YALTA (ACCORDS DE)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Conférence de Yalta, 1945

Conférence de Yalta, 1945
Crédits : The Image Bank

vidéo

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Conférence de Yalta, 1945

Conférence de Yalta, 1945
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Churchill et Staline à la conférence de Yalta, 1945

Churchill et Staline à la conférence de Yalta, 1945
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie


Conférence qui réunit, du 4 au 11 février 1945, Roosevelt, Churchill et Staline. D'une très grande importance, elle posait les bases de la paix. Les principaux problèmes étaient l'organisation des Nations unies, l'occupation de l'Allemagne, de la Pologne et des Balkans, et l'éventualité d'une intervention soviétique contre le Japon. Les Britanniques et les Américains suivirent à l'égard de l'U.R.S.S. des politiques assez différentes : Roosevelt était surtout soucieux d'obtenir la collaboration de Staline ; Churchill voulait éviter un trop grand accroissement de la puissance soviétique en Europe centrale après la défaite allemande. En ce qui concerne les Nations unies, il fut décidé que le droit de veto des membres permanents au Conseil de sécurité jouerait pour tous les cas sauf pour les questions de procédure ; l'U.R.S.S. accepta de n'avoir que trois sièges aux Nations unies au lieu de seize. En plus de l'U.R.S.S., l'Ukraine et la Russie Blanche feraient partie de l'organisation. Pour la Pologne, Staline obtint que la frontière soviétique soit avancée jusqu'à la ligne Curzon ; pour la frontière occidentale, on ne conclut pas, Britanniques et Américains n'acceptant que l'Oder et non l'Oder-Neisse. Le point le plus difficile dans les discussions fut celui des rapports entre le gouvernement polonais exilé à Londres et le gouvernement prosoviétique établi à Lublin puis à Varsovie : Britanniques et Américains proposèrent d'abord l'établissement, sous l'égide des trois Grands, d'un nouveau gouvernement représentatif de toutes les tendances ; Staline n'accepta que l'« élargissement » du gouvernement de Varsovie à quelques personnalités du gouvernement polonais de Londres ; Roosevelt finit par accepter, malgré la réticence britannique, la « réorganisation » du gouvernement de Varsovie en échange de la promesse d'élections libres. En ce qui concerne l'Allemagne, grâce à l'insistance britannique, la France obtint une zone d'occupation et une place au Conseil de contrôle. Staline souhaitait préciser les projets de démembrement de l'Allemagne, évoqués à Téhéran ; devant les réticences américaines et surtout britanniques, on se contenta d'en réaffirmer le principe. Il n'y eut pas d'accord sur les réparations, les Britanniques refusant un projet américano-soviétique qui leur paraissait reproduire les erreurs des traités conclus après la Première Guerre mondiale. Pour l'Europe orientale, les Britanniques et les Américains souhaitaient la création d'une Commission européenne, destinée à aider les pays libérés et à y assurer des élections libres. Roosevelt, désireux de ménager les Soviétiques, fit transformer ce projet en une simple « Déclaration sur l'Europe libérée » adoptée par la Conférence. En Extrême-Orient, les États-Unis désiraient très vivement l'intervention de l'U.R.S.S. contre le Japon ; celle-ci accepta d'intervenir environ trois mois après la défaite allemande à condition de récupérer les droits perdus en 1905 (chemins de fer de Mandchourie, Port-Arthur, sud de l'île de Sakhaline) et en outre les îles Kouriles et une part d'influence en Corée.

Conférence de Yalta, 1945

Conférence de Yalta, 1945

vidéo

C'est au bord de la mer Noire, à Yalta, en Crimée, que se tient, entre le 4 et le 11 février 1945, la principale des conférences réunissant les futurs vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale. Le principe de la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie étant établi, le Britannique... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation

vidéo

Le monde de Yalta. O.N.U. Indépendance des anciennes colonies. Guerre froide.L'union des Alliés ne survit pas au retour à la paix, malgré le nouvel ordre international que tente de promouvoir l'O.N.U.Dès 1947, le monde se scinde en deux blocs antagonistes : d'un côté le camp occidental,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Conférence de Yalta, 1945

Conférence de Yalta, 1945

photographie

Winston Churchill, Franklin Roosevelt et Staline durant la conférence de Yalta, en février 1945. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Churchill et Staline à la conférence de Yalta, 1945

Churchill et Staline à la conférence de Yalta, 1945

photographie

Le Premier ministre britannique Winston Churchill (1874-1965), à droite, et le numéro un soviétique Staline (1879-1953), lors de la conférence de Yalta (Crimée), en février 1945. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

La Conférence de Yalta, bien accueillie à l'époque, fit plus tard l'objet de débats passionnés : mise à l'écart de la France, division de l'Europe, manifestation d'une politique américaine d'hégémonie systématique ou, inversement, capitulation américaine devant Staline. En fait, c'est à Yalta que la France a été rétablie au rang de grande puissance ; Roosevelt, très malade au moment de la conférence, a fait d'importantes concessions à Staline en échange de sa participation à un système de sécurité collective, but essentiel des Américains, objet de méfiance pour les Soviétiques. Des conceptions opposées du monde se sont affrontées autant que des intérêts différents. Roosevelt était en outre persuadé que le Congrès ne tolérerait pas que les troupes américaines restent en Europe plus de deux ans après la paix, ce qui le rendait d'autant plus soucieux d'établir d'aussi bons rapports que possible avec Staline, envers lequel il n'éprouvait pas les mêmes sentiments de méfiance que Churchill.

L'ordre institué à Yalta est remis en cause par la chute du Mur de Berlin en 1989.

—  Georges-Henri SOUTOU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  YALTA ACCORDS DE (1945)  » est également traité dans :

ACCORDS DE YALTA

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Du 4 au 11 février 1945, alors que la Seconde Guerre mondiale bat encore son plein en Europe et dans le Pacifique, Roosevelt pour les États-Unis, Churchill pour le Royaume-Uni et Staline pour l'U.R.S.S. se réunissent à Yalta, en Crimée, pour préparer la paix. Cette conférence interalliée, à laquelle la France n'a pas ét […] Lire la suite

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 267 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « De la division à la guerre de Corée »  : […] Le communiqué commun publié à la suite de la conférence entre Roosevelt, Churchill et Chang Kaishek, qui s'est tenue au Caire en novembre 1943, comporte une clause spéciale sur la Corée : « Nous reconnaissons que le peuple coréen se trouve dans un état d'esclavage et que la Corée doit être libre et indépendante en temps opportun. » À Yalta, en février 1945, les quatre grandes puissances, lors du […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le discours de Fulton »  : […] On a souvent dit que le coup d'envoi de la guerre froide avait été donné par Winston Churchill dans son discours du 5 mars 1946 à Fulton (Missouri). Se déclarant convaincu que les Russes « ne respectaient que la force », il invitait « les peuples de langue anglaise à s'unir d'urgence pour enlever toute tentation à l'ambition ou à l'aventure ». Bien qu'il ne fût plus Premier ministre, il parlait a […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (SECONDE)

  • Écrit par 
  • Henri MICHEL
  •  • 19 555 mots
  •  • 103 médias

Dans le chapitre « La conférence de Yalta »  : […] L'avance soviétique en Allemagne, que personne n'avait prévue, va-t-elle troubler l'accord des Alliés, qui a jusqu'ici résisté à toutes les épreuves ? En février 1945, à la conférence de Yalta, où les trois Grands se rencontrent et dont la France est absente, Roosevelt, très malade, est surtout préoccupé par le danger d'une hostilité russo-américaine après la guerre. Aussi bien, contre Churchill […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « L'occupation américaine et le redémarrage (1945-1955) »  : […] Au cours de la période d'occupation (1945-1952), le Japon, comme l'Allemagne vaincue, a connu un bouleversement radical de ses institutions et la mise en place de fondements politiques, économiques, juridiques et intellectuels nouveaux. L'attitude des autorités d'occupation à l'égard du Japon a toutefois évolué parallèlement au développement de la guerre froide en Asie et dans le reste du monde. […] Lire la suite

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre). 1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars). 1947 Discours de Truman définissant sa « doctrine » (12 mars). Marshall propose un plan d'aide à la reconstruction de l'Europe (5 jui […] Lire la suite

NATIONS UNIES (O.N.U.)

  • Écrit par 
  • Jacques FOMERAND, 
  • Cecelia M. LYNCH, 
  • Karen MINGST
  •  • 16 654 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance et développement »  : […] En dépit des difficultés que la Société des Nations a connues avant la Seconde Guerre mondiale pour résoudre les problèmes de conflits, de maintien de la paix et de la sécurité, les principales puissances alliées ont accepté pendant la guerre de créer un nouvel organisme mondial destiné à faciliter la gestion des affaires internationales. Cet accord s'est d'abord manifesté par la signature de la […] Lire la suite

ODER-NEISSE LIGNE

  • Écrit par 
  • Georges-Henri SOUTOU
  •  • 536 mots
  •  • 4 médias

Les Britanniques, les Américains et les Soviétiques s'étaient mis d'accord, à la Conférence de Téhéran du 28 novembre au 1 er  décembre 1943, sur le principe d'un déplacement vers l'ouest de la Pologne après la guerre, ce pays obtenant aux dépens de l'Allemagne des compensations aux territoires cédés d'autre part à la Russie. On ne définit pas officiellement les nouvelles frontières à Téhéran, en […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 233 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le pays martyr de l'Europe (1939-1945) »  : […] Surprise avant d'avoir achevé sa mobilisation et très inférieure en potentiel militaire et en nombre, l'armée polonaise fut écrasée, malgré sa bravoure, par le Blitzkrieg des envahisseurs. Ceux-ci arrivèrent le 8 septembre devant Varsovie ; d'abord repoussés, ils revinrent et Varsovie fut complètement investie et capitula le 27 ; les derniers combats cessèrent le 5 octobre, au sud-est de Varsovi […] Lire la suite

ROOSEVELT FRANKLIN DELANO (1882-1945)

  • Écrit par 
  • Marianne DEBOUZY, 
  • Universalis
  •  • 1 307 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Roosevelt dans la guerre »  : […] Au milieu de ces difficultés, le président fut réélu une troisième fois sur la base d'un programme qui affirmait : « Pas de troupes américaines outre-Atlantique. » Au même moment, Roosevelt prenait un certain nombre de mesures permettant aux États-Unis de jouer le rôle d'« arsenal de la démocratie ». En mars 1941, il signait la loi du prêt-bail, puis faisait adopter par le Congrès des mesures con […] Lire la suite

SECONDE GUERRE MONDIALE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 478 mots

7-8 juillet 1937 Incident au pont Marco-Polo, près de Pékin, entre Chinois et Japonais. Dans les jours qui suivent, les Japonais entament la conquête de la Chine. 1 er  septembre 1939 L'armée allemande entre en Pologne. Français et Britanniques mobilisent le lendemain et déclarent la guerre à l'Allemagne le 3. 17 juin 1940 Quelques jours après la déclaration de guerre de l'Italie au côté de l'A […] Lire la suite

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le vainqueur de Stalingrad, l'homme fort de Yalta »  : […] La mémoire de ce crime de masse, gardé secret, fut totalement éclipsée – à l'intérieur comme à l'extérieur du pays – par le rôle majeur joué par l'Union soviétique dans l'écrasement du nazisme. La victoire de Stalingrad (2 février 1943) effaça à la fois la « Grande Terreur », mais aussi le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, qui avait permis aux deux dictateurs, Hitler et Staline, de se par […] Lire la suite

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'URSS en guerre (1941-1945) »  : […] Durant les dix-huit premiers mois de la guerre (juin 1941-novembre 1942), l'URSS accumule les défaites. Après trois semaines de combats, les armées allemandes progressent de trois cents à six cents kilomètres, occupant les pays Baltes, la Biélorussie, l'Ukraine occidentale et la Moldavie. Le 24 septembre, après la chute de Smolensk, la Wehrmacht lance l'opération Typhon avec pour objectif Moscou. […] Lire la suite

Les derniers événements

4-31 janvier 1982 • États-Unis - U.R.S.S. • Tension accrue dans les rapports Est-Ouest et remise en question du modèle soviétique par les P.C. italien et espagnol

expression de la volonté des nations », en particulier les « sphères d'hégémonie » nées des accords de Yalta. Le 24, la Pravda affirme que la ligne définie par les communistes italiens « équivaut à une assistance directe à l'impérialisme qui s'ingénie depuis des décennies à [...] Lire la suite

11-31 décembre 1981 • France • Réactions aux événements de Pologne

délais toutes les mesures d'exception ». Le 24, la nuit de Noël est l'occasion, pour de nombreux croyants, de marquer leur solidarité avec les Polonais. À Paris, Mgr Lustiger célèbre une des trois messes à l'église polonaise. Le 30, Georges Marchais, à TF 1, dénie la responsabilité de l'U.R.S.S. dans la situation polonaise. Le 31, dans son message de vœux, François Mitterrand évoque la nécessité de sortir des accords de Yalta.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges-Henri SOUTOU, « YALTA (ACCORDS DE) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yalta-accords-de/