BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CERVELET

Afficher la liste complète (14 médias)

Le cervelet, ou petit cerveau, est un organe situé en parallèle sur les grandes voies sensorielles et motrices. Son atteinte ne se traduit ni par une paralysie, ni par une anesthésie, mais par un ensemble de signes qui attestent de perturbations importantes dans le maintien de l'équilibre et de la posture et dans l'exécution et la coordination des mouvements. Ces données de base ont été apportées au xixe siècle par l'éclosion d'une série de travaux expérimentaux, tels ceux de L. Rolando, M. J. P. Flourens, Luciani, C. S. Sherrington, F. Magendie (voir Dow et Moruzzi) et par l'identification d'un « syndrome cérébelleux » en pathologie humaine, à la suite notamment des travaux de Babinski et Holmes.

Si la plupart des signes d'atteinte cérébelleuse sont connus depuis longtemps, on a manqué d'hypothèses satisfaisantes pour expliquer leur origine. Certes, l'hypothèse de Luciani reprise par F. Bremer (1935) selon laquelle le cervelet exercerait une action tonique facilitatrice sur l'ensemble des structures motrices, influence dont le retrait expliquerait certains signes cérébelleux, reste toujours valable, de même que la conception émise par C. S. Sherrington (1906) considérant le cervelet comme un centre de coordination des réflexes proprioceptifs. Cependant, ces explications étaient loin de rendre compte de l'ensemble des signes observés après la lésion du cervelet.

Depuis les années cinquante, un effort considérable a été fait pour préciser la structure et le fonctionnement des circuits cérébelleux. Mais c'est sans doute l'éclosion plus récente de nouveaux concepts dérivés de la cybernétique et de l'analyse du comportement qui ont conduit à formuler de nouvelles hypothèses fonctionnelles faisant jouer un rôle au cervelet dans le domaine de la « programmation motrice » et dans celui de l'apprentissage moteur.

1.  Anatomie

Le cervelet apparaît très tôt au cours de l'évolution des Vertébrés. C'est en effet chez le Cyclostome, dont l'apparition précède celle des Poissons, qu'il peut être décelé pour la première fois. Il est formé, à ce stade, d'un amas de cellules, situées dans la paroi latérale du quatrièm [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  11 pages…

 

Pour citer cet article

MASSION, « CERVELET  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cervelet/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« CERVELET » est également traité dans :

BABINSKI JOSEPH (1857-1932)

Écrit par :  Jacqueline BROSSOLLET

Médecin français né à Paris de parents émigrés polonais, connu surtout pour ses travaux sur le système nerveux. Après des études secondaires à l'école polonaise des Batignolles à Paris, Babinski est interne en médecine dans le service de Cornil à l'Hôtel-Dieu (1879), puis chef de clinique de Charcot à la Salpêtrière (1884). Il soutient en 1885 sa… Lire la suite
CORTEX CÉRÉBRAL

Écrit par :  Didier LAVERGNE

Dans l'encéphale des Vertébrés, la présence de substance grise superficielle reflète la présence de neurones dits corticaux. Au cours de la neurogenèse, ils viennent peupler la surface nerveuse par un processus migratoire après lequel interviendra leur différenciationLire la suite
ECCLES JOHN CAREW (1903-1997)

Écrit par :  Pierre BUSER

à son niveau. Ses dernières contributions, non les moindres, eurent trait au cervelet, cette structure que tant de chercheurs, anatomistes, physiologistes et cliniciens, avaient avant lui décrite, et dont ils avaient analysé les effets neurologiques résultant de son ablation ou, le cas échéant, de sa stimulation électrique… Lire la suite
ÉQUILIBRATION

Écrit par :  Francis LESTIENNE

Dans le chapitre "Organisation centrale et troubles de l'équilibre"  : …  et centres nerveux intervenant dans l'équilibration et le contrôle postural sont dans leur détail fort complexes. Les centres nerveux sont essentiellement situés au niveau du cervelet, du tronc cérébral (formation réticulée, noyaux vestibulaires, noyau rouge) et de la moelle épinière. Le cortex cérébral sensorimoteur contribue également… Lire la suite
NEUROLOGIE

Écrit par :  E.U.Raymond HOUDARTHubert MAMOJean MÉTELLUS

Dans le chapitre "Syndrome cérébelleux"  : …  Le cervelet, situé en arrière du tronc cérébral, est en quelque sorte séparé et isolé de l'ensemble du système nerveux central, auquel il est relié uniquement par trois paires de pédoncules, les pédoncules cérébelleux supérieurs, moyens et inférieurs, qui l'unissent aux trois parties du tronc cérébral. Son rôle consiste essentiellement dans la… Lire la suite
TÊTE ET COU

Écrit par :  Claude GILLOT

Dans le chapitre "L'encéphale"  : …  (ou pont de Varole) et pédoncules cérébraux. Ceux-ci traversent le foramen ovale. Le cervelet, recouvert d'une écorce grise, se moule sur les fosses cérébelleuses de l'occipital. Il comprend un étranglement médian, le vermis, et deux lobes latéraux ; il est relié à chacune des trois parties du tronc cérébral par deux pédoncules… Lire la suite
TONUS MUSCULAIRE

Écrit par :  Paul LAGET

Dans le chapitre "Régulation supramédullaire"  : …  Le cervelet constitue également un centre essentiel dans la régulation tonique, son influence s'exerce à la fois sur les motoneurones α et γ et intervient de façon spectaculaire dans la régulation tonique fine nécessaire à l'exécution correcte du mouvement volontaire. Cette action cérébelleuse est facilement perçue dans le… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

  

Voir aussi

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.