BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

DIGESTIF APPAREIL

L'appareil digestif est l'un des premiers à se différencier dans l'échelle animale puisqu'il existe déjà, sous forme d'un sac s'ouvrant à l'orifice buccal, chez les Cœlentérés. C'est aussi l'un des appareils dont la différenciation est la plus précoce au cours du développement d'un organisme, puisqu'il dérive de l'un des deux feuillets primitifs de l'embryon ; ce feuillet, nommé endoderme, apparaît en dedans de l'ébauche embryonnaire, évoquant ainsi une sorte de tube digestif primordial.

Par ailleurs, dans toute la série animale, les caractères anatomiques et fonctionnels de l'appareil digestif sont suffisamment constants pour que son identification, lors d'une dissection, ne présente jamais de difficultés. La paroi digestive assez mince, à certains niveaux, pour permettre l'absorption des substances ingérées, présente des glandes productrices d'enzymes qui hydrolysent les constituants alimentaires chimiquement complexes ; des fibres musculaires lisses incluses dans cette paroi assurent le brassage des aliments et des sucs digestifs. Une telle stabilité dans la structure et les fonctions d'un appareil est un fait remarquable.

L'évolution n'a pas manqué cependant d'apporter sur le plan immuable de l'appareil digestif des retouches et des variantes de détail d'une infinie complexité. Qu'il s'agisse des modifications du dispositif buccal (prodigieusement varié déjà chez les Insectes), qu'il s'agisse des modifications de l'équipement enzymatique, qu'il s'agisse de subtilités anatomiques (gésier des oiseaux, panse des ruminants), tout concourt, toujours et partout, à assurer au mieux l'adaptation de l'organisme à son régime alimentaire, comme on le vérifiera aisément en consultant les articles de zoologie.

Au total, l'appareil digestif humain, qui sera pris ci-après en exemple, apparaît comme un type relativement archaïque, simple et peu spécialisé, qui correspond à un régime omnivore assez banal. Mais sa rusticité ne le garantit pas des inconvénients de l'hominisation : c'est le type même des appareils dont la pathologie est très largement d'origine psychosomatique.

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  23 pages…

 

Pour citer cet article

E.U., GILLOT, BERNIER, FRESLON, « DIGESTIF APPAREIL  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-digestif/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« DIGESTIF APPAREIL » est également traité dans :

ABDOMEN

Écrit par :  Claude GILLOT

Dans le chapitre "Le contenu de l'abdomen"  : …  Les viscères intrapéritonéaux occupent la vaste cavité péritonisée. Ils appartiennent à l'appareil digestif. Certains sont libres dans la cavité (rate, intestin grêle) ; d'autres accolés, c'est-à-dire plaqués sur le péritoine pariétal postérieur, et, par son intermédiaire, sur les éléments… Lire la suite
ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

Écrit par :  Jacques LE MAGNENJean-Louis SCHLIENGER

Dans le chapitre "Le rôle du tractus digestif "  : …  Le tractus digestif (bouche, estomac, intestin grêle) adresse des signaux mécaniques et des messages hormonaux aux structures de contrôle de la prise alimentaire. Les informations sensorielles olfactives et gustatives interviennent dans son contrôle quantitatif. Les variations de la pression intragastrique sont des stimuli transmis par le nerf… Lire la suite
AMPHIBIENS ou BATRACIENS

Écrit par :  Pierre CLAIRAMBAULTPhilippe JANVIERJean-Claude RAGE

Dans le chapitre "Tube digestif"  : …  Il présente quelques caractères particuliers. L'œsophage a un épithélium pseudo-stratifié à cellules muqueuses et à cellules ciliées. L'épithélium stomacal est simple. En dehors des cellules épithéliales muqueuses, chaque glande gastrique est uniquement composée, comme chez les Poissons, d'un seul type de cellules séreuses sécrétant à la fois la… Lire la suite
ANNÉLIDES

Écrit par :  Robert MANARANCHE

Dans le chapitre "Appareils et fonctions"  : …  Le tube digestif est pourvu de cæcums latéraux où s'effectue la digestion des aliments. L'extrémité antérieure du canal alimentaire présente les différenciations les plus intéressantes au niveau de la bouche et du pharynx. Chez Hirudo, la bouche s'ouvre au fond de la ventouse antérieure et est armée de trois… Lire la suite
ARACHNIDES

Écrit par :  Christine ROLLARD

Dans le chapitre "Caractères distinctifs des arachnides"  : …  L’abdomen contient le cœur, les organes respiratoires, excréteurs, digestifs, reproducteurs, et différents types de glandes. La respiration est trachéenne chez les acariens, pseudoscorpions, opilions, solifuges et ricinules. Les trachées correspondent à des invaginations plus ou moins complexes du tégument et s’ouvrent à la… Lire la suite
ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

Écrit par :  Christine ROLLARD

Dans le chapitre "Caractères distinctifs des araignées"  : …  Les araignées pratiquent une digestion externe (exo-digestion) de leurs proies avant de les consommer : le venin et les sucs digestifs sécrétés, répandus sur ou dans la proie ont pour rôle de liquéfier les tissus. Certaines araignées ne font ensuite que sucer le liquide interne ; il ne reste alors de l'insecte que le squeletteLire la suite
CÉPHALOCORDÉS

Écrit par :  Yves FRANÇOIS

Dans le chapitre "Appareils digestif et respiratoire"  : …  Le pharynx se prolonge par un intestin plus étroit, à peu près rectiligne, au départ duquel prend naissance, du côté droit, un diverticule qui s'étend vers l'avant, le long du pharynx dans la cavité péribranchiale et que l'on appelle traditionnellement « cæcum hépatique », à cause de ses relations anatomiques qui rappellent celles du… Lire la suite
CHIRURGIE

Écrit par :  Claude d' ALLAINESJean-Édouard CLOTTEAUDidier LAVERGNE

Dans le chapitre "Bilan actuel et perspectives"  : …  La chirurgie digestive semble avoir atteint un palier. Cette chirurgie est surtout destinée à enlever des organes malades. Les difficultés techniques parfois considérables auxquelles se heurtaient ces résections, et éventuellement les opérations plastiques destinées à remplacer l'organe enlevé, sont résolues. Il n'est pas un… Lire la suite
CHOLÉCYSTOKININE-PANCRÉOZYMINE

Écrit par :  Jean-Louis SCHLIENGER

Découverte en deux temps, d'abord pour son action sur la contraction de la vésicule biliaire et rattachée à la cholécystokinine par Ivy et Golberg en 1928, puis pour son action sur la sécrétion enzymatique pancréatique, attribuée à la pancréozymine par Harper en 1943, cette hormone n'a vu reconnaître son unité structurale qu'en 1971 par Mutt. La… Lire la suite
CRUSTACÉS

Écrit par :  Jacques FOREST

Dans le chapitre "Tube digestif et organes excréteurs"  : …  Le tube digestif comprend un court œsophage, un large estomac, un intestin moyen et un intestin postérieur. Dans l'estomac, un système de pièces articulées calcifiées forme un véritable « moulin gastrique », dont le rôle est de broyer les aliments. Au niveau de l'intestin moyen débouche un hépatopancréas, qui sécrète les… Lire la suite
DÉGLUTITION

Écrit par :  Didier LAVERGNE

Réflexe permettant au contenu buccal de passer dans l'œsophage. Les fibres afférentes proviennent des rameaux sensitifs du nerf pneumogastrique et du nerf trijumeau ; elles excitent des centres nerveux bulbaires. Ceux-ci commandent la musculature pharyngée par l'intermédiaire du nerf glossopharyngien et provoquent la fermeture de la glotte grâce à… Lire la suite
DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement humain

Écrit par :  Jacques-Michel ROBERT

Dans le chapitre "Le programme de l'individu"  : …  8. Le tube digestif, les annexes digestives et l'appareil respiratoire. À huit semaines la langue est formée, l'œsophage et l'estomac ont leur place définitive. Le fœtus avale le liquide amniotique que le rein commence à sécréter largement. Les lobes et les bronches… Lire la suite
DYSPHAGIE

Écrit par :  François BOURNÉRIAS

Sensation d'arrêt, douloureuse ou non, lors de la déglutition des aliments. À distinguer surtout de la « boule hystérique » indépendante de l'alimentation. La dysphagie d'origine bucco-pharyngée, volontiers accompagnée de fausses routes, est souvent due à des troubles d'origine neurologique. La dysphagie d'origine… Lire la suite
FIBROSCOPIE

Écrit par :  Thomas LAVERGNE

La fibroscopie est une technique d'exploration interne utilisant les propriétés de propagation des rayons lumineux dans une fibre de verre. Elle permet de visualiser certaines régions de l'organisme — viscères creux notamment — qui sont inaccessibles à l'examen direct… Lire la suite
FOIE

Écrit par :  Jean ANDREJacques CAROLIYves HECHT

sur le trajet du courant sanguin qui provient de l'intestin, de telle sorte qu'il peut contrôler tout l'apport alimentaire. Cependant, dans l'échelle zoologique, le développement du foie coïncide avec la présence du glucose à un taux constant dans le sang circulant. Ce fait illustre la tâche primordiale du foie qui est, chez des êtres vivants ne s… Lire la suite
GASTRINE

Écrit par :  Jean-Louis SCHLIENGER

Hormone digestive la mieux connue, découverte en 1964 par R. A. Gregory, la gastrine est sécrétée par les cellules G. Authentifiées par leurs caractères ultrastructuraux, celles-ci prédominent dans l'antre gastrique, mais sont également présentes dans le duodénum, les premières anses intestinales et le Lire la suite
INSECTES

Écrit par :  René LAFONTJean-Yves TOULLEC

Dans le chapitre "Le tube digestif"  : …  Le tube digestif (fig. 10) est composé de trois régions principales séparées par des sphincters contrôlant les accès : l'intestin antérieur ou stomodeum, l'intestin moyen ou mésentéron et la portion terminale ou proctodeum. Les parties antérieure et postérieure, d'origine ecdodermique, sont tapissées de cuticule. L'intestin moyen, endodermique, est… Lire la suite
INTESTIN, pathologie

Écrit par :  Jean-Jacques BERNIER

On sait que l'intestin humain est un organe de forme tubulaire (2 cm de diamètre, 7 m de longueur), replié à l'intérieur de la cavité abdominale. Il complète et achève la digestion des aliments et il réalise l'absorption des constituants alimentaires qui sont transportés vers l'organisme par le sang des vaisseaux mésentériques (dont le débit est de… Lire la suite
LAXATIFS

Écrit par :  Dominique BIDETJean-Cyr GAIGNAULT

Les substances qui accélèrent la vitesse du transit intestinal sont appelées laxatifs. Pour la plupart, ces produits ne sont pas dangereux lorsqu'ils sont administrés occasionnellement, mais ils peuvent, par contre, le devenir lors d'abus prolongés. Bien que ces médicaments ne représentent pas une thérapeutique majeure, ils… Lire la suite
MAMMIFÈRES

Écrit par :  Pierre CLAIRAMBAULTRobert MANARANCHEPierre-Antoine SAINT-ANDRÉMichel TRANIER

Dans le chapitre "Tube digestif"  : …  Un petit nombre de caractères sont réellement communs à tous les Mammifères. La bouche est presque toujours pourvue de lèvres mobiles ; les Monotrèmes, qui ont un bec, font exception. Les joues sont parfois développées en abajoues (Rongeurs, Primates… Lire la suite
MOLLUSQUES

Écrit par :  André FRANC

Dans le chapitre "Digestion"  : …  Primitivement en arrière de la cavité buccale, l'œsophage conduit à un estomac renflé, mais rétréci vers l'intestin en une portion allongée, dite « cæcum du stylet ». La paroi de la partie renflée de l'estomac porte un fort épaississement cuticulaire local, le « bouclier gastrique », et elle est sculptée de plis et de sillons qui convergent vers un… Lire la suite
MOTILINE

Écrit par :  Jean-Louis SCHLIENGER

La motiline est une hormone que libèrent les cellules EC2 du duodénum et du jéjunum, après alcalinisation de la muqueuse duodénale chez le chien (mais acidification chez l'homme). Favorisant l'activité motrice gastrique et intestinale, cette hormone aurait un rôle régulateur de la vidange gastrique. Elle est susceptible d'intervenir dans la… Lire la suite
NAISSANCE - Prématurité

Écrit par :  Jean-Pierre RELIER

Dans le chapitre "Immaturité digestive"  : …  Dans la mesure où, chez le prématuré bien portant, l'apport de lait maternel ou artificiel contribue à l'accélération de la maturation digestive par rapport à l'évolution qu'elle aurait subie in utero, l'immaturité digestive ne constitue qu'un handicap transitoire… Lire la suite
NÉMATHELMINTHES

Écrit par :  Alain KERMARREC

Dans le chapitre "Anatomie"  : …  f) L'appareil digestif. Tubulaire de la bouche à l'anus, il possède un orifice buccal suivi d'une capsule (stoma) de forme très variable et dont les parois, primitivement divisées en cheilostome, à cheilorhabdions, en pro-, méso-, méta-, et télostome, sont parfois ornées de dents (onchia… Lire la suite
NÉVROPTÉROÏDES

Écrit par :  Robert GAUMONT

Dans le chapitre "Adaptation des pièces buccales à la capture des proies"  : …  obturée en son milieu par une coaptation qui soude l'hypopharynx à l'épipharynx ; le tube digestif ne s'ouvre donc plus que par deux orifices latéraux qui se trouvent en rapport avec les canaux alimentaires des stylets. On retrouve des pièces buccales tout à fait identiques mais plus puissantes chez la larve du fourmilion qui, tapie au fond de son… Lire la suite
NUCLÉAIRE MÉDECINE

Écrit par :  Jean-Louis BARATDominique DUCASSOUNathalie VALLI

Dans le chapitre "Tube digestif"  : …  La sensibilité de détection et la possibilité d'observation sur de longues durées confèrent à la scintigraphie des avantages certains dans l'étude des anomalies de la motricité œsophagienne et gastrique. Le traceur est administré par voie orale sous forme de sulfocolloïdes marqués au technétium 99m. Une prise de vues… Lire la suite
NUTRITION ARTIFICIELLE

Écrit par :  Claude MATUCHANSKY

Dans le chapitre "Nutrition artificielle par voie digestive : nutrition entérale"  : …  une sonde chirurgicale de jéjunostomie) est nécessaire lorsque la partie haute du tube digestif n'est pas perméable. Une nutrition entérale efficace et bien tolérée implique deux principes techniques fondamentaux : la lenteur (de 1 à 3 ml/min) et le caractère continu (de 12 h à 24 h par jour) de l'instillation alimentaire. L'usage d'une pompe… Lire la suite
OISEAUX

Écrit par :  Eric BUFFETAUTMichel CUISIN

Dans le chapitre "Appareil digestif et aliments"  : …  L'appareil digestif comprend : la cavité buccale avec la langue et les glandes salivaires, l'œsophage, l'estomac, l'intestin et les glandes annexes. La langue a une forme variable selon les groupes et le régime alimentaire. Ainsi, les oiseaux qui mangent du nectar et de petits insectes collectés dans les corolles des fleurs… Lire la suite
PANCRÉAS

Écrit par :  Jacques MIROUZEÉric RENARDAndré RIBET

Claude Bernard insistait dès 1856 sur le rôle essentiel du suc pancréatique dans la digestion de toutes les catégories chimiques d'aliments : lipides, protides et hydrates de carbone. Mais la fonction, d'une importance vitale, par laquelle le pancréas endocrine maintient constant le taux du glucose sanguin (glycémie) ne fut… Lire la suite
PEPTIDE P ou POLYPEPTIDE PANCRÉATIQUE (PP)

Écrit par :  Jean-Louis SCHLIENGER

Le peptide P (PP), ou polypeptide pancréatique, est sécrété de l'estomac au colon par les cellules EC1, mais il est avant tout d'origine pancréatique. Sa concentration augmente rapidement après un repas d'épreuve, mais son rôle physiologique n'est pas élucidé. Il semble participer aux signaux transmis de l'intestin vers le… Lire la suite
PÉRISTALTISME

Écrit par :  Geneviève DI COSTANZO

Activité motrice de l'intestin qui assure la progression du chyme le long du grêle, du pylore à la valvule iléo-cæcale, et qui contribue au cheminement des matières dans le gros intestin. L'onde péristaltique est un phénomène complexe qui coordonne et propage l'activité contractile des deux couches musculaires de l'intestin : l'une, externe, est… Lire la suite
PHARYNX

Écrit par :  Marcel AUBRY E.U.Bernard MEYER

digestif (appareil). Pour simplifier, on a l'habitude de dire qu'il correspond au carrefour aérodigestif où se croisent les trajets du flux respiratoire (des fosses nasales à la trachée) et du bol alimentaire (qui doit s'engager dans l'œsophage à la suite de la déglutition). En réalité, l'anatomie de la région pharyngée est… Lire la suite
RONGEURS ET LAGOMORPHES

Écrit par :  Robert MANARANCHEPierre-Antoine SAINT-ANDRÉ

Dans le chapitre "Caractères généraux"  : …  Le tube digestif comporte un estomac non compartimenté, et un cæcum, souvent très volumineux. La physiologie de la digestion est caractérisée par la cæcotrophie : les aliments parcourent deux fois consécutivement la totalité du tube digestif, et l'animal reprend, à leur sortie de l'anus, des pelotes ou cæcotrophes, qu'il… Lire la suite
RUMINANTS

Écrit par :  Robert MANARANCHE

Dans le chapitre "Caractères généraux"  : …  L'appareil digestif détient le caractère le plus singulier des Ruminants. L'estomac est divisé en quatre compartiments : la panse (rumen), le bonnet (reticulum), le feuillet (psalterium, omasum), la caillette (… Lire la suite
SÉROTONINE

Écrit par :  Michel HAMON

Dans le chapitre "Distribution"  : …  Le tractus gastro-intestinal des Mammifères est l'ensemble organique le plus riche en sérotonine, d'où le terme d'entéramine. Elle est localisée dans les cellules entérochromaffines, qui sont pourvues de l'équipement enzymatique nécessaire à sa synthèse à partir du tryptophane. Mais on la trouve encore dans le foie, les… Lire la suite
WHIPPLE MALADIE DE

Écrit par :  Thomas LAVERGNE

Cette maladie, découverte en 1907 aux États-Unis, se caractérise par l'association de plusieurs symptômes : polyarthrite subaiguë récidivante ; syndrome de malabsorption, avec diarrhée entraînant l'altération de l'état général et amaigrissement ; polyadénopathies, accompagnées parfois de signes cutanés, respiratoires, cardiaques, et toujours d'un… Lire la suite
ZOLLINGER-ELLISON SYNDROME DE

Écrit par :  Thomas LAVERGNE

Le syndrome de Zollinger-Ellison est une affection endocrinienne caractérisée par une hyperproduction de gastrine du fait d'une tumeur (plus souvent maligne que bénigne) ou d'une hyperplasie endocrine siégeant le plus souvent au niveau du pancréas. Elle se trouve parfois intégrée dans le cadre d'une… Lire la suite

Afficher la liste complète (37 références)

  

Voir aussi

ABSORPTION INTESTINALE    ALIMENTS    AMIDON    AMYLASE SALIVAIRE ou PTYALINE    ANTIHISTAMINIQUES    ANUS    APPENDICE    BIFIDOBACTÉRIES    BILE    SELS BILIAIRES    BOUCHE    CÆCUM    CAROTÈNE    CHOLÉCYSTOKININE    CHYLOMICRONS    CHYME    CÔLON médecine    CONSTIPATION    CONTRACTION MUSCULAIRE    DIARRHÉE    DIÉTÉTIQUE    DIGESTION    DUODÉNUM    ENZYMES DIGESTIVES    ÉPIGLOTTE    FIBRES ALIMENTAIRES    FLORE MICROBIENNE    ACIDE FOLIQUE    GLANDES    GLUCOSE    GRAISSES    HYDROLYSE    OS HYOÏDE    ILÉON    INTESTIN    JÉJUNUM    LANGUE anatomie    LIPASES    MARQUAGE ISOTOPIQUE    MASTICATION    MÉSENTÈRE    MICROVILLOSITÉS    MUCUS    NERF PNEUMOGASTRIQUE ou NERF VAGUE    ŒSOPHAGE    PANCRÉOZYMINE    PAPILLE    PAROTIDE    PEPSINE    PEPTIDES    PHYSIOLOGIE    POTASSIUM biologie    PROTÉINES ALIMENTAIRES    PURGATIFS    PYLORE    RECTUM    GLANDES SALIVAIRES    SALIVE    SÉCRÉTINE    SODIUM biologie    SPHINCTER    SUC DIGESTIF    SUC GASTRIQUE    TRANSIT INTESTINAL    TRANSPORTS MEMBRANAIRES    TRYPSINE    TUBE DIGESTIF    ULCÈRE DIGESTIF    ULCÈRE GASTRO-DUODÉNAL    VAISSEAUX SANGUINS    AMPOULE DE VATER    VIDANGE GASTRIQUE    VILLOSITÉS INTESTINALES    VITAMINE A    VITAMINE B1 ou THIAMINE    VITAMINE B12 ou CYANOCOBALAMINE    VOILE DU PALAIS

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.