MONTAND YVES (1921-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« ... Les souvenirs et les regrets aussi... »

Le succès d'Yves Montand se poursuivra sur le fond d'un engagement très explicite et sans ombres au côté du P.C.F., au moins jusqu'en 1956. S'il n'adhéra jamais au Parti communiste, il fut une star de gauche qui milita avec Simone Signoret pour la cause ouvrière ou encore contre le maccarthysme. Il entend néanmoins assurer un rôle critique auprès des dirigeants communistes en demandant par exemple à Khrouchtchev, au cours d'une tournée en U.R.S.S. (1956), des explications sur l'écrasement de l'insurrection hongroise par les chars russes, quelques mois après que le dirigeant soviétique eut publiquement reconnu les crimes de Staline au XXe congrès du P.C.U.S. À la fin des années 1950, l'attirance des États-Unis se fait très forte pour Montand : il va y devenir effectivement la star française que George Cukor engage pour Let's Make Love (Le Milliardaire, 1960) au côté de Marilyn Monroe, alors épouse du dramaturge Arthur Miller, dont Montand avait joué Les Sorcières de Salem. Idylle avec une femme culte, chronique tragique de l'adultère au royaume des stars internationales, quelques mauvais films... Montand revient alors en France pour ce qui va apparaître presque comme une nouvelle carrière, cinématographique notamment, où vont alterner ses talents de fantaisiste et les personnages à thèse. Les désillusions du militant communiste dans le très classique mais très daté La guerre est finie d'Alain Resnais (1966, sur un scénario de Jorge Semprún), la dénonciation du régime fasciste des colonels grecs dans le bravement didactique Z de Costa-Gavras (1969), ou le réquisitoire unilatéralement anticommuniste de L'Aveu (Costa-Gavras, 1970, d'après le roman d'Artur London) : Montand assume ces rôles avec l'aigreur et la sincérité vengeresses de quelqu'un qui comprend qu'il se trompe depuis vingt ans en prenant les mensonges staliniens pour la révolution des damnés de la terre. Le « coup de Prague » d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MONTAND YVES (1921-1991)  » est également traité dans :

PIAF ÉDITH (1915-1963)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 763 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie en rose »  : […] Malgré la situation générale dramatique, Édith ne pense qu'à sa carrière. Jean Cocteau lui offre Le Bel Indifférent , qu'elle crée au théâtre en 1940 avec son amant du moment, Paul Meurisse. À la suite du succès que connaît cette pièce, le couple est engagé pour le film Montmartre-sur-Seine de Georges Lacombe, au côté de Jean-Louis Barrault (1941). Sur le tournage, Piaf rencontre Henri Contet, qu […] Lire la suite

SIGNORET SIMONE (1921-1985)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 759 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le choix de l'engagement »  : […] Étonnant parcours que celui de cette femme qui fut l'une des rares comédiennes françaises à atteindre une stature internationale. Rarement vedette de l'écran aura été plus populaire. Pourtant, Simone Signoret a toujours récusé l'étiquette de « star », encore plus celle de « monstre sacré ». Peut-être fut-elle davantage que cela : une sorte de conscience critique, qui jugea avec intransigeance l'hi […] Lire la suite

Les derniers événements

2-30 janvier 1990 • Tchécoslovaquie • Fin de la domination communiste au Parlement.

Havel – emprisonné l'année précédente pour avoir participé à la même cérémonie, alors illégale – se trouve l'acteur français Yves Montand, venu assister, le lendemain, à la première en Tchécoslovaquie du film de Costa-Gavras L'Aveu, retraçant le procès d'Artur London. Le 30 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « MONTAND YVES - (1921-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-montand/