MUGABE ROBERT (1924-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique zimbabwéen, Premier ministre de 1980 à 1987, puis président de la République de 1987 à 2017.

Fils d'un charpentier de village, Robert Gabriel Mugabe, né le 21 février 1924 à Kutama (alors en Rhodésie du Sud), suit une formation d'enseignant à l'école de la mission catholique. Il est initié aux idées nationalistes au collège universitaire de Fort Hare, en Afrique du Sud. Il enseigne ensuite au Ghana de 1956 à 1960.

Robert Mugabe rentre en 1960 en Rhodésie où il participe trois ans plus tard à la formation de la Zimbabwe African National Union (ZANU) du révérend Ndabaningi Sithole, dissidence de la Zimbabwe African People's Union (ZAPU) de Joshua Nkomo. En 1964, il est arrêté pour propos subversifs et passe dix ans en prison où il suit des cours de droit par correspondance.

Robert Mugabe est libéré en 1975. Au cours de la guerre civile qui oppose de 1975 à 1979 le pouvoir blanc du Premier ministre Ian Smith à la population majoritairement noire de Rhodésie, il dirige avec Joshua Nkomo le Front patriotique du Zimbabwe. Cette guérilla possède des bases arrière dans les pays voisins : Zambie, Mozambique et Angola. Les négociations menées à Londres aboutissent en 1979 aux accords de Lancaster House qui mettent fin à la guerre et prévoient l'organisation d'élections législatives sous contrôle britannique en février 1980. Après la victoire écrasante de la ZANU, Robert Mugabe devient Premier ministre en avril.

Accord de Londres sur la question rhodésienne (décembre 1979)

Photographie : Accord de Londres sur la question rhodésienne (décembre 1979)

Donnant à la Rhodésie (futur Zimbabwe en 1980) une solution qui met fin à quatorze ans de rébellion contre la couronne britannique, un accord de paix est signé à Londres, le 21 décembre 1979, en présence des parties concernées. De gauche à droite: l'évêque Abel Muzorewa, ancien chef... 

Crédits : Evening Standard/ Getty Images

Afficher

Dans un premier temps, il adopte une attitude pragmatique destinée à rassurer les fermiers et les hommes d'affaires blancs dont les compétences sont indispensables à la bonne marche de l'économie zimbabwéenne. Il constitue un gouvernement de coalition regroupant la ZANU, qui représente la majorité shona, et la ZAPU de Joshua Nkomo, qui représente la minorité ndébélé, et garantit aux Blancs une représentation parlementaire substantielle en application de la Constitution. Parallèlement, Robert Mugabe prend des mesures destinées à améliorer les conditions de vie des Zimbabwéens noirs, augmentant les salaires, développant les services sociaux et les aides alimentaires. En 1982, il exclut Joshua Nkomo du gouvernement, provoquant le déclenchement de violences entre Shona et Ndébélé. Tandis que la situation économique est toujours aussi mauvaise, l'émigration des Blancs se poursuit à un rythme soutenu.

Robert Mugabe poursuit son projet de transformer le régime de démocratie parlementaire en un État socialiste à parti unique. Sa formation, appelée maintenant Zimbabwe African National Union-Patriotic Front (ZANU-PF), tient congrès en août 1984, fait de lui son leader incontesté et se dote de structures comprenant un comité central et un bureau politique, en vue de diriger le parti comme l'État. En 1987, les formations de Robert Mugabe et de Joshua Nkomo fusionnent en une seule, la ZANU-PF, dont Robert Mugabe prend le contrôle. Il devient président du Zimbabwe le 31 décembre 1987 et instaure un régime de parti unique ; il est réélu en 1990, à l'issue d'un scrutin pluraliste marqué par des violences et des pressions.

À la fin des années 1990, Robert Mugabe doit faire face à une agitation croissante. La situation économique chancelante et la décision d'envoyer des troupes en République démocratique du Congo pour aider le président Laurent Kabila contre la rébellion provoquent des grèves. Robert Mugabe, seul candidat en lice, est réélu en 1996. En novembre 1998, l'annonce de l'augmentation des salaires des membres du gouvernement entraîne des émeutes. À l'intérieur même de la ZANU-PF, des factions prônent l'instauration d'un régime réellement pluraliste. En 2000, un parti d'opposition, le Mouvement pour le changement démocratique, dirigé par Morgan Tsvangirai, se constitue. La même année, le pouvoir lance une campagne en vue d'exproprier les fermiers blancs sans dédommagement, afin de redistribuer leurs terres aux anciens combattants. En 2002, Robert Mugabe est réélu devant Morgan Tsvangirai, qui conteste les résultats du scrutin.

La communauté internationale adopte alors des sanctions – qu’elle reconduira par la suite – à l’encontre d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Classification

Autres références

«  MUGABE ROBERT (1924-2019)  » est également traité dans :

AFRIQUE AUSTRALE

  • Écrit par 
  • Jeanne VIVET
  •  • 6 091 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Ségrégation raciale et inégalités socio-spatiales »  : […] Durant le xx e  siècle, les Européens mettent en œuvre des mesures ségrégationnistes dans plusieurs pays. La ségrégation urbaine, mécanisme d’exclusion socio-spatiale, n’est pas spécifique à l’Afrique australe, mais la mise en place d’une ségrégation à l’échelle régionale est propre à l’apartheid tel qu’il est conçu en en Afrique du Sud (1948-1994), en Namibie et au Zimbabwe. Ainsi, les populati […] Lire la suite

NKOMO JOSHUA MQABUKONYONGOLO (1917-1999)

  • Écrit par 
  • Patrick QUANTIN
  •  • 604 mots

Joshua Nkomo a été le premier leader nationaliste de la Rhodésie coloniale. Enterré avec les honneurs d'un « père de la nation », il était pourtant politiquement marginalisé depuis de nombreuses années. Depuis le début des années 1960, Nkomo n'avait cessé d'affronter Robert Mugabe ; cependant, l'âge et la maladie venus, il s'était laissé enfermer dans un poste honorifique. Il est né le 7 juin 1917 […] Lire la suite

SITHOLE NDABANINGI (1920-2000)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 534 mots

Nationaliste rhodésien, né le 31 juillet 1920 à Nyamandhlovu, dans le Matabeleland, en Rhodésie (auj. Zimbabwe), mort le 12 décembre 2000 à Philadelphie, en Pennsylvanie. Éduqué chez les missionnaires, Ndabaningi Sithole est enseignant avant de partir étudier la théologie aux États-Unis de 1955 à 1958. De retour en Rhodésie, alors colonie britannique, il devient pasteur congrégationaliste, directe […] Lire la suite

SMITH IAN (1919-2007)

  • Écrit par 
  • Daniel COMPAGNON
  •  • 929 mots
  •  • 1 média

Monstrueuse incarnation du racisme pour les nationalistes noirs, repoussoir pour les bonnes consciences progressistes et tiers-mondistes, bête noire des chancelleries occidentales dans les années 1970, Ian Douglas Smith s'est éteint dans la ville du Cap le 20 novembre 2007. Premier ministre de la Rhodésie du Sud d'avril 1964 à juin 1979, il a défrayé la chronique par ses formules abruptes, ancré […] Lire la suite

ZIMBABWE

  • Écrit par 
  • Daniel COMPAGNON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Franck MODERNE
  • , Universalis
  •  • 16 846 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La troisième guerre de libération nationale »  : […] À la surprise générale, le non l'emporte avec 54,7 p. 100 des suffrages, et les jeunes partisans de l'opposition manifestent leur joie – ô combien prématurée – en agitant des cartons rouges, métaphore footballistique signifiant l'exclusion définitive de Mugabe. Le parti au pouvoir, trop sûr de sa domination et de la propagande audiovisuelle orchestrée par l'état-major de la CRC (dont l'ancien univ […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MUGABE ROBERT - (1924-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-mugabe/