BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

Afficher la liste complète (20 médias)

La « comédie américaine » ne prend son véritable essor qu'au début des années 1930 en se distinguant du burlesque par l'apport des dialogues (Howard Hawks, entre autres), qui deviennent essentiels sans pour autant négliger le comique de situation. Si la pantomime est chère à la tradition anglaise, le rôle du music-hall anglais puis américain s'avère capital. Il s'agit d'un spectacle hétéroclite, composé d'une succession de numéros qui n'ont que peu à voir avec notre conception française du spectacle de variétés. Quant à la « comédie musicale », malgré la présence des mêmes réalisateurs et des mêmes stars, elle est d'abord prétexte à introduire des chants et des danses, à la façon de l'opérette française, avant que la synthèse de l'intrigue et du spectacle ne devienne la norme, ce dont témoigne parfaitement un film tel que Singin' in the Rain (Chantons sous la pluie, 1952) de Stanley Donen et Gene Kelly. Comédie américaine et comédie musicale correspondent parfaitement à une Amérique sûre de son bon droit, jusqu'à l'orée des années 1960, date à laquelle elles subiront une profonde mutation. 

1.  La comédie, divertissement ou genre social ?

S'opposant aux genres épiques – western, film d'aventures ou film de guerre –, qui exaltent l'esprit de conquête américain, la comédie se meut plus volontiers sur le terrain du quotidien, proposant une critique parfois acerbe des mœurs et des valeurs américaines. À côté du burlesque se développe, dès la fin des années 1910, une comédie de mœurs, vite devenue comédie mondaine dont les principaux artisans sont des réalisateurs tels que Harry Beaumont, James Cruze, Donald Crisp et surtout Cecil B. De Mille, qui signe Male and Female (L'Admirable Crichton, 1919), Why Change Your Wife ? (L'Échange, 1920) ou The Affairs of Anatol (Le cœur nous trompe, 1921). La subtilité du mélodrame mondain de ChaplinA Woman of Paris (L'Opinion publique, 1923), exerce également une grande influence sur les comédies de Monta Bell (The King on Main Street, 1925), Malcolm St. Clair (The Gran […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

Pour citer cet article

Joël MAGNY, « COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma » est également traité dans :

ABBOTT BUD (1895-1974)

Écrit par :  Gérard LEGRAND

… *Acteur américain, né à Ashbury Park près d'Atlantic City, Bud Abbott a eu une carrière mouvementée qui l'a mené du cirque au music-hall et du music-hall à l'écran, où il fit longtemps tandem avec Lou Costello (1906-1959). Leurs noms sont inséparables d'un certain type de comédie populaire. Enfant de la balle, Bud Abbott est né au sein même du… Lire la suite
ALLEN WOODY (1935- )

Écrit par :  Joël MAGNY

Dans le chapitre "Le matériau autobiographique"  : …  Bon an, mal an, le Woody Allen nouveau arrivait désormais. Attendu et parfois sans surprise,* comme cet hommage un peu bâclé à la comédie américaine classique qu'est Maudite Aphrodite (Mighty Aphrodite, 1995), ou le divertissement qui renoue avec les comédies policières des débuts, Small Time Crooks (EscrocsLire la suite
ANDREWS JULIE (1935- )

Écrit par :  Universalis

(1974). Elle doit attendre 1979 pour retrouver une place sur le grand écran, avec un second rôle* dans la comédie réalisée par Edwards, 10 (1979, Elle). Grâce à ce film, le public commence à accepter Andrews dans un répertoire plus large. Aussi convaincante dans les comédies que dans les films dramatiques, l'actrice est ainsi… Lire la suite
ARTHUR JEAN, GLADYS GEORGIANNA GREENE dite (1905-1991)

Écrit par :  André-Charles COHEN

…  qui interprète de surcroît un double rôle. Avec Irène Dunne et Claudette Colbert, Jean Arthur *devient une des reines des comédies à caractère social, qui tentent de juguler par leur idéalisme les effets néfastes de la crise économique. Les scénaristes imaginent à son intention les situations les plus invraisemblables et écrivent des dialogues… Lire la suite
BACALL LAUREN (1924- )

Écrit par :  Joël MAGNY

Dans le chapitre "Naissance d'un couple"  : …   a Horn), ou de Gary Cooper dans Le Roi du tabac (Bright Leaf). C'est dans la* comédie qu'elle trouve un second souffle, incarnant une femme mûrie qui sait ce qu'elle veut ou ne veut pas, dans Comment épouser un millionnaire (How to Marry a Millionaire, 1953) et Les femmes mènent le monde (Woman'Lire la suite
BUCHMAN SYDNEY (1902-1975)

Écrit par :  Raymond MORINEAU

… *Le scénariste et producteur américain Sydney Buchman a illustré une des formes les plus originales du cinéma américain d'entre les deux guerres, la comédie satirique légère à tendance sociale traitée avec beaucoup de vivacité et de brio. De 1932 à 1950, il fut une des gloires de la firme Columbia Pictures, à laquelle il imposa son style. Sydney… Lire la suite
CAPRA FRANK (1897-1991)

Écrit par :  Joël MAGNY

Dans le chapitre "Le cinéaste du New Deal"  : …  ), où il apprend également la technique cinématographique, il travaille pour Mack Sennett. *C'est lui qui construit et parfait, à travers trois longs-métrages, le personnage d'innocent lunaire de Harry Langdon, considéré en 1925 comme un sérieux rival pour Buster Keaton et même Charlie Chaplin. S'il n'est crédité que comme scénariste de Lire la suite
CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder

Écrit par :  Michel MARIE

BillyWilder *Certains l'aiment chaud (Some Like it Hot) est un sommet de la comédie américaine parodique, construite sur le thème du travestissement. C'est la seconde collaboration entre Billy Wilder et Marilyn Monroe, devenue le sex-symbol du cinéma hollywoodien des années 1950,Lire la suite
CHANTONS SOUS LA PLUIE (S. Donen et G. Kelly)

Écrit par :  Joël MAGNY

  *Bien avant Chantons sous la pluie (Singing in the Rain), tous les ingrédients de la comédie musicale existaient, à commencer par la préparation d'un spectacle comme support de numéros musicaux. Mais Stanley Donen (né en 1924) et Gene Kelly (1912-1996) renouvellent totalement le genre en dosant à la… Lire la suite
CHANTONS SOUS LA PLUIE, film de Stanley Donen et Gene Kelly

Écrit par :  Michel CHION

… StanleyDonenGeneKelly *En 1951, la Metro Goldwyn Mayer est devenue, parmi les « majors », la compagnie la plus riche en vedettes, et le producteur Arthur Freed (ancien auteur de chansons) y dirige un département consacré à la comédie musicale de prestige. Les films-… Lire la suite
CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

Écrit par :  Marc CERISUELOJean COLLETClaude-Jean PHILIPPE

Dans le chapitre "Le cinéma américain classique"  : …  réalise avec Indiscrétions (The Philadelphia Story, 1941) la plus brillante des *comédies américaines. Katharine Hepburn, James Stewart et Cary Grant y donnent toute leur mesure. La même année, Howard Hawks signe Seuls les anges ont des ailes (Only Angels Have Wings), un film d'une rare noblesse sur les… Lire la suite
COLBERT CLAUDETTE (1903-1996)

Écrit par :  André-Charles COHEN

…  l'amour de Mike, 1927) et d'entamer une carrière cinématographique à l'avènement du parlant. *Elle se distingue notamment au côté de Maurice Chevalier dans Le Lieutenant souriant (1931), comédie d'Ernst Lubitsch, puis accède à l'univers du péplum avec Le Signe de la croix (1932) de Cecil B. De Mille et Cléopâtre (… Lire la suite
COMÉDIE MUSICALE, cinéma

Écrit par :  Victor BACHY

… *Par comédie musicale on entend, au cinéma, un spectacle de divertissement, bâti sur un scénario souvent ténu, où la musique, le chant et la danse tiennent une place de choix. La comédie musicale n'a donc pu naître qu'avec le cinéma parlant, et Le Chanteur de jazz (Jazz Singer) d'Alan Crosland (1927) en fut la première… Lire la suite
CROSBY BING (1904-1977)

Écrit par :  Jean-Louis FABIANI

… industrie des variétés, à cause de ces innovations techniques, connaît alors une rapide expansion. *Les professionnels du cinéma songent très vite à tirer parti de la popularité de Bing Crosby. Il obtient son premier grand rôle en 1933, celui d'un professeur distrait, dans College of Humor. Il tourne plusieurs comédies, dont les plus… Lire la suite
DONEN STANLEY (1924- )

Écrit par :  Jacques LOURCELLES

… *Grand novateur de la comédie musicale américaine d'après guerre, Stanley Donen fait ses premières armes comme danseur à Broadway puis, pour le cinéma, comme assistant chorégraphe de Charles Walters et de Gene Kelly dans des films réalisés notamment par Edward Buzzell, Charles Vidor — il règle un numéro de la célèbre Reine de Broadway (Lire la suite
EDWARDS BLAKE (1922-2010)

Écrit par :  Joël MAGNY

…  au service du chanteur Frankie Lane avant L'Extravagant Mr Cory (1957), plus personnel. *Avec Opération jupon (1959), où un sous-marin militaire repeint en rose recueille cinq infirmières-officiers en détresse à la grande joie de Cary Grant et de Tony Curtis, apparaît le fil conducteur de l'œuvre d'Edwards, le burlesque. Dédié à… Lire la suite
FIELDS WILLIAM CLAUDE dit W. C. (1879-1946)

Écrit par :  Jean TULARD

… *C'est l'avènement du cinéma parlant, fatal à d'autres comiques (Langdon, Semon, Chase, Cook, Pollard, Al Saint-John, Ben Turpin), qui assura la célébrité de Fields. Il avait débuté pourtant sous la direction de Griffith dans Sally, fille de cirque (Sally of the Sawdust, 1925), mais c'est en 1932 qu'il s'impose avec MillionLire la suite
GRANT ARCHIBALD ALEXANDER LEACH dit CARY (1904-1986)

Écrit par :  André-Charles COHEN

… définit le mieux son style fait de désinvolture, de cynisme, voire de muflerie. Dans ces brillantes *comédies que sont Le Couple invisible de N. Mcleod (1936), Cette Sacrée Vérité de Leo Mac Carey (1937), L'Impossible Monsieur Bébé de Howard Hawks (1938), il n'hésite pas à jouer les ahuris, les savants farfelus – … Lire la suite
HANKS TOM (1956- )

Écrit par :  Universalis

…  parmi les stars les plus populaires de notre époque. Au cours des années 1990, Tom Hanks enrichit* son répertoire comique et entreprend d'aborder des rôles dramatiques. Il jouera par exemple l'entraîneur alcoolique d'une équipe de base-ball féminine dans la populaire comédie A League of Their Own (1992, Une équipe hors du communLire la suite
HAWKS HOWARD (1896-1977)

Écrit par :  Claude-Jean PHILIPPE

Dans le chapitre "Un gabarit « hors catégorie »"  : …  Il tire toutes les conséquences logiques, et morales, de prémices conventionnelles ou fictives. La *comédie, son genre de prédilection, autorise – elle commande même – la plus grande vivacité d'exécution. Hawks ne charge les siennes d'aucune considération satirique qui pourrait en alourdir l'entrain. Il joue simplement le jeu des situations, il les… Lire la suite
HEPBURN AUDREY (1929-1993)

Écrit par :  Alain GAREL

… de films à costumes, dont War and Peace (Guerre et Paix) de King Vidor (1956), de *comédies : Breakfast at Tiffany's (Diamants sur canapé) de Blake Edwards (1961), How to Steal a Million (Comment voler un million de dollars) de William Wyler (1966), de comédies dramatiques : ... They AllLire la suite
HEPBURN KATHARINE (1907-2003)

Écrit par :  Alain GAREL

Dans le chapitre "Le temps de la comédie"  : …  Alternant drame et *comédie, domaine où elle sait trouver le juste tempo, Katharine Hepburn impose un personnage de jeune femme intelligente et volontaire, énergique et combative, qui ne s'en laisse pas conter par les hommes, ou qui joue savamment de son androgynie, comme dans Sylvia Scarlett (1935) de George Cukor. Certes, si,… Lire la suite
HOLLYWOOD

Écrit par :  Francis BORDAT

…  recul, on est au contraire impressionné par la quantité d'œuvres qui se distinguent du tout-venant.* Avec Mack Sennett, Charles Chaplin, Buster Keaton, Harold Lloyd, Harry Langdon et Laurel et Hardy, les burlesques à eux seuls ont produit en dix ans un nombre stupéfiant de chefs-d'œuvre. Mais le mélodrame, avec David Wark Griffith et Frank Borzage… Lire la suite
LUBITSCH ERNST (1892-1947)

Écrit par :  Jean COLLET

Dans le chapitre "L'Europe séduit l'Amérique"  : …  , qu'on peut saisir le mieux aujourd'hui cette clairvoyance masquée par l'humour et la légèreté.* Certes, Lubitsch aurait pu dire, comme Sacha Guitry et François Truffaut : l'amour mène le monde. Dans Ninotchka, Greta Garbo, pure et dure militante stalinienne, sera conquise par le séduisant Melvyn Douglas, qui incarne tout ce qu'elle… Lire la suite
MAC CAREY LEO (1898-1969)

Écrit par :  Universalis

…  1930, Leo Mac Carey signe un contrat avec la Paramount en 1933. Au contact des célébrités de la* comédie avec lesquelles il collabore, il peaufine son propre style comique, basé sur les techniques de l'improvisation apprises avec Laurel et Hardy. Son premier film pour la Paramount est Duck Soup (La Soupe au canard, 1933), avec… Lire la suite
MANHATTAN, film de Woody Allen

Écrit par :  Laurent JULLIER

…  le fellinien Stardust Memories, le Huit et demi (1963) de son auteur)*Photographié dans un somptueux noir et blanc par le chef opérateur de la trilogie du ParrainManhattan est au final une comédie romantique peuplée de personnages hésitants qui, comme le dit son narrateur off, « se créent… Lire la suite
MINNELLI VINCENTE (1903-1986)

Écrit par :  Gérard LEGRAND

Des maîtres de la *comédie musicale hollywoodienne de l'après-guerre, Minnelli est le seul à avoir affronté avec bonheur, non pas à la suite, comme le fit Stanley Donen, mais de front, les registres de la comédie légère et du drame symbolique. Peut-être son importance dans l'histoire du film musical a-t-elle… Lire la suite
NINOTCHKA, film de Ernst Lubitsch

Écrit par :  Kristian FEIGELSON

… Ernst Lubitsch (1892-1947) quitte l'Allemagne dès 1922 et poursuit à Hollywood une riche carrière. *Il y devient le plus européen des cinéastes américains, promoteur d'une comédie à la fois psychologique et sentimentale que l'on résumera par l'expression « Lubitsch touch », un style léger, allusif et narquois. Inspiré sans doute d'un… Lire la suite
ROGERS GINGER (1911-1995)

Écrit par :  N.T. BINH

… Pour le public comme pour les historiens du cinéma, le nom de Ginger Rogers* reste associé à la dizaine de films musicaux qu'elle tourna avec Fred Astaire, et qui firent d'elle une superstar des années 1930 et 1940. Mais elle fut par ailleurs l'une des reines de la comédie loufoque américaine, genre dans lequel sa blondeur piquante se doublait d'une… Lire la suite
SENNETT MICHAËL SINNOTT dit MACK (1880-1960)

Écrit par :  Universalis

…  ans plus tard, sa propre compagnie, Keystone, à Los Angeles. En 1914, Sennett réalise le premier* long-métrage américain comique, Tillie's Punctured Romance (Le Roman comique de Charlot et Lolotte), mais c'est au millier de courts-métrages (de une ou deux bobines) qu'il dirigera qu'il doit sa célébrité. Nombre de ces comédies,… Lire la suite
STEWART JAMES (1908-1997)

Écrit par :  N.T. BINH

… Next Time we Love, 1936, d'Edward H. Griffith ; ils tourneront trois autres films ensemble). *1938 est l'année décisive, celle de sa révélation comme acteur de comédie, face à Ginger Rogers dans Mariage incognito de George Stevens et à Jean Arthur dans Vous ne l'emporterez pas avec vous, sa première collaboration avec le… Lire la suite
STURGES PRESTON (1898-1959)

Écrit par :  Marc CERISUELO

*Longtemps méconnue, l'œuvre du cinéaste Preston Sturges connaît une étrange et capricieuse destinée qui ne rend guère justice à l'auteur des plus flamboyantes comédies américaines des années 1940. Sturges fut en effet le créateur d'un monde peuplé de catastrophiques candides et de roués peu nocifs, de… Lire la suite
WALTERS CHARLES (1911-1982)

Écrit par :  Robert de LAROCHE

… Parmi* tous les maîtres de la comédie musicale américaine de l'après-guerre, Charles Walters a longtemps fait figure d'oublié. Alors que Vincente Minnelli, Stanley Donen et Gene Kelly sont entrés de leur vivant au panthéon des auteurs, le réalisateur de réussites du genre comme Parade du printemps (1948), Entrons dans la danse (… Lire la suite
WEST SIDE STORY, film de Jerome Robbins et Robert Wise

Écrit par :  Michel CHION

… JeromeRobbinsRobertWise *Adapté d'un spectacle de Broadway (1957), modernisant lui-même le Roméo et Juliette de Shakespeare, West Side Story appartient à la série des comédies musicales pour écran large (en Panavision) et son stéréophonique des années 1950-… Lire la suite
WILLIAMS ESTHER (1921-2013)

Écrit par :  Universalis

… La nageuse et actrice américaine Esther Williams fut, dans les années 1940 et 1950,* la star des comédies musicales dites aquatiques. Ces somptueuses productions en Technicolor remplaçaient les numéros de danse propres aux comédies musicales par des séquences de natation, de plongeon et de ski nautique à la chorégraphie élaborée et par des ballets… Lire la suite
WYLER WILLIAM (1902-1981)

Écrit par :  Jacques SICLIER

… *En 1948 — on venait de découvrir, en France, les films tournés à Hollywood depuis 1940 par William Wyler —, André Bazin écrivit pour les numéros 10 et 11 de La Revue du cinéma de Jean George Auriol, une étude restée exemplaire : « William Wyler, ou le Jansénisme de la mise en scène ». Cette étude fut suivie d'un article retentissant de… Lire la suite

Afficher la liste complète (36 références)

 

Voir aussi

ARTHUR FREED    BJÖRK BJÖRK    BROADWAY    CINÉMA AMÉRICAIN    COMÉDIE cinéma    HARRY BEAUMONT    IRVING THALBERG    SPECTACLE

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média