SAUTET CLAUDE (1924-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en mars 1960 que sort le premier long-métrage personnel de Claude Sautet, Classe tous risques, un film policier adapté d'un roman de José Giovanni. Si le film rencontre un succès public mitigé, Sautet n'en est pas moins d'emblée considéré comme une « personnalité » du cinéma français. Alors que s'affrontent partisans et adversaires de la Nouvelle Vague, il n'est d'aucun clan et reçoit immédiatement les éloges de quelques « anciens », et non des moindres, tels que Jean-Pierre Melville : « Si j'ai la certitude qu'en 1965 Claude Sautet sera notre plus grand cinéaste, c'est parce qu'en dehors de son talent, je lui connais un courage tranquille. [...] Sautet, le faux taciturne, inquiet autant que sûr de lui, attend d'être inspiré pour tourner. Mais quand il tourne, il met du cœur à l'ouvrage. » Ce n'est que cinq ans plus tard, avec Les Choses de la vie, que le talent du metteur en scène éclatera aux yeux du grand public et de l'ensemble de la critique, faisant de lui, définitivement, un des « grands » du cinéma français.

Le choix du classicisme

Claude Sautet est né à Montrouge le 23 février 1924. En partie élevé par sa grand-mère maternelle qui l'emmène fréquemment au cinéma, il n'y découvre que des films peu adaptés à l'intérêt d'un garçon de sept ans, comme Le Roman de Marguerite Gautier... De cette époque, il retiendra davantage les grands pique-nique familiaux dans la forêt de Sénart, que l'on retrouvera dans les fêtes et les réunions de copains qui parsèment ses films. Poussé vers la sculpture, il entre ensuite aux Arts décoratifs. Il est surtout marqué par la littérature américaine, la musique de Debussy, Ravel, Stravinski, le jazz, tandis que la guerre le pousse à adhérer au Parti communiste qu'il quittera en 1952. Devenu critique musical à Combat après la Libération, il entre sans conviction particulière en 1946 à l'Institut des hautes études cinématographiques. Assistant de nombreux réalisateurs de toutes catégories, il travaille pour Jacques Becker et collabore à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  SAUTET CLAUDE (1924-2000)  » est également traité dans :

LES CHOSES DE LA VIE, film de Claude Sautet

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 855 mots

Connu auparavant comme réalisateur de polars (Classe tous risques, 1960), Claude Sautet ne voulut pas se spécialiser dans les films d'action, et adapta en 1970 un roman de Paul Guimard, Les Choses de la vie (1967). Bien que le sujet principal puisse paraître d'une rare tristesse – il s'agit essentiellem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-choses-de-la-vie/#i_80170

AUDRAN STÉPHANE (1932-2018)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 649 mots
  •  • 1 média

Née Colette Dacheville le 8 novembre 1932 à Versailles, Stéphane Audran suit les cours d’art dramatique de Tania Balachova, Charles Dullin, Michel Vitold et René Simon. Elle épouse en 1954 Jean-Louis Trintignant, son condisciple du cours Simon, avec qui elle débute sur scène, en 1955, dans La Tragédie des Albigeois de Maurice Clavel et Jacques Pan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephane-audran/#i_80170

MONTAND YVES (1921-1991)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 1 453 mots

Dans le chapitre « « ... Les souvenirs et les regrets aussi... » »  : […] Le succès d'Yves Montand se poursuivra sur le fond d'un engagement très explicite et sans ombres au côté du P.C.F., au moins jusqu'en 1956. S'il n'adhéra jamais au Parti communiste, il fut une star de gauche qui milita avec Simone Signoret pour la cause ouvrière ou encore contre le maccarthysme. Il entend néanmoins assurer un rôle critique auprès […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-montand/#i_80170

PICCOLI MICHEL (1925- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 192 mots

Dans le chapitre « Un art du dédoublement »  : […] Contrairement à certains acteurs, en particulier américains, Michel Piccoli ne s'investit pas totalement dans un personnage et ne vit pas son rôle vingt-quatre heures sur vingt-quatre : « Quand je joue la comédie, c'est réellement en état de dédoublement complet. Je vois la marionnette à côté de moi, je la fais naviguer et quand j'ai fini de tourne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-piccoli/#i_80170

VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA FRANÇAIS (B. Tavernier)

  • Écrit par 
  • Norbert CZARNY
  •  • 1 161 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Becker à Sautet »  : […] Ce voyage conduit de Becker à Sautet. Si Bertrand Tavernier n’a pas connu le premier, auteur des Rendez-vous de juillet , le second, auteur de Classe tous risques , a été son ami et son conseiller. Becker et Sautet rendent l’essence d’une époque. Ils en sentent les contradictions et les transformations. Chez les deux cinéastes, souvent dédaignés, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voyage-a-travers-le-cinema-francais/#i_80170

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « SAUTET CLAUDE - (1924-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-sautet/