ADÉNOVIRUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Diagnostic virologique

Chez les sujets immunocompétents, certaines pathologies à adénovirus sont tellement banales qu'elles ne nécessitent pas de confirmation étiologique. Par contre, en cas d'épidémie, devant des formes graves ou lors d'infections survenant chez des greffés, transplantés ou immunodéprimés, le rôle du laboratoire devient important.

Diagnostic rapide

La recherche d'antigènes viraux par immunofluorescence est surtout pratiquée sur des prélèvements respiratoires. Sur les selles, on recherche en routine les sérotypes 40 et 41, soit par agglutination de particules de latex sensibilisées, soit par immunochromatographie avec un délai de réponse très court (30 minutes).

On peut également rechercher le génome viral par amplification génique (polymerase chain reaction ou PCR) sur des prélèvements pathologiques ou sur les échantillons venant de l'environnement.

Culture

Elle est pratiquée, à partir de prélèvements respiratoirs, de selles, voire de sang ou de biopsis, sur cellules humaines entretenues in vitro (fig. 2) en inoculant des lignées permissives HEK, Hep 2, Hela, KB, MRC-5, mais pour la recherche des adénovirus entériques (40-41), on utilise une lignée particulière, la Graham 293. Cela permet l'isolement viral.

L'effet cytopathologique (ECP) caractéristique apparaît en quelques jours avec rétraction de la nappe cellulaire et aspect « en dentelle » ; pour certains sérotypes, les cellules recèlent des inclusions nucléaires volumineuses (cf. figure). Cet ECP apparaît plus ou moins rapidement selon les sérotypes (entre 2 et 28 jours), mais la détection virale peut être accélérée avec des techniques de culture rapide combinant centrifugation de l'échantillon pour favoriser l'entrée des virus dans les cellules et détection précoce des antigènes viraux par immunofluorescence. À partir des cultures positives, on détermine le sérotype par inhibition d'hémagglutination, par séro-neutralisation, voire par biologie moléculaire.

La présence de virus dans un échantillon ne permet pas de rattacher la symptomatologie au viru [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Écrit par :

  • : docteur en médecine, docteur d'État ès sciences, professeur des Universités en bactériologie, virologie, hygiène

Classification


Autres références

«  ADÉNOVIRUS  » est également traité dans :

ŒIL HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Antoine BERNARD, 
  • Guy OFFRET
  •  • 11 131 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Maladies de la conjonctive »  : […] Les maladies de la conjonctive sont très fréquentes. Il s'agit surtout des conjonctivites , qui sont dues à l'infection, aux phénomènes allergiques ou à une irritation physique ou chimique. Les symptômes d'une conjonctivite sont la congestion (l'œil est rouge), le larmoiement (avec parfois photophobie), les sécrétions plus ou moins purulentes, avec yeux collés le matin, enfin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeil-humain/#i_6873

THÉRAPEUTIQUE - Thérapie génique

  • Écrit par 
  • Olivier DANOS
  •  • 3 975 mots

Dans le chapitre «  Vecteurs adénoviraux »  : […] Les vecteurs adénoviraux ont fortement retenu l'attention pour le développement de thérapies géniques, étant donné leur efficacité et leur mode de préparation simple et adaptable à l'échelle industrielle. Cependant, les études chez l'animal et les essais cliniques réalisés ont révélé des limitations et un sérieux problème de toxicité qui ont conduit à reconsidérer la technologie. Les adénovirus so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-therapie-genique/#i_6873

VIROLOGIE

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • Michel BARME, 
  • François DENIS, 
  • Léon HIRTH
  •  • 10 443 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « ADN bicaténaire »  : […] Il existe une grande variété de virus à ADN bicaténaires, aussi bien chez les animaux que chez les bactéries. Il n'en existe par contre qu'un seul groupe dans le cas des végétaux. Chez les procaryotes , les virus à ADN à deux brins sont essentiellement représentés par les bactériophages à queue. On désigne sous ce nom la partie tubulaire de la particule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virologie/#i_6873

VIRUS

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 8 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Virus et médecine »  : […] Contre les virus, la médecine est encore largement prophylactique. Elle est en mesure de décrire les modes de contamination pour éviter les actes contaminants et, dans un certain nombre de cas, de prévenir l'infection par des vaccins administrés préventivement ou sitôt reconnue la possibilité d'une contamination. Les médicaments antiviraux sont spécifiques mais peu nombreux. C'est contre une malad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus/#i_6873

Voir aussi

Pour citer l’article

François DENIS, « ADÉNOVIRUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adenovirus/