'affectivité comme ouverture à l'excès susceptible de la dépasser semble disparaître en s'enfouissant dans le champ des pulsions ou des passions. Cependant, comme l'écrit Michel Haar, la volonté de puissance – qui n'est pas sans évoquer, par son caractère originaire, la multiplicité des appétitions de la monade – « possède une réflexivité fondamentale, ce qui veut dire qu'elle est toujours autodépassement, soit dans l'action, soit dans la réaction. Elle se présente originairement à elle-même comme la diversité chaotique et contradictoire des pulsions élémentaires : elle est l'affectivité primitive ». Selon Nietzsche, tout individu, toute culture, toute civilisation, se présente selon une certaine « idiosyncrasie » des pulsions, soit dans l'affirmation active de la vie, soit dans sa négation réactive : dans la santé ou dans la décadence, où Nietzsche range les élaborations métaphysiques et religieuses qui « déprécient » la vie au profit d'une « autre vie » inaccessible dans un « arrière-monde ». Le renversement nietzschéen – dont on ressent, à titre de symptômes, les effets jusqu'à aujourd'hui – consiste à assimiler ce qui était classiquement reconnu comme l'excès transaffectif, sur lequel était censé ouvrir l'affect, à une passion, avec toute l'intelligence qu'elle comporte, de négation de l'affect, et, de là, de la vie – à un ressentiment. Tout au contraire, l'affectivité y est conçue comme ce qui livre passage à la vie, dans son libre jeu d'elle-même à elle-même comme accroissement infini – ce jeu étant celui, innocent, du devenir et de l'éternel retour. La « transmutation de toutes les valeurs » est donc, pour Nietzsche, une sorte de « médecine » de l'âme et de la civilisation, propre à délivrer celle-ci du « nihilisme » en tant qu'asthénie de la vie. Pensée ambiguë et dangereuse en ce que rien, en elle, ne semble la prémunir d'une glorification unilatérale des passions humaines – dont la passion de la puissance qui, on le sait, s'en est emparée en profitant du malentendu.

Beaucoup plus claire, mais aussi très clairement mutilante, en ce sens, est la théorie freudienne des affects, tout au moins en tant que théorie philosophique – ce à quoi elle prétendait, ne fût-ce que par l'affirmation dogmatique de son caractère « scientifique ». On pourrait dire de cette conception qu'elle est une théorie remarquablement cohérente des « passions » et qu'elle échoue complètement à saisir l'affectivité. L'affect, terme technique de la psychanalyse, n'y est en effet que « l'expression qualitative de la quantité d'énergie pulsionnelle et de ses variations » (J. Laplanche et J.-B. Pontalis). L'affect y est traité dans le cadre d'une « théorie quantitative des investissements, seule capable [selon Freud] de rendre compte de l'autonomie de l'affect par rapport à ses diverses manifestations » (Idem). Que ce soit dans la première ou dans la seconde topique de l'« appareil psychique » – étrange construction théorique, dont le statut, même pour la psychanalyse, demeure mystérieux –, l'affect porte en lui l'énigme et la difficulté du passage de la quantité d'« énergie psychique » à la qualité. Il entre dans la genèse et la configuration (remarquablement décrite par Freud) des névroses et des perversions, comme complexes signifiants (Lacan) où s'organisent et prennent littéralement corps ce que l'on entend depuis le début par « passions ». Mais tout comme il est étonnamment discret sur ce qui constitue l'essence et la vie de la conscience, Freud l'est encore plus sur ce qui pourrait constituer la vie affective. Déformée ou obnubilée sans doute par les « objets » qu'elle étudie, sa théorie échoue aux lisières de l'affectivité avec le terme vague de « sublimation » – comme si, précisément, l'affectivité ne pouvait consister qu'en un jeu plus ou moins harmonieux de « passions » équilibrées. C'est là, pourrait-on dire, l'aporie d'une doctrine thérapeutique seulement attentive aux « pathologies » de l'âme. Et l'on sait à quelles mutilations tragi-comiques peut conduire une conception selon laquelle « tout homme bien portant est un malade qui s'ignore ».

À l'autre extrémité du « spectre » problématique, l'affectivité a été dégagée pour elle-même, dans une certaine naïveté, puisque ce fut, il le semble, au détriment d'un traitement, au moins en ébauche, de la question des passions. Reprenant l'œuvre de Brentano, qui distinguait déjà, parmi les phénomènes psychiques, les représentations, les jugements et les mouvements affectifs, Husserl a été le premier à voir, avant Scheler, dans l'affectivité « une intentionnalité à part entière et non pas un simple épiphénomène » (F. Dastur). Cela signifie par exemple que le plaisir ou le déplaisir pris à une chose exigent la relation à cette chose qui plaît ou qui déplaît. Il y a donc pour Husserl des actes affectifs, eux-mêmes édifiés, tout comme dans la perception, sur une hylé affective, condition inapparaissante du phénomène affectif, « sensation » affective ou sentiment. Et ces actes se mêlent toujours à ce qui, dans l'intentionnalité, est proprement « représentatif », c'est-à-dire « objectivant » et « cognitif ». Malgré cette intentionnalité de l'affectivité, sur laquelle reviendra Scheler, celle-ci n'a cependant, chez Husserl, aucune valeur cognitive – alors que Scheler en tirera le parti que l'on sait pour ce qu'il défendra comme une « connaissance axiologiq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, chargé de cours titulaire à l'université libre de Bruxelles, chercheur qualifié au F.N.R.S. (Belgique), directeur de programme au collège international de philosophie (Paris)

Classification

Autres références

«  AFFECTIVITÉ  » est également traité dans :

CÉLIBAT RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Jacques POHIER
  •  • 7 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Célibat et cultures »  : […] Des dimensions essentielles de l'existence humaine sont en cause dans tout ce qui concerne le mariage, l' affectivité et la sexualité. Les recherches entreprises depuis un siècle par les différentes sciences de l'homme ont révélé combien relatives pouvaient être en ces matières les institutions et attitudes des différentes cultures ou même des différentes époques d'une même culture. Mais elles on […] Lire la suite

CERVEAU ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Patrik VUILLEUMIER
  •  • 1 618 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aires cérébrales spécialisées pour les émotions ? »  : […] Historiquement, un premier modèle neuro-anatomique proposé par James Papez (1883-1958) postulait que toutes les émotions dépendent de régions cérébrales « primitives », impliquant les fonctions végétatives et endocriniennes de l’hypothalamus et du tronc cérébral , sous le contrôle du cortex cingulaire à la surface médiale des hémisphères (appelé lobe limbique) et de ses connexions. Le modèle « tr […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DES ÉMOTIONS

  • Écrit par 
  • Sandrine GIL
  •  • 2 028 mots

Dans le chapitre « Le vécu émotionnel, son expression et sa régulation »  : […] Si la question de l’origine des émotions primaires fait débat, il existe désormais un relatif consensus en faveur de l’idée selon laquelle les premières semaines de vie sont marquées par un vécu émotionnel bipolaire. Le nourrisson fait l’expérience de deux émotions générales, le plaisir et la détresse. Ces états émotionnels s’affinent et se déclinent en diverses émotions discrètes au cours des pr […] Lire la suite

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 580 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'engagement intersubjectif »  : […] Les caractéristiques structurales qui viennent d'être décrites se retrouvent dans toutes les formes d'engagement. Une analyse plus détaillée devrait s'attacher à montrer ce qu'il y a de propre à chaque espèce d'engagement. On se bornera à évoquer ce qu'il faut considérer comme la forme d'engagement la plus décisive : celle de l'engagement interpersonnel en tant qu'il porte sur un état de vie. Ce […] Lire la suite

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un sentiment ? »  : […] En fait, le mot « sentiment » connote des sens très divers, et les auteurs ne retiennent le plus souvent que l'un d'eux au détriment des autres. Ainsi, pour Malebranche, le sentiment est la perception confuse des choses et de soi-même ; les moralistes anglais du xviii e  siècle l'identifient avec la bienveillance, la sympathie spontanée ; Théodule Ribot le confond avec l'affectivité en général en […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers une reconnaissance de l'expérience d'autrui : Kant, Scheler »  : […] La phénoménologie husserlienne restant prisonnière de la représentation et de la perception, la voie d'accès à l'existence d'autrui, à l'intersubjectivité, ne se trouverait-elle pas du côté du sentiment, de l'affectivité ( Einfühlung ), laquelle relie les êtres en deçà de la dualité sujet-objet, dans la mesure où elle met directement « en présence de... » sans l'intermédiaire de la représentation […] Lire la suite

LÉVY-BRUHL LUCIEN (1857-1939)

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 1 650 mots

Dans le chapitre « La catégorie affective du surnaturel »  : […] Les trois derniers livres de Lévy-Bruhl estompent encore les oppositions et font disparaître toute possibilité d'une évolution qui ferait passer l'intellect d'un état prélogique à un état uniquement rationaliste et positiviste. En effet, c'est le rôle de l' affectivité qui est maintenant invoqué pour expliquer la pensée par participation ; et, même, ce qui paraît le plus important dans la mentalit […] Lire la suite

LIMBIQUE SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Pierre KARLI
  •  • 4 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Association d'une tonalité affective à un stimulus »  : […] En ce qui concerne l'association d'une signification « appétitive » ou « aversive » à un stimulus, l'enregistrement ou l'évocation du caractère plaisant ou déplaisant d'une expérience, le rôle joué par les structures limbiques du lobe temporal est bien mis en évidence par des données fournies respectivement par des expériences de lésion, par des perturbations fonctionnelles localisées et transito […] Lire la suite

PARTAGE SOCIAL DES ÉMOTIONS

  • Écrit par 
  • Bernard RIMÉ
  •  • 1 343 mots

Dans le chapitre « Régulation émotionnelle et partage d'émotions positives  »  : […] Les études empiriques ne soutiennent pas l'hypothèse selon laquelle la verbalisation d'une émotion entraînerait la réduction de son impact. Une telle réduction n'est obtenue qu'à la condition d'un travail cognitif sur l'expérience émotionnelle : réorganisation des attentes et des motivations, modification des schémas, recadrage, production de sens. Un tel travail n'est généralement pas accompli au […] Lire la suite

PERMANENCE DE L'OBJET, psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 218 mots

L'expression « permanence de l'objet » est due à Jean Piaget. Il l'a proposée dans les années 1940 pour rendre compte de tout un ensemble d'observations que ses travaux relatifs à la psychogenèse de l'enfant lui avaient fait découvrir. Piaget montra que le nourrisson doit stabiliser un univers pratique (sensori-moteur) cohérent. À la naissance et pendant quelques semaines, le nouveau-né existe dan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc RICHIR, « AFFECTIVITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/