BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

PRAGUE

Praga, caput regni – « Prague (Praha) capitale du royaume ». Cette devise exprime de manière heureuse la vocation de Prague, ville d'art. Par royaume, entendons l'État, sous la forme du duché, du royaume de Bohême, de la République tchécoslovaque et de la République tchèque, mais aussi la société renouvelée à travers les âges, qui a toujours garanti une place éminente à cette cité mère. Pendant le haut Moyen Âge, les Tchèques se sont solidement et définitivement implantés en Bohême, autour du jeune prince Wenceslas, dont le règne a laissé à son peuple un héritage mémorable : le prestige de son martyre, l'ouverture à la chrétienté occidentale et les premiers sanctuaires religieux de Prague. Ensuite, par la forteresse et la résidence royale sur la colline et par la ville de marché et d'ateliers dans la plaine, où l'influence des riches marchands allemands s'affirme, Prague, sur les deux rives de la Vltava que franchit le pont, prend son aspect durable. Charles IV (1346-1378), le plus illustre des rois de Bohême, empereur du Saint Empire, commença la construction de la cathédrale Saint-Guy. Il dota Prague d'une « ville neuve » et d'une université, creuset de la conscience nationale, où l'élément tchèque retrouva la prépondérance au temps de Jan Huss et des guerres hussites. Depuis, au-delà de ses vicissitudes tragiques, Prague demeura la capitale d'un royaume dont l'existence juridique ne fut jamais abolie.

Ainsi s'explique, après la grande épreuve de la révolte vaincue au xviie siècle, le paradoxe de la réussite baroque : les collèges des jésuites et les couvents prennent la relève des paroisses utraquistes, une riche aristocratie foncière, d'origine indigène ou étrangère, l'emporte désormais dans le royaume sur l'ancienne chevalerie tchèque ; Prague cesse d'être un centre important d'artisanat et de commerce, mais, ville résidentielle des nobles, elle reçoit la parure d'églises et de palais qui la consacrent vraiment l'une des plus belles cités de son temps. Les artistes possédaient presque tous la qualité de bou [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

 

Pour citer cet article

TAPIÉ, E.U., MAUREL, « PRAGUE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/prague/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« PRAGUE » est également traité dans :

ART DE COUR

Écrit par :  Philippe VERDIER

Dans le chapitre "Prague et Karlštejn, centres d'un art dynastique"  : …  politico-artistiques de Charles IV, roi de Bohême en 1346, empereur d'Allemagne en 1347, presque tout demeure : dans la nouvelle Prague, conçue comme une nouvelle Rome, surpassant Avignon, et dont le plan couvre trois cent soixante hectares, le palais royal construit sur le modèle de celui du roi de France, très modifié après 1383 sous Wenceslas… Lire la suite
BAROQUE

Écrit par :  Claude-Gilbert DUBOISPierre-Paul LACASVictor-Lucien TAPIÉ

Dans le chapitre "Bohême"  : …  accumula, par l'intrigue et la spéculation, une immense fortune et l'employa en partie à des constructions (son palais de Prague vers 1630, le premier dans la série des résidences fastueuses que les nobles devaient construire en ville, et qui se distingua par l'ampleur des proportions et son style italien : la sala terrena). Prague et VienneLire la suite
BOHÊME, géologie et géographie

Écrit par :  Joseph SCHULTZ

Čechy en tchèque, la Bohême est d'abord une unité naturelle, une cuvette entourée de toutes parts par un rempart de montagnes. Les Krušné Hory (monts Métallifères, Erzgebirge), au nord-ouest, dominent par un véritable abrupt l'intérieur du « quadrilatère ». Au nord, les Sudètes, succession de horsts et de grabens, sont… Lire la suite
COLLECTIONNISME

Écrit par :  Olivier BONFAIT

Dans le chapitre "Kunst-und Wunderkammer"  : …  objets) dans le cabinet qu'il fonde en 1560. Mais l'exemple le plus remarquable est la collection de Rodolphe II à Prague. Un nouveau bâtiment abritait les antiques et les sculptures modernes ; dans l'aile reliant ce bâtiment au palais d'été étaient disposées à l'étage environ mille cinq cents peintures, allant de Dürer à Parmesan ; les niveaux… Lire la suite
DIENTZENHOFER LES

Écrit par :  Georges BRUNEL

Le nom des Dientzenhofer est attaché à une série de monuments qui comptent parmi les plus notables de la Bohême et de la Franconie. C'est de cette dernière région que la famille est originaire, mais on en trouve des représentants à Prague dès les années 1680. Les deux membres les plus importants sont Christoph (1655-1722) et… Lire la suite
FAIGENBAUM PATRICK (1954-    )

Écrit par :  Guillaume LE GALL

Cette expérience, Faigenbaum la renouvelle en 1994 à Prague. Très imprégné du monde de Kafka, qu'Avedon lui avait conseillé de lire en 1977, il hésite entre plusieurs projets. À l'origine, il vient photographier la communauté juive selon la même recherche entreprise en Italie auprès de familles de l'aristocratie. Dans les… Lire la suite
GHETTO

Écrit par :  Gérard NAHON

Dans le chapitre "Physionomie du ghetto : Rome et Prague au XVIIe siècle"  : …  À Prague, la Judenstadt, appelée au xviiie siècle Josefstadt en l'honneur de Joseph II, était le plus grand ghetto européen. Pourvu de neuf portes, il abritait plusieurs marchés, de multiples synagogues dont la Klauss Lire la suite
HRADČANY, quartier de Prague

Écrit par :  Victor-Lucien TAPIÉ

Un trait majeur de la beauté et de l'originalité du site de Prague provient de l'ensemble architectural qui domine la ville, à quelque distance du fleuve, et où se groupent palais et églises tandis que de vastes jardins le séparent des autres quartiers. Ce sont les Hradčany (all. Lire la suite
HUS JAN (1370 env.-1415)

Écrit par :  Michel LARAN

Dans le chapitre "Le réformateur"  : …  Jan Hus tient son nom de son village natal, Husinec. Étudiant pauvre à l'Université de Prague, il devient bachelier en théologie (1394), puis maître ès arts libéraux (1396). Ordonné prêtre en 1400, doyen de la Faculté de théologie de Prague l'année suivante, Jan Hus apparaît surtout comme le plus illustre représentant de ce… Lire la suite
KAFKA FRANZ (1883-1924)

Écrit par :  Marthe ROBERT

Dans le chapitre "« La petite mère a des griffes »"  : …  Tout, dans la vie de Kafka, ramène en effet à cette ville que les Tchèques appelaient « la petite mère » et qui, pour l'auteur du Procès, était plutôt une marâtre impitoyable (« Prague ne nous lâchera pas, écrit-il à un ami de jeunesse, la petite mère a des griffes. ») Son œuvre, en un sens, est une tentative pour fuir les… Lire la suite
LOEB RABBI, dit LE MAHARAL DE PRAGUE (1512-1609)

Écrit par :  André NEHER

initiales hébraïques de son nom (MaHaRal), domine l'histoire spirituelle juive au xvie siècle, non seulement à Prague, ville où il vécut de longues années et à laquelle son nom reste indissolublement attaché (« le Maharal de Prague »), mais pour l'ensemble du judaïsme d'Europe centrale et orientale… Lire la suite
MATHIEU ou MATHIAS D'ARRAS (mort en 1352)

Écrit par :  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

L'empereur Charles IV désireux de transférer à Prague la capitale de l'Empire découvrit à Avignon Mathieu d'Arras à qui il confia le soin d'entreprendre la reconstruction de la cathédrale Saint-Guy (1344) qui fut poursuivie après la disparition du maître d'œuvre (1352) par Peter Parler. Mathieu, sur… Lire la suite
PARLER LES

Écrit par :  Alain ERLANDE-BRANDENBURG

Le milieu du xive siècle marque dans l'évolution de l'art gothique, en Allemagne, une étape stylistique qui correspond sur le plan social à l'accession de la bourgeoisie qui prend alors le pas sur le clergé et la noblesse. Une famille d'architectes et de sculpteurs, les Parler,… Lire la suite
PHILHARMONIE TCHÈQUE ORCHESTRE DE LA

Écrit par :  Alain PÂRIS

tchèque ; en tchèque : Orchestr České Filharmonie) remonte à 1894. Il existait depuis longtemps une vie symphonique active à Prague, mais sans la moindre continuité. Les premiers concerts de la nouvelle Philharmonie se déroulent dans le cadre de la Société d'encouragement de la musique en Bohême, avec des instrumentistes de l'orchestre… Lire la suite
PRAGUE DÉFENESTRATION DE (1618)

Écrit par :  Georges LIVET

Acte de violence commis au château de Prague, le 23 mai, contre les gouverneurs impériaux ; deux d'entre eux, Martinic et Slawata, sont précipités d'une fenêtre par les protestants des états de Bohême dont l'empereur Mathias a violé les droits religieux concédés par la lettre de Lire la suite
PRAGUE THÉÂTRE NATIONAL DE

Écrit par :  Guy ERISMANN

l'opéra et le mélodrame – furent en effet l'objet d'une revendication populaire émanant principalement du peuple des campagnes, détenteur de la langue tchèque et des traditions. Devenus progressivement citadins, ceux-ci réclamèrent, notamment à Prague, des représentations dans leur langue et non en allemand, comme l'imposaient les Habsbourg… Lire la suite
ŠKRÉTA KAREL (1610-1674)

Écrit par :  Georges BRUNEL

Dans la Bohême du xviie siècle, ravagée par la défaite de la Montagne Blanche, dépeuplée et appauvrie, la figure du peintre Karel Škréta prend un relief exceptionnel et une valeur exemplaire, qui expliquent la popularité particulière de cet artiste auprès des Tchèques. Né, à PragueLire la suite
SUDEK JOSEF (1896-1976)

Écrit par :  Elvire PEREGO

Dès 1928, il connaît la notoriété avec la publication d'un recueil in-folio, intitulé Svaty Vit Saint-Guy (La Cathédrale Saint-Guy), composé de quinze épreuves photographiques, à l'occasion du dixième anniversaire de la République tchèque. Reconnu dans le cénacle des artistes pragois,… Lire la suite
TCHÈQUE MUSIQUE

Écrit par :  Éric BAUDE

périodes de l'histoire tchèque et de la musique populaire leurs sources d'inspiration. Le Conservatoire de Prague est fondé en 1811. Le Chaudronnier de František Škroup (1801-1862), créé en 1826, marque la naissance de l'opéra tchèque mais c'est Bedřich Smetana (1824-1884) qui va fonder une école nationale. Avec ses amis du… Lire la suite
TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

Écrit par :  Jaroslav BLAHAMarie-Elizabeth DUCREUXMarie-Claude MAURELVladimir PESKA

Dans le chapitre "L'essor économique, la modernisation de la vie politique et l'exacerbation des nationalismes"  : …  nationale entre Allemands et Tchèques échouent les unes après les autres. L'état de siège est proclamé à Prague en 1893, en 1897, en décembre 1908. Au printemps de 1914, François-Joseph dissout la diète de Prague et limite les droits démocratiques. Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, les partis politiques tchèques adoptent vis… Lire la suite

Afficher la liste complète (20 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.