ADOPTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Conditions juridiques de l'adoption

Il existe une réelle diversité des choix législatifs : des pays connaissent un seul type d'adoption, d'autres une dualité d'institution ; l'adoption peut y être avec ou sans rupture de la filiation d'origine ; elle peut être révocable ou irrévocable ; elle peut viser des mineurs ou des majeurs, ou bien encore les deux... Dans les droits occidentaux, partout cependant l'adoption est le lieu d'une régulation difficile des relations entre un enfant, ses parents par le sang et les candidats à l'adoption, le tout sous le contrôle et l'égide de l'État. Pour l'adopté, l'impératif est essentiellement la stabilité et l'absence d'instrumentalisation : pour le jeune enfant notamment, la construction de repères a besoin de se faire rapidement et de ne pas être remise en cause au fil du temps, mais il faut aussi respecter son histoire personnelle dont on découvre aujourd'hui peu à peu toute l'importance dans la réussite de l'adoption. Pour les parents par le sang, la loi doit veiller au respect de leurs droits parentaux fondamentaux, malgré l'existence de difficultés ou de situations de détresse qui en rendent souvent l'exercice aléatoire ou irrégulier. Enfin pour les adoptants, la sécurité juridique découlant de la stabilité de leurs prérogatives sur l'enfant est une donnée essentielle, notamment à partir du moment où un enfant leur a été confié. Face à ces intérêts divergents, le législateur doit nécessairement opérer des choix. En matière d'adoption, tout législateur doit répondre à trois grandes questions : il doit d'abord définir l'aptitude à être adopté et l'aptitude à adopter, et fixer ensuite la qualité du lien adoptif, c'est-à-dire ses différents effets.

L'adoptabilité

L'adoption est aujourd'hui essentiellement conçue comme une institution de remplacement de la famille par le sang : les législations partent du postulat que la famille d'origine est le lieu normal – et normalement le meilleur – du développement de l'enfant, en conséquence de quoi la priorité dans le rattachement de l'enfant est donnée à la famille d'origine. En posant que l'enfant a « dans la mesure du possible le droit d'être élevé par ses parents », la Convention internationale sur les droits de l'enfant s'inscrit dans cette conception qui fait a priori de l'adoption une procédure subsidiaire.

Lorsque le recours à l'adoption s'avère indiqué, la primauté de la famille par le sang entraîne la nécessité, en principe, du consentement parental pour procéder à une adoption. Il existe toutefois dans les diverses législations des nuances dans l'analyse des fondements : pour les unes, l'autorisation parentale est une sorte de « droit naturel » découlant des liens du sang, alors que pour d'autres, elle a un caractère plus juridique, lié à l'exercice des responsabilités parentales. Dans l'intérêt de l'enfant, des procédures sont toutefois organisées pour contourner l'exigence du consentement parental. Par exemple en droit français, à côté des enfants pour lesquels les représentants légaux ont valablement consenti, sont aussi adoptables les enfants qui ont fait l'objet d'une déclaration judiciaire d'abandon qui constate le désintérêt des parents pendant plus d'un an ainsi que les enfants ayant fait l'objet d'une admission comme pupilles de l'État (art. 347 et 350 du Code civil) ; de surcroît, un texte permet même au juge de passer outre au refus abusif de consentement opposé par les parents (art. 348-6). Des placements en vue de l'adoption ou des adoptions ont donc lieu contre le gré du ou des parents par le sang, engendrant un contentieux souvent assez vif. Au-delà des juridictions nationales, la Cour européenne des droits de l'homme a développé au travers de la notion de respect de la vie familiale une protection des parents par le sang : selon la Cour de Strasbourg, « pour un parent et son enfant, être ensemble représente un élément fondamental de la vie familiale ». En conséquence, la prise en charge de l'enfant par l'autorité publique ou une décision d'adoption s'analyse en une ingérence dans le droit au respect de la vie familiale du parent d'origine et, partant, pour être suffisamment justifiée, la mesure doit répondre à « une exigence primordiale touchant l'intérêt supérieur de l'enfant ».

En cas de difficultés de l'enfant au sein de sa famille et de séparation, la primauté accordée aux liens par le sang conduit a priori à favoriser le maintien des contacts entre l'enfant et sa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : agrégé des Universités, professeur à la faculté de droit de l'université de Grenoble-II

Classification

Autres références

«  ADOPTION  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Le droit antique

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 11 963 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La famille »  : […] La famille athénienne classique est monogame. L'autorité du mari, théoriquement étendue, est en fait limitée par les mœurs. Cependant la situation de la femme est défavorisée. Elle est beaucoup moins mêlée à la vie politique et sociale qu'elle ne semble l'avoir été dans la société homérique, et surtout dans la société crétoise du milieu du II e  millénaire. La femme n'a pas de droits politiques et […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 320 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La famille et le droit privé »  : […] La famille babylonienne est fondée sur un mariage qui n'est pas rigoureusement monogamique. En principe, l'homme n'a qu'une épouse en titre, procréatrice de fils qui assureront le culte des ancêtres et continueront l'exploitation du domaine familial. Néanmoins, non seulement les rapports sexuels du maître avec les concubines esclaves sont licites, mais encore les enfants issus de ces relations so […] Lire la suite

BUCK PEARL (1892-1973)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 791 mots

Prix Nobel de littérature en 1938 pour « ses descriptions riches et épiques de la vie des paysans en Chine et pour ses chefs-d’œuvre biographiques », Pearl Buck est une femme de lettres américaine, auteure d’une œuvre foisonnante. Pearl Comfort Sydenstricker, de son nom de naissance, voit le jour le 26 juin 1892 à Hillsboro, en Virginie-Occidentale. Ses parents sont missionnaires presbytériens et […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La loi sur l'adoption »  : […] Largement pratiquée, en particulier au sein de la famille élargie en Chine traditionnelle, l'adoption ( shouyang ) s'est à nouveau développée à la faveur de l'ouverture du pays. Garantie par la loi sur le mariage de 1980, l'adoption est, depuis 1991, régie par une loi spécifique qui a été enrichie en 1998, notamment dans le but de mieux encadrer l'accroissement des adoptions internationales. Ce t […] Lire la suite

DROIT CIVIL DES PERSONNES (France) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 616 mots

1792 Sécularisation de l'état civil (naissance, mariage, décès) et institution d'un régime de divorce soit par consentement mutuel, soit sur demande de l'un des époux (notamment pour incompatibilité d'humeur), où les conjoints sont traités à égalité. 1804 Promulgation du Code civil, dit Code Napoléon. À côté du divorce, la séparation de corps est prévue. La femme mariée est réputée juridiquement i […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Le droit de l'enfant

  • Écrit par 
  • Alain BRUEL
  •  • 9 294 mots

Dans le chapitre « Attribution de l'autorité parentale »  : […] Aux termes de l'article 372 al. 1 er , « les père et mère exercent en commun l'autorité parentale ». La règle vaut quel que soit le type de filiation et que les parents vivent ensemble ou séparément ; naturellement, il existe des exceptions : en cas de séparation ou de divorce, si tel est l'intérêt de l'enfant, le juge des affaires familiales peut confier l'exercice de l'autorité parentale à un s […] Lire la suite

FAMILLE - Les enjeux de la parentalité

  • Écrit par 
  • Daniel BORRILLO
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Principe d'hétérosexualité »  : […] Lorsque des couples de même sexe ont souhaité devenir des parents à part entière (accès aux différentes formes de filiation), de nouvelles normes sont venues progressivement introduire l'exigence d'hétérosexualité pour l'instauration d'un lien de filiation. Tout se passe comme si la logique modernisatrice, sur le point d'intégrer les familles homoparentales, cherchait à éluder cette évolution en […] Lire la suite

FILIATION, droit

  • Écrit par 
  • Françoise DEKEUWER-DÉFOSSEZ
  •  • 10 712 mots

Dans le chapitre «  Les filiations électives »  : […] Toutes les sociétés ont été confrontées au problème de la stérilité de certains couples, et l'ont résolu à leur manière. Dans la Bible, Sarah, qui est stérile, fait faire un enfant à son mari Abraham par sa servante Agar : ce sera Ismaël. Il sera ensuite chassé lorsque Sarah aura elle-même mis au monde Israël. La société romaine pratiquait différentes sortes d'adoption, permettant aux familles de […] Lire la suite

JUMEAUX (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michèle CARLIER
  •  • 2 508 mots

Dans le chapitre « Communication entre jumeaux MZ : télépathie ou coordination tacite ? »  : […] Nancy Segal et ses collaborateurs étudient des enfants de même âge, élevés dans la même famille. Les paires d’enfants ainsi formées peuvent être constituées par deux enfants adoptés en même temps par la même famille ou par un enfant adopté et un enfant biologique de parents adoptifs. L’important est que les deux membres de la dyade ne partagent pas le même patrimoine génétique (ils ne sont pas co […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DIFFÉRENTIELLE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « L'origine des différences individuelles »  : […] On s'est longtemps demandé si les différences entre individus étaient plutôt attribuables à l'hérédité ou plutôt au milieu, et dans quelles proportions. Dès le début du xx e  siècle, et plus particulièrement dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, cette question a donné lieu à des débats et polémiques bien plus idéologiques que scientifiques ; les « héréditaristes » étant le p […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-17 février 2022 France. Commémoration des victimes de Charonne et adoption de la loi sur les « réparations » à destination des harkis.

Le 8, à l’occasion du soixantième anniversaire de l’événement, l’Élysée diffuse une déclaration dans laquelle le président Emmanuel Macron « rend hommage à la mémoire des victimes » de la « manifestation unitaire organisée pour la paix et l’indépendance en Algérie et contre les attentats de l’OAS », qui a eu lieu en février 1962 aux abords du métro Charonne, à Paris, qui avait été « violemment réprimée par la police ». […] Lire la suite

16 février 2022 Union européenne. Validation du mécanisme conditionnant le versement des fonds communautaires au respect de l'État de droit

Confrontée à la menace de Varsovie et de Budapest de bloquer l’adoption de ce plan de relance et du budget 2021-2027 de 1 070 milliards d’euros qui l’accompagnait, la Commission s’était engagée à ne pas faire usage de ce mécanisme avant le jugement de la CJUE. La Pologne doit toucher 110 milliards au titre du budget pluriannuel et 23,9 milliards au titre du plan de relance, et la Hongrie respectivement 35 et 7,2 milliards. […] Lire la suite

2-25 janvier 2022 France. Adoption de la loi sur le passe vaccinal.

Le 2, le ministre de la Santé Olivier Véran annonce dans Le Journal du dimanche un allègement des restrictions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, en raison de la forte contagiosité, mais aussi de la moindre virulence, du variant Omicron, à présent très largement majoritaire dans le pays. La durée d’isolement des personnes positives vaccinées est ramenée à sept jours. […] Lire la suite

25 janvier 2022 France. Adoption de la loi interdisant les thérapies de conversion.

Le Parlement adopte définitivement le projet de loi qui punit de deux à trois ans d’emprisonnement et de 30 000 à 45 000 euros d’amende les pratiques et propos visant à modifier ou à réprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. Cette disposition rend illégales les « thérapies de conversion » proposées aux personnes lesbiennes, gays, bi et transgenres (LGBT). […] Lire la suite

4-24 janvier 2022 Belgique. Assouplissement des restrictions sanitaires face au variant Omicron.

Par ailleurs, l’exécutif fédéral et les entités fédérées s’accordent sur l’adoption d’un « baromètre Corona », représenté par un code couleur, qui fixe la liste des mesures de restrictions en fonction du degré de gravité de la situation. Ce baromètre sera en vigueur jusqu’à fin juin. Le 23, quelque cinquante mille personnes selon la police, parmi lesquelles de nombreux ressortissants d’autres pays européens, manifestent à Bruxelles contre les restrictions sanitaires, à l’appel des mouvements World Wide Demonstration for Freedom et Europeans United for Freedom. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre MURAT, « ADOPTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/adoption/