AFFECTIVITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prolégomènes pour une phénoménologie de l'affectivité

Dans la mesure où elle doit méthodologiquement se tenir dans une situation de mise hors circuit (épochè) de toute téléologie d'ordre éthique, une phénoménologie de l'affectivité ne sera conséquente que si elle traite de front la problématique dans sa teneur classique et les pathologies que l'on a mises jusqu'ici sur le compte du « mental ». Deux voies semblent s'ébaucher pour un tel traitement : le premier consiste à reposer, dans la ligne de Husserl et de Merleau-Ponty, le problème de la Befindlichkeit heideggérienne comme Befindlichkeit incarnée, et la seconde consiste corrélativement à prolonger dans le champ de la phénoménologie la voie toute nouvelle qui a été proposée par Henri Maldiney, pour la compréhension des psychoses, avec son concept de « transpassibilité ».

Selon la première perspective, l'incarnation de l'affectivité – qui fait écho, à sa manière, en son énigme, à ce que Descartes pensait comme l'énigme de l'union substantielle et cependant contingente (factice) de l'âme et du corps – signifie tout à la fois, d'une part que le corps-de-chair (Leib), distinct du « corps objectif » (Körper), est un être-au-monde, pris dans sa chair à l'existentialité du Dasein (Merleau-Ponty), et qu'en ce sens il n'y a pas de Stimmung qui ne soit du même coup Stimmung incarnée ou Stimmung de chair, et d'autre part que, prise de la sorte à l'existentialité de l'être-au-monde, l'affectivité est aussi prise au champ « intersubjectif » ou « interfacticiel » du Mit-sein, c'est-à-dire, dans son « expression », au langage comme temporalisation-spatialisation de sens (M. Richir). Cela signifie donc, contrairement à l'« hyperbole métaphysique » de Michel Henry, que l'affectivité est généralement à distance de soi, originairement divisée entre ce qui lui paraît comme son intériorité (ou son immanence : M. Henry) et ce qui d'elle est toujours déjà exposé au dehors, en tant que porteur de sens. Ce n'est pas seulement, en effet, « mon » affectivité que je saisis immédiatement, mais aussi celle des autres, et la réciproque est tou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Écrit par :

  • : docteur en philosophie, chargé de cours titulaire à l'université libre de Bruxelles, chercheur qualifié au F.N.R.S. (Belgique), directeur de programme au collège international de philosophie (Paris)

Classification

Autres références

«  AFFECTIVITÉ  » est également traité dans :

CÉLIBAT RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Jacques POHIER
  •  • 7 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Célibat et cultures »  : […] Des dimensions essentielles de l'existence humaine sont en cause dans tout ce qui concerne le mariage, l' affectivité et la sexualité. Les recherches entreprises depuis un siècle par les différentes sciences de l'homme ont révélé combien relatives pouvaient être en ces matières les institutions et attitudes des différentes cultures ou même des différentes époques d'une même culture. Mais elles on […] Lire la suite

CERVEAU ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Patrik VUILLEUMIER
  •  • 1 618 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aires cérébrales spécialisées pour les émotions ? »  : […] Historiquement, un premier modèle neuro-anatomique proposé par James Papez (1883-1958) postulait que toutes les émotions dépendent de régions cérébrales « primitives », impliquant les fonctions végétatives et endocriniennes de l’hypothalamus et du tronc cérébral , sous le contrôle du cortex cingulaire à la surface médiale des hémisphères (appelé lobe limbique) et de ses connexions. Le modèle « tr […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DES ÉMOTIONS

  • Écrit par 
  • Sandrine GIL
  •  • 2 028 mots

Dans le chapitre « Le vécu émotionnel, son expression et sa régulation »  : […] Si la question de l’origine des émotions primaires fait débat, il existe désormais un relatif consensus en faveur de l’idée selon laquelle les premières semaines de vie sont marquées par un vécu émotionnel bipolaire. Le nourrisson fait l’expérience de deux émotions générales, le plaisir et la détresse. Ces états émotionnels s’affinent et se déclinent en diverses émotions discrètes au cours des pr […] Lire la suite

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'engagement intersubjectif »  : […] Les caractéristiques structurales qui viennent d'être décrites se retrouvent dans toutes les formes d'engagement. Une analyse plus détaillée devrait s'attacher à montrer ce qu'il y a de propre à chaque espèce d'engagement. On se bornera à évoquer ce qu'il faut considérer comme la forme d'engagement la plus décisive : celle de l'engagement interpersonnel en tant qu'il porte sur un état de vie. Ce […] Lire la suite

SENTIMENT

  • Écrit par 
  • Olivier REBOUL
  •  • 3 550 mots

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'un sentiment ? »  : […] En fait, le mot « sentiment » connote des sens très divers, et les auteurs ne retiennent le plus souvent que l'un d'eux au détriment des autres. Ainsi, pour Malebranche, le sentiment est la perception confuse des choses et de soi-même ; les moralistes anglais du xviii e  siècle l'identifient avec la bienveillance, la sympathie spontanée ; Théodule Ribot le confond avec l'affectivité en général en […] Lire la suite

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 371 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Vers une reconnaissance de l'expérience d'autrui : Kant, Scheler »  : […] La phénoménologie husserlienne restant prisonnière de la représentation et de la perception, la voie d'accès à l'existence d'autrui, à l'intersubjectivité, ne se trouverait-elle pas du côté du sentiment, de l'affectivité ( Einfühlung ), laquelle relie les êtres en deçà de la dualité sujet-objet, dans la mesure où elle met directement « en présence de... » sans l'intermédiaire de la représentation […] Lire la suite

LÉVY-BRUHL LUCIEN (1857-1939)

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 1 650 mots

Dans le chapitre « La catégorie affective du surnaturel »  : […] Les trois derniers livres de Lévy-Bruhl estompent encore les oppositions et font disparaître toute possibilité d'une évolution qui ferait passer l'intellect d'un état prélogique à un état uniquement rationaliste et positiviste. En effet, c'est le rôle de l' affectivité qui est maintenant invoqué pour expliquer la pensée par participation ; et, même, ce qui paraît le plus important dans la mentalit […] Lire la suite

LIMBIQUE SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Pierre KARLI
  •  • 4 396 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Association d'une tonalité affective à un stimulus »  : […] En ce qui concerne l'association d'une signification « appétitive » ou « aversive » à un stimulus, l'enregistrement ou l'évocation du caractère plaisant ou déplaisant d'une expérience, le rôle joué par les structures limbiques du lobe temporal est bien mis en évidence par des données fournies respectivement par des expériences de lésion, par des perturbations fonctionnelles localisées et transito […] Lire la suite

PARTAGE SOCIAL DES ÉMOTIONS

  • Écrit par 
  • Bernard RIMÉ
  •  • 1 343 mots

Dans le chapitre « Régulation émotionnelle et partage d'émotions positives  »  : […] Les études empiriques ne soutiennent pas l'hypothèse selon laquelle la verbalisation d'une émotion entraînerait la réduction de son impact. Une telle réduction n'est obtenue qu'à la condition d'un travail cognitif sur l'expérience émotionnelle : réorganisation des attentes et des motivations, modification des schémas, recadrage, production de sens. Un tel travail n'est généralement pas accompli au […] Lire la suite

PERMANENCE DE L'OBJET, psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 218 mots

L'expression « permanence de l'objet » est due à Jean Piaget. Il l'a proposée dans les années 1940 pour rendre compte de tout un ensemble d'observations que ses travaux relatifs à la psychogenèse de l'enfant lui avaient fait découvrir. Piaget montra que le nourrisson doit stabiliser un univers pratique (sensori-moteur) cohérent. À la naissance et pendant quelques semaines, le nouveau-né existe dan […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc RICHIR, « AFFECTIVITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/affectivite/