BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

LANGUE & PAROLE, linguistique

La distinction entre la « langue » et la « parole » est due à Ferdinand de Saussure. Elle apparaît dès les chapitres iii-v de la partie introductive du Cours de linguistique générale (1916, rééd. 1995). Cherchant à définir l'objet propre de la linguistique, Saussure remarque que celui-ci n'est pas donné d'avance, mais qu'il est au contraire à construire : car, « bien loin que l'objet précède le point de vue, on dirait que c'est le point de vue qui crée l'objet ».

1.  Du langage à la langue

Pour Saussure, l'objet de la linguistique ne saurait être le « langage ». Pris comme un tout, il constitue une réalité à la fois physique, physiologique et psychique, qui intéresse diverses disciplines comme, par exemple, la physiologie, la psychologie, l'anthropologie, ou la philologie. Par différence avec elles, la linguistique doit s'élaborer un objet d'étude délimité et homogène : c'est la langue. Définie comme « système de signes distincts correspondant à des idées distinctes », elle constitue « un tout en soi » ; à ce titre, elle peut être étudiée indépendamment des autres éléments du langage, qui relèvent de la parole.

On a coutume de présenter la distinction entre langue et parole comme une opposition entre, d'un côté, l'essentiel (le code, système autonome partagé par tous les sujets parlants), et de l'autre, l'accessoire, plus ou moins accidentel (l'utilisation du code par des sujets parlants dans des situations particulières). En fait, Saussure conçoit les deux notions comme interdépendantes. Au plan théorique, c'est effectivement la langue qui est première. Mais au plan historique, le fait de parole précède toujours le fait de langue. Pour Saussure, la langue résulte d'une sorte de cristallisation sociale : selon lui, la pratique du circuit de la parole déposerait dans le cerveau de tous les sujets des empreintes à peu près identiques, constituées par l'association de concepts et d'images acoustiques.

2.  Une « linguistique de la langue »

En distinguant la langue de la parole, Saussure étab […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Catherine FUCHS, « LANGUE & PAROLE, linguistique  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-et-parole-linguistique/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« LANGUE & PAROLE, linguistique » est également traité dans :

CATÉGORIES LINGUISTIQUES

Écrit par :  Robert SCTRICK

… *Malgré les fréquents glissements que l'on constate dans l'usage et qui tendent à confondre l'emploi de ce mot avec celui de classe, on peut, au sens étroit, assigner au terme de catégories un rôle essentiellement métalinguistique : en effet, alors que la classe est l'ensemble des éléments de la langue présentant telle ou telle propriété, ce qui les… Lire la suite
CODE, linguistique

Écrit par :  Robert SCTRICK

… *La langue n'est qu'une variété de code, soit un ensemble préarrangé de signaux. Les linguistes ont souvent exploité la ressemblance qu'il y avait entre tout processus de communication (y compris lorsque émetteur et/ou récepteur sont des machines) et le langage. Ainsi, on suppose l'existence d'une mémoire dans laquelle sont stockées toutes les… Lire la suite
COMPÉTENCE & PERFORMANCE, linguistique

Écrit par :  Louis-Jean CALVET

… *Dans la terminologie de la grammaire générative, le comportement linguistique d'un locuteur est défini par un couple de concepts : compétence, ou savoir linguistique du locuteur, et performance, ou réalisation concrète de ce savoir linguistique dans des actes de communication, qu'il s'agisse d'émission (le sujet fait des phrases) ou de réception (… Lire la suite
COURS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Ferdinand de Saussure

Écrit par :  Gabriel BERGOUNIOUX

Dans le chapitre "Langue et parole"  : …  plus conçus comme une collection d'unités (un lexique en ordre alphabétique par exemple) mais comme *l'actualisation des potentialités d'un système – ou structure – partagé par une communauté linguistique, c'est-à-dire d'une langue, par opposition à la parole, qui marque son expression individuelle. Le jeu de « valeurs », d'… Lire la suite
CRITIQUE LITTÉRAIRE

Écrit par :  Marc CERISUELOAntoine COMPAGNON

Dans le chapitre "La déconstruction"  : …  de la tradition linguistique et philosophique occidentale. Derrida lui reproche de reposer sur la *primauté de la parole dans une métaphysique idéaliste de la présence, qui se trouverait derrière ou sous le langage et le texte : l'idée, l'intention, la vérité, le sens, la référence que le langage exprimerait. Pour cette tradition, les mots… Lire la suite
DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique

Écrit par :  Catherine FUCHS

Dans le chapitre "Deux approches de l'étude de la langue "  : …  synchronie et diachronie est solidaire d'un autre grand principe de classification, à savoir la* distinction entre la « langue » et la « parole ». En effet, « tout ce qui est diachronique dans la langue ne l'est que par la parole », avant d'entrer ensuite dans l'usage et de devenir alors un fait de langue. La linguistique postsaussurienne, tant… Lire la suite
DIALECTES ET PATOIS

Écrit par :  Pierre ENCREVÉ

Dans le chapitre "L'aspect linguistique"  : …  Elle affirme, au contraire, l'égalité absolue de tous les idiomes quant à leur nature propre.* C'est que l'emploi strictement linguistique du terme « langue », dégagé de toute connotation sociologique, se réfère aux systèmes linguistiques en eux-mêmes, aux structures des idiomes. En ce sens, tout parler humain est une langue à part entière et… Lire la suite
ÉNONCIATION

Écrit par :  Oswald DUCROT

… système théorique construit par le linguiste pour en rendre compte, Saussure appelle l'observable « *parole », et le système « langue ». En choisissant le mot « parole », souvent explicité par « usage », pour désigner le domaine des faits, il suggère par contraste que l'objet théorique ne doit contenir aucune allusion à l'acte de parler. D'où l'idée… Lire la suite
FOUS LITTÉRAIRES

Écrit par :  Jean-Jacques LECERCLE

Dans le chapitre "Situations du locuteur"  : …  sollicitations de son langage. Cela montre cependant la fragilité de la maîtrise du locuteur sur sa *parole. Cette perte de maîtrise n'est pas le propre du fou littéraire, et l'on peut dresser l'inventaire (par ordre de maîtrise croissante) de ceux qui laissent parler la langue. Le possédé ne parle même pas sa langue : il parle « en langues… Lire la suite
HEIDEGGER (M.)

Écrit par :  Jean BEAUFRETAlphonse DE WAELHENSClaude ROËLS

Dans le chapitre "Langue et parole"  : …  *À la question de la technique répond la question de la langue ou de la parole, s'il est vrai qu'aujourd'hui, selon le mot de Ernst Jünger : « La technique est non seulement la véritable langue universelle, mais la seule » (« Volants », in Rivarol et autres essais). On a pris l'habitude, dès le début des Temps modernes (Descartes et Leibniz… Lire la suite
INTRODUCTION À L'ŒUVRE SUR LE KAVI, livre de Wilhelm von Humboldt

Écrit par :  Gabriel BERGOUNIOUX

Dans le chapitre "« Une activité en train de se faire »"  : …  de la première de ces conceptions, illustrant une opposition à laquelle son nom reste attachée, *la différence entre la langue comme « ouvrage fait » et la langue comme « activité » : « En elle-même, la langue est non pas un ouvrage fait (Ergon), mais une activité en train de se faire (Energeia). Aussi sa vraie définition ne… Lire la suite
LANGAGE PHILOSOPHIES DU

Écrit par :  Jean-Pierre COMETTIPaul RICŒUR

Dans le chapitre "La linguistique structurale"  : …  Saussure isolait* la langue, comme système social, de la parole, comme exécution individuelle ; dans la langue, il éliminait la « substance » sonore et psychique pour ne retenir que la « forme », c'est-à-dire les rapports purement différentiels et oppositifs entre éléments, qu'il s'agisse des phonèmes ou des valeurs lexicales ; pour appréhender la… Lire la suite
LANGUE REGISTRES DE

Écrit par :  Catherine FUCHS

…  des différents « niveaux de langue » disponibles, en fonction des situations de communication.* Ces usages relèvent de la « parole » telle que la définit Ferdinand de Saussure (1857-1913), c'est-à-dire de l'utilisation effective de la langue : c'est pourquoi on parle également de « registres de la parole ». La notion de « niveaux de langue »,… Lire la suite
LINGUISTIQUE - Théories

Écrit par :  Catherine FUCHS

Dans le chapitre "Langue et parole"  : …  L'opposition *langue/parole, qui a connu une grande fortune, vise à distinguer le langage comme fait social et le langage comme fait individuel. Assez mal définie sur le fond, cette opposition a donné lieu à diverses réinterprétations ultérieures : code objectif indépendant des utilisateurs/acte libre d'utilisation de ce code par les sujets, code… Lire la suite
LOCUTEUR

Écrit par :  Robert SCTRICK

… *Dans le schéma de communication, on donne le nom de locuteur à la personne qui parle ; on l'appelle aussi parfois émetteur ou destinateur. Le locuteur s'oppose alors à l'auditeur ou, dans ces autres terminologies, au récepteur ou destinataire. La notion de locuteur a l'avantage de cerner une fonction mobile dans la situation de parole, ce qui a des… Lire la suite
MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

Écrit par :  Alain de LIBERA

Dans le chapitre "Où tout devient jeu"  : …  fait se constate, puis s'interprète. Le monde où vit et pense l'homme du Moyen Âge est un monde de *paroles. Le travail de l'historien consiste à montrer en quoi ce fait est pensé par un clerc qui lui-même vit dans un monde de paroles codées et réglées, un monde où il est possible d'explorer dans une discussion toutes les conséquences d'… Lire la suite
MYTHE - L'interprétation philosophique

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Le modèle structural"  : …  ne doit prendre en compte que les règles du jeu, non les événements du langage ; en outre, *dans la langue ainsi opposée à la parole, une théorie structurale ne considère que les états de système à un moment donné, autrement dit la constitution synchronique de ce système, et non ses changements, son histoire, sa diachronie (ce privilège… Lire la suite
PHONOLOGIE

Écrit par :  Jean Léonce DONEUXVéronique REYRobert VION

Dans le chapitre "Origines et problématiques de la phonologie"  : …  Troubetzkoy utilise dans un premier temps la distinction saussurienne entre langue et *parole. La phonologie est ainsi une science des sons de la langue (les phonèmes) alors que la phonétique est la science des sons de la parole. Toutefois, il se différencie de Saussure dans la mesure où il refuse d'identifier les unités de la… Lire la suite
PHRASE, linguistique

Écrit par :  Christiane MARCHELLO NIZIA

… *L'introduction dans la grammaire du terme et de la notion de phrase est relativement récente. Le mot lui-même, emprunté, au xvie siècle, au latin, signifie uniquement, jusqu'à la fin du xviie siècle, « expression, tournure ». C'est avec ce sens qu'il fait son entrée dans la grammaire à la fin du Lire la suite
SAUSSURE FERDINAND DE (1857-1913)

Écrit par :  André MARTINET

Dans le chapitre "Portée et limites d'une œuvre"  : …  d'équivalence entre des choses d'ordres différents ». L'opposition entre langue et *parole, considérée comme fondamentale, oppose le social à l'individuel. Ce sont là les concepts saussuriens qui se sont le plus vite répandus et généralement imposés, inspirés qu'ils étaient par une sociologie durkheimienne à la mode. Ce sont… Lire la suite
SIGNE ET SENS

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre "Sémiotique et sémantique"  : …  en ait douté. Et pourtant, la distinction qui précède toutes les autres dans son œuvre, celle de la *langue et de la parole, laisse ouverte la question de savoir si la parole ne repose pas elle aussi sur des unités qui lui soient propres. Le Cours de linguistique générale côtoie ce problème à l'occasion d'une distinction qui vient vers la… Lire la suite
STYLE

Écrit par :  Mikel DUFRENNE

Dans le chapitre "Le discours de la stylistique"  : …  l'histoire de la stylistique. D'autant que généralement elle ne porte que sur le style de la* langue ou du discours littéraire et non sur l'ensemble des arts. C'est la limite qu'elle s'imposait déjà sous son ancien nom de rhétorique. Car la rhétorique est une technique du langage considéré comme un art. Elle est à la fois descriptive et… Lire la suite
TROPES, linguistique

Écrit par :  Michel BRAUDEAU

… *La taxinomie des ornements rhétoriques (il faut bien avoir recours à cette périphrase, puisque, dès les Anciens, on estime que le trope porte sur le mot, et la figure sur le groupe de mots) pose des problèmes tant historiques (l'histoire des classements) que théoriques (le fondement des classements). En cette matière, les deux extrêmes sont… Lire la suite
VALEUR, linguistique

Écrit par :  Louis-Jean CALVET

… *On appelle valeur le sens d'une unité linguistique considéré comme le produit des relations que cette unité entretient avec les autres unités du système, et non pas comme un contenu intrinsèque. C'est Ferdinand de Saussure qui a le premier utilisé cette notion, qu'il illustrait par une comparaison de la langue avec le jeu d'échecs : n'importe… Lire la suite

Afficher la liste complète (24 références)

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média