BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire
 

Sciences et philosophie

Affiner votre recherche dans « Sciences et philosophie » en sélectionnant un article.

Articles

ANALOGIE

Écrit par :  Pierre DELATTRE, Alain de LIBERA, Universalis

Dans le chapitre Analogie et connaissance scientifiqueDans son acception ancienne, venue des mathématiques, l'analogie était une identité de proportions, de rapports. Si a/c/d, on peut dire que est à ce que est à d. Ainsi, deux objets dont certaines dimensions homologues sont dans le même rapport peuvent être dits, en v ...  Lire la suite

CONCEPT

Écrit par :  Jean LADRIÈRE

Dans le chapitre Le concept dans les mathématiques, la physique et le langage scientifiqueLes mathématiques posent un problème spécial. Les entités dont elles traitent ont un caractère idéal et, à ce titre, paraissent appartenir au même domaine que les concepts. Il faut cependant distinguer complètement les objets mathématiques (tels que les nombres, les fonctions, les espaces, etc.) des concepts au moyen desquels nous les caractérison ...  Lire la suite

CONTINGENCE

Écrit par :  Bertrand SAINT-SERNIN

Dans le chapitre La contingence dans la pensée scientifiqueL'idée de contingence prend-elle rang au milieu des concepts scientifiques ? À coup sûr, elle appartient, depuis l'Antiquité, à la, où elle qualifie le contraire du nécessaire. Joue-t-elle aussi un rôle dans les sciences de la nature et dans les sciences sociales ? IEn logique, contingent s'oppose à nécessaire. Est nécessaire une proposition dont ...  Lire la suite

CONTINU & DISCRET

Écrit par :  Jean-Michel SALANSKIS

Dans le chapitre Jeu scientifique sur le continu et le discretConformément aux valeurs affectées par Kant au continu et au discret, la physique, science mathématique de la nature, se sert du continu et du discret pour modéliser le monde et comprendre la tension entre celui-ci et le discours qu'elle tient. L'interférence entre ce que dit la physique et le sens philosophique du continu, du discret et de leur o ...  Lire la suite

COPENHAGUE ÉCOLE DE

Écrit par :  Bernard d' ESPAGNAT

On regroupe sous ce nom les physiciens théoriciens qui, entre 1920 et 1930, après avoir élaboré la mécanique quantique, mirent en évidence ses aspects les plus révolutionnaires par rapport aux concepts en vigueur jusqu'alors et furent les instigateurs d'un très profond débat épistémologique qui se poursuit encore actuellement. La description stati ...  Lire la suite
DESCRIPTION ET EXPLICATION

Écrit par :  Jean LARGEAULT

Certaines disciplines sont descriptives : astronomie, anatomie, zoologie. Une description peut être plus qu'une simple collection non ordonnée de faits ou de données, l'exemple des taxinomies le montre. La géographie comporte une partie descriptive ; les cartes sont de pures descriptions. Une partie de la science économique est consacrée à décrire ...  Lire la suite
DÉTERMINISME

Écrit par :  Étienne BALIBAR, Pierre MACHEREY

C'est le xixe siècle, dans la mesure où il a fait de la mécanique l'archétype des sciences expérimentales, sources de toute action technique efficace, qui a pratiquement identifié « science » et « déterminisme ». Lorsque, dans un contexte idéologique bien différent, celui des années 1920-1940, les premières découvertes de la ph ...  Lire la suite
ÉPISTÉMOLOGIE

Écrit par :  Gilles Gaston GRANGER

Si l'on traduit par notre mot « science » le mot grec ἐπιστήμη, l'épistémologie est, étymologiquement, la théorie de la science. Bien que la forme anglaise du vocable ait existé avant que le français ne l'assimile, c'est pourtant avec le sens différent et plus large de « théorie de la connaissance » qu'il est généralement utilisé par les Anglo-S ...  Lire la suite
ERREUR

Écrit par :  Bertrand SAINT-SERNIN

La définition classique de la vérité et de l'erreur est celle d'Aristote : « Dire de ce qui est qu'il est, ou de ce qui n'est pas qu'il n'est pas, c'est dire vrai ; dire de ce qui n'est pas qu'il est ou de ce qui est qu'il n'est pas, c'est dire faux. » Cet énoncé, parfois jugé trop métaphysique, a retrouvé, dans les années 1930, grâce aux travaux ...  Lire la suite
EXPÉRIENCE ET EXPÉRIMENTATION, sciences

Écrit par :  Jean-Paul THOMAS

La naissance de la science moderne, au xviie siècle, est couramment rapportée à l'élaboration d'une méthode, dite expérimentale, qui se traduirait par une prise en compte de l'expérience, par l'observation des phénomènes et le recours à l'expérimentation. La signification de ces trois termes, en particulier celui d'expérience, ...  Lire la suite
FINALITÉ

Écrit par :  Raymond RUYER

Dans le chapitre La finalité dans le monde physiqueSi l'on s'est donné tant de peine pour nier l'évidence de la finalité psychobiologique, c'est que, jusqu'aux dernières décennies, la physique paraissait reléguer la finalité dans l'archéologie de l'esprit. Il n'en est plus de même depuis l'avènement de la microphysique. Elle a d'abord fait prendre conscience (aux savants sinon aux philosophes) que ...  Lire la suite

FORME

Écrit par :  Jean PETITOT

Dans le chapitre Éléments de phénophysiqueNous voyons donc que, quelles que soient l'époque et la perspective (métaphysique, psychologique, phénoménologique, objectiviste), la pensée du concept de forme a toujours été fondamentalement limitée par un obstacle épistémologique majeur : l'impossibilité de penser physiquement la phénoménalisation de la matière comme un processus naturel. Le ni ...  Lire la suite

HASARD

Écrit par :  Bertrand SAINT-SERNIN

Dans le chapitre Le hasard et l'explication dans les sciencesOn associe généralement explication et prévision. Il semble donc à première vue étrange de relier l'explication scientifique au hasard. Et pourtant le hasard est quelquefois invoqué, non seulement comme aléa extérieur, mais comme principe d'explication. C'est en ce sens que certains biologistes expliquent les mutations par le hasard, lui imputant ...  Lire la suite

HASARD & NÉCESSITÉ

Écrit par :  Ilya PRIGOGINE, Isabelle STENGERS, Universalis

« Avec la généralisation de la thermodynamique, on arrive à comprendre que la vie est la règle dans certaines conditions et que le dualisme de la nécessité et du hasard est dépassé. » (Ilya Prigogine) La vie est caractérisée par l'ordre : le métabolisme des cellules nécessite la coordination de milliers de réactions chimiques, c'est l' ...  Lire la suite
HEURISTIQUE

Écrit par :  Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI

Ce terme de méthodologie scientifique qualifie tous les outils intellectuels, tous les procédés et plus généralement toutes les démarches favorisant la découverte – c'est la racine grecque du mot – ou l'invention dans les sciences. On a pu également désigner par là, d'une manière plus globale, l'une des deux dimensions épistémologiques fondamental ...  Lire la suite
HYPOTHÈSE (sciences)

Écrit par :  Jean-Paul THOMAS

Dans son Introduction à l'étude de la médecine expérimentale (1865), Claude Bernard expose le rôle des hypothèses au sein du raisonnement expérimental, et c'est à cette occasion qu'il en propose la définition. L'expérience est une observation provoquée dans un but de contrôle. Instituer une expérience consiste à modifier le déroulement d' ...  Lire la suite
IDÉALISME

Écrit par :  Jean LARGEAULT

Dans le chapitre L'idéalisme et la philosophie de la physiqueOn rencontre fréquemment deux opinions : que le réalisme est naturel aux sciences ; que la philosophie est nécessairement idéaliste. La première de ces affirmations a pu être vraie pour certaines théories. a soutenu qu'elle est vraie et que les thèses positivistes-idéalistes vont à contre-fil de la pratique des savants. Par exemple, Comte interdit ...  Lire la suite

Dans le chapitre Les mathématiques et l'idéalismeLa réalité mathématique se présente sous trois aspects : entités, conceptions abstraites, symboles. Privilégier l'un de ces aspects à l'exclusion des autres donne à chaque fois une philosophie des mathématiques : platonisme ou réalisme, constructivisme, formalisme. L'attitude constructiviste, représentée par les intuitionnistes qui se rangent du c ...  Lire la suite

Dans le chapitre La logique et l'idéalismeIl est probable que l'idéalisme se sépare du réalisme en accordant au la primauté sur le concept. Ce sont les concepts qui ont d'abord la charge de l'import ontologique. Admettre que le jugement définit des concepts, ou que les concepts dérivent des jugements, équivaut à définir les concepts au moyen des relations ; alors ils dépendent directement ...  Lire la suite

INDUCTION, philosophie

Écrit par :  Bertrand SAINT-SERNIN

Dans le chapitre L'induction dans les sciencesL'exemple précédent a montré que le problème de la confirmation d'une loi par des expériences se posait d'une façon sensiblement différente, suivant que les concepts examinés étaient considérés indépendamment ou dans le cadre d'une théorie scientifique. Il convient donc de considérer le cas où l'hypothèse qu'il s'agit de confirmer ou d'infirmer es ...  Lire la suite

INTUITION

Écrit par :  Noël MOULOUD

Dans le chapitre La question de l'intuition dans la doctrine de la scienceSi l'on consulte les doctrines techniques qui sont des réflexions sur la méthodologie des, on retrouvera la plupart des aspects de l'intuition dont on a fait état précédemment au cours de l'analyse philosophique. Cela en raison de la complexité même du savoir scientifique, et des échanges de vocabulaire qui ont eu lieu entre méthodologie et philo ...  Lire la suite

Dans le chapitre L'intuition et le sens dans les perspectives actuelles de l'épistémologieAinsi l'idée de l'intuition apparaît comme une idée limite en ce qui concerne l'épistémologie. Lorsqu'on pose une intuition pure de l'objet, on se place en deçà ou au-delà des domaines que la connaissance peut expliciter. En deçà, lorsqu'on se reporte à la présence perceptive qui, comme l'a marqué Maurice Merleau-Ponty, nous fournirait une premièr ...  Lire la suite

LOI, épistémologie

Écrit par :  Pierre JACOB

Le nom français « loi » tire son étymologie du mot latin lex. L'adjectif français « nomologique », qui désigne la propriété d'être une loi, tire son étymologie du mot grec nomos (qui signifie loi). À quel genre d'entité attribue-t-on cette propriété ? De nos jours, le mot « loi » sert à désigner certaines régularités dans les phé ...  Lire la suite
MACHINE

Écrit par :  Sophie JANKÉLÉVITCH

La machine est une réalité technique qui joue un rôle dans la production, mais c'est aussi une réalité humaine et sociale qui a des effets profonds sur la vie matérielle des hommes, sur l'organisation du travail et les rapports sociaux. Ce dernier aspect alimente depuis Aristote la réflexion des philosophes dont l'attitude vis-à-vis de la machine ...  Lire la suite
MATHÉMATIQUE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA

Écrit par :  Jean-Michel SALANSKIS

Certes, l'épistémologie se distingue de toutes les réflexions d'ordre éthique ou politique qui interrogent la science et entendent contribuer à la réponse individuelle et collective à la question pratique « Que faire de la science ? ». Elle ne prétend pas travailler à la constitution d'une « conscience » de la science. Mais, en mathématique comme ...  Lire la suite
MATIÈRE

Écrit par :  Jacques GUILLERME, Hélène VÉRIN

Pour l'action comme pour la connaissance, la « matière » est toujours première. Première dans ses mixtes et ses confusions, lorsqu'elle résiste aux projets de façonnage ; première dans sa présence originelle, dès qu'apparut le projet d'une construction intelligible du monde. Mais, avant même que soient déclarées ces deux ambitions de conquête, la ...  Lire la suite
MÉTASTABILITÉ

Écrit par :  Alain DELAUNAY

« Ce qui se manifeste, c'est aussi, en premier et le plus souvent, l'apparente stabilité des choses visibles, leur extraordinaire entêtement à demeurer en leur état » (J. T. Desanti, Natura Rerum : ordre ou désordre ?). La stabilité désigne la condition de possibilité de la réalité phénoménale. Mais signifie-t-elle pour autant la ...  Lire la suite
MÉTHODE

Écrit par :  Jean LARGEAULT

Le mot « méthode », d'origine grecque, signifie chemin : celui, tracé à l'avance, qui conduit à un résultat. La méthode ou bien se rapporte à la meilleure façon de conduire un raisonnement, ou bien est un programme de recherche (Aristote : Essayer d'expliquer les causes, celles des propriétés communes autant que celles des propriétés particuli ...  Lire la suite
MÉTHODE SCIENTIFIQUE

Écrit par :  Jean-Paul THOMAS

Il n'est pas rare de caractériser la méthode scientifique par le recours à l'expérience ou à l'expérimentation, et de situer celle-ci à titre de troisième moment d'un processus inauguré par l'observation et suivi de la formulation d'une hypothèse, qui serait ainsi vérifiée ou infirmée. Ce modèle, emprunté à Claude Bernard, est devenu très commun. ...  Lire la suite
MODÈLE

Écrit par :  Raymond BOUDON, Hubert DAMISCH, Jean GOGUEL, Sylvanie GUINAND, Bernard JAULIN, Noël MOULOUD, Jean-François RICHARD, Bernard VICTORRI

Le langage de la philosophie aiderait peu à éclairer l'origine de la notion de modèle, qui a reçu un emploi très large dans la méthodologie des sciences. Cette origine est technologique : le modèle est d'abord la « maquette », l'objet réduit et maniable qui reproduit en lui, sous une forme simplifiée, « miniaturisée », les propriétés d'un objet de ...  Lire la suite
MONDE

Écrit par :  Jean LADRIÈRE

Dans le chapitre La conceptualisation scientifiqueLa science moderne de la nature, de son côté, a élaboré un appareil conceptuel qui lui a permis de s'attaquer au problème de la structure globale de la . C'est, comme on le sait, dans le cadre de la théorie de la relativité que ce développement s'est effectué. Le but d', en passant de la relativité restreinte à la relativité générale, était de se ...  Lire la suite

OBJET

Écrit par :  Gilles Gaston GRANGER

Dans le chapitre Les objets mathématiquesLes objets mathématiques ont bien évidemment des propriétés, un contenu, qui les différencie non en tant qu'individus réalisés hic et nunc, mais en tant que concepts déterminés, car ils ne sont pas saisissables comme tels dans une expérience sensible. Les philosophes ont pris à leur égard des positions très variées, qu'on peut cependant répartir e ...  Lire la suite

Dans le chapitre Les objets des sciences de la natureC'est dans les sciences de la nature que la notion d'objet se présente de la façon la plus spontanée, parce qu'il semble tout d'abord que les objets de la physique, de la chimie, de la biologie, etc., ne sont que le prolongement convenablement schématisé des objets primitifs de notre . Une telle homogénéité de la perception et de la science est en ...  Lire la suite

ŒUVRES COMPLÈTES (R. Thom)

Écrit par :  David AUBIN

Le mathématicien et philosophe René Thom est mort en octobre 2002. Jusqu'à présent, il était ardu d'avoir une vision d'ensemble de son œuvre, complexe et controversée, qui touche à divers domaines du savoir. D'autant que cet auteur prolixe paraissait se désintéresser de ses textes une fois qu'il les avait écrits. C'est dire le remarquable travail ...  Lire la suite
ONTOLOGIE

Écrit par :  Paul RICŒUR

Dans le chapitre Science et ontologieOn a pris jusqu'ici le mot « ontologie » comme synonyme de métaphysique. C'est encore par cette identification que l'ontologie tombe sous la critique kantienne. Mais la philosophie kantienne est en même temps la démonstration vivante que la question de l'être renaît des cendres mêmes de la métaphysique : la « chose en soi » reste le fondement du « ...  Lire la suite

PARADOXE

Écrit par :  Yannis DELMAS-RIGOUTSOS

Paradoxe signifie, fondamentalement, « contre » (en grec, para) « l'opinion commune » (doxa). Pourtant, la part de vérité des paradoxes est suffisante pour que l'on ne puisse pas facilement les délaisser. Le paradoxe suscite la curiosité. Le mot paradoxe admet trois acceptions principales, selon la force qu'on veut bien lui donne ...  Lire la suite
PHÉNOMÈNE (sciences)

Écrit par :  Bernard PIRE

Selon l'étymologie grecque (phainomenon, « ce qui apparaît »), un phénomène est un événement qui se produit à un certain moment par opposition à ce qui est immuable. Pour les physiciens ioniens (vie siècle av. J.-C.), la science des phénomènes consiste à établir des relations intelligibles, et souvent mathématiques, qu ...  Lire la suite
PHÉNOMÉNOLOGIE, mathématique

Écrit par :  Jean-Michel SALANSKIS

La phénoménologie, courant majeur de la philosophie au xxe siècle, a donné lieu à un regard sur les mathématiques, non seulement parce que, philosophie absolument générale, elle ne jugeait rien comme étranger à sa compétence, mais aussi parce que le fondateur du courant, Edmund Husserl (1859-1938), fut d'abord mathématicien et ...  Lire la suite
PHYSIQUE - Les fondements et les méthodes

Écrit par :  Roland OMNÈS

Dans le chapitre Physique et réalitéLe degré de raffinement auquel la physique est déjà parvenue, tout autant que l'étendue considérable des connaissances qu'elle recouvre, pose de manière aiguë le problème de la réalité, ou, si l'on préfère, celui de la signification même de ces connaissances. Comment se fait-il que l'on n'ait jamais buté contre une contradiction sans la résoudre, ...  Lire la suite

PRATIQUE ET PRAXIS

Écrit par :  Éric WEIL

Dans le chapitre Théorie et pratique dans la science moderne : la technique rationnelleLe concept de théorie change de signification avec l'apparition de la nouvelle science. L'intention platonico-aristotélicienne demeure, mais seulement en ce qu'elle a de plus profond, la volonté de déceler le permanent dans le changeant, de réduire le flux des sensations et des observations immédiates à quelque chose d'immuable qui le sous-tend et ...  Lire la suite

PREUVE, épistémologie

Écrit par :  Fernando GIL

Une proposition est dite prouvée si, ayant été établie par une méthode reconnue, elle fait l'objet d'une croyance. Cette formulation permet de distinguer quatre versants dans la théorie de la preuve : 1o un élément sémantico-formel, la proposition qu'il s'agit de prouver ; 2o un dispositif objectif de mise à l'épreuve de la p ...  Lire la suite
PREUVE, sciences

Écrit par :  Jean-Paul THOMAS

On prouve pour établir la vérité. La preuve est ce qui convainc la personne à laquelle elle s'adresse dès lors que celle-ci la comprend. Elle a son origine dans le droit, s'illustre en philosophie et en théologie, s'affirme dans la pensée scientifique. Quiconque est amené à donner des gages de son dire, et n'est plus cru sur parole, est porté à pr ...  Lire la suite
PROGRÈS TECHNIQUE

Écrit par :  Clive LAMMING

De la notion même de progrès, celle de progrès technique semble pouvoir fournir l'illustration la plus marquante : n'est-ce pas plus de techniques encore, plus de vitesse pour les moyens de transport ou plus de sécurité depuis peu, plus de performances pour les ordinateurs ou moins de poids et de volume, plus de confort et de bien-être ? Une telle ...  Lire la suite
RÉALITÉ CONCEPT DE

Écrit par :  Jean HAMBURGER

Dans le livre VII de la République, Platon emprunte aux Orphiques sa fameuse allégorie de la caverne, qui représente pour lui l'image de l'illusion possible des hommes sur la réalité. Des prisonniers sont enchaînés en un lieu où, du monde, ils ne voient que les ombres projetées par un feu allumé derrière eux : « Voilà, dit-il, un ...  Lire la suite
RÉALITÉ PHYSIQUE

Écrit par :  Bernard d' ESPAGNAT

Durant le xxe siècle, les principes fondamentaux de la physique ont perdu les couleurs de fausse évidence qui étaient les leurs au début de l'ère scientifique. C'est là la contrepartie de l'ordre qu'ils confèrent maintenant à des secteurs très étendus du système des connaissances. Une analyse très sommaire permet déjà de distin ...  Lire la suite
RÉDUCTIONNISME, sciences

Écrit par :  Jean-Paul THOMAS

L'usage courant du mot « réductionnisme » est péjoratif. Il désigne des approches scientifiques réductrices, voire simplistes. Accusation assurément trop rapide, pour autant que la recherche de principes généraux et de théories fondamentales, qui anime le réductionnisme, s'inscrit dans la dynamique scientifique, celle du renoncement au chatoiement ...  Lire la suite
RÉGULATION, épistémologie

Écrit par :  Georges CANGUILHEM

Le concept de régulation, dans son acception la plus large, renferme au minimum trois idées : celle de relation d'interaction entre éléments instables, celle de critère ou de repère, celle de comparateur. La régulation, c'est l'ajustement, conformément à quelque règle ou norme, d'une pluralité de mouvements ou d'actes et de leurs effets ou produit ...  Lire la suite
SCIENCES - Science et philosophie

Écrit par :  Alain BOUTOT

La science et la philosophie furent longtemps inséparables. Dans l'Antiquité, la philosophie représentait la science suprême, celle « des premiers principes et des premières causes ». Les autres sciences, et notamment la physique, recevaient d'elle leurs fondements. Cette alliance s'est trouvée brisée au xviie siècle, avec l'ap ...  Lire la suite
SCIENCES - Sciences et discours rationnel

Écrit par :  Jean LADRIÈRE

En première approximation, on pourrait dire que la science est un mode de connaissance critique. Le qualificatif « critique » doit être entendu ici en un double sens : il indique, d'une part, que la science exerce un contrôle vigilant sur ses propres démarches et met en œuvre des critères précis de validation, d'autre part, qu'elle élabore des mét ...  Lire la suite
SYSTÈME, épistémologie

Écrit par :  Jean LADRIÈRE

La notion de système apparaît dans deux catégories de contextes, fort différentes : d'une part, lorsqu'il est question de propositions (dans lesquelles sont exprimées des relations formelles ou des conceptions relatives à la réalité), d'autre part, dans des contextes où interviennent des entités d'une certaine espèce (par exemple, des corps matéri ...  Lire la suite
TECHNIQUE

Écrit par :  Cornélius CASTORIADIS

Dans le chapitre Le sens de la techniqueTechnique, du grec technè, remonte à un verbe très ancien teuchô (uniquement mais innombrablement attesté par les poètes, radical t(e)uch-, indo-européen * th(e)uch-), dont le sens central chez est « fabriquer », « produire », « construire » ; teuchos, « outil », « in ...  Lire la suite

THÉORIE, sciences

Écrit par :  Jean-Paul THOMAS

Chacun, ne serait-ce que par ouï-dire, connaît des théories scientifiques : théorie de la gravitation de Newton, théorie de la descendance avec modifications par la sélection naturelle de Darwin, théorie de la relativité restreinte d'Einstein, théorie quantique de Planck, théorie de l'information de Shannon, etc. Ces informations autorisent une pr ...  Lire la suite
VÉRIFICATION & PRINCIPE DE VÉRIFIABILITÉ, épistémologie

Écrit par :  Françoise ARMENGAUD

Principe qui est fondamental pour les positivistes logiques (ou néo-positivistes) et selon lequel seules les propositions soit analytiques soit empiriquement vérifiables ont un sens pour la connaissance. Il ne s'applique pas aux domaines affectifs, esthétiques, moraux, qui relèvent d'impératifs, ou d'exclamations, et porte sur le domaine de la con ...  Lire la suite
VIE

Écrit par :  Georges CANGUILHEM

« Qui sait si la première notion de biologie que l'homme a pu se former n'est point celle-ci : il est possible de donner la mort. » Cette réflexion de Valéry dans son Discours aux chirurgiens (1938) va plus loin que sa destination première. Peut-être n'est-il pas possible, encore aujourd'hui, de dépasser cette première notion : est vivant ...  Lire la suite
VIENNE CERCLE DE

Écrit par :  Gilles Gaston GRANGER

On appelle « cercle de Vienne » (Wiener Kreis) un groupement de savants et de philosophes formé à Vienne à partir de 1923 autour de Schlick, en vue de développer une nouvelle philosophie de la science dans un esprit de rigueur, et en excluant toute considération métaphysique. Les thèmes directeurs initiaux du groupe furent élaborés en collaboratio ...  Lire la suite

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média