SÉCURITÉ COLLECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Système interétatique reposant sur le principe selon lequel, en cas d'emploi ou de menace d'emploi de la force par n'importe quel État, tous les États participants entreprendront une action commune afin de prévenir l'agression ou de lui faire échec. La sécurité collective ne doit pas être confondue avec des alliances défensives : ces dernières ne peuvent pas être invoquées contre des membres de l'alliance et sont généralement dirigées contre un État ou des États déterminés, alors que la sécurité collective peut jouer contre n'importe quel agresseur.

L'origine de la sécurité collective est la recherche d'un remède aux défauts que comporte la structure de la communauté internationale. Contrairement à l'ordre juridique intérieur aux États, il n'existe pas, dans l'ordre juridique international, d'organe chargé du maintien de la paix. Or, il n'y a pas de sécurité véritable si ce sont les États individuels qui doivent y pourvoir ; c'est l'ensemble des États qui doit remplir cette fonction en agissant contre les perturbateurs. Toutefois, en pratique, certaines conditions doivent être remplies pour que le système soit efficace. Les assises géographiques doivent être suffisamment larges pour qu'à l'intérieur du système il existe un contrepoids à l'État le plus puissant ; le recours à la force doit être prohibé et les infractions à cette interdiction constatées non par les États individuels mais par un organe collectif ; quant aux sanctions à prendre contre l'agresseur, elles doivent être ordonnées par une décision précise ayant force obligatoire et les sanctions ainsi décidées doivent être réellement appliquées par les États. Le système suppose aussi qu'il existe des moyens permettant de régler les différends qui pourraient surgir entre les États, voire des procédures par lesquelles les règles juridiques devenues inadaptées à la situation réelle peuvent être remaniées. Dans l'ensemble, les États doivent avoir confiance dans le fonctionnement du système : la « dissuasion » est un élément fondamental. Elle est fonction de la crédibilité de la réaction collective en cas d'infraction.

La première tentative d'organiser la sécurité collective, faite dans le cadre de la Société des Nations, n'a pas réuni ces conditions et a échoué. Certes, le Pacte déclare expressément que toute guerre ou menace de guerre, qu'elle affecte directement ou non un des membres de la Société, intéresse celle-ci tout entière (art. 11). Si un des membres de la Société recourait à la guerre contrairement à ses engagements, il devait être ipso facto considéré comme ayant commis un acte de guerre contre tous les autres membres ; ceux-ci devaient rompre avec lui toutes relations commerciales et financières. En outre, le Conseil de la S.D.N. devait recommander des mesures militaires à prendre contre l'agresseur (art. 16). Ce système présentait de graves lacunes. Le Pacte lui-même n'interdit pas tout recours à la force ; il ne prévoit pas d'organe compétent pour constater l'agression ; les sanctions ne sont pas ordonnées mais seulement recommandées, et l'application des sanctions n'est pas assurée. Par ailleurs, les États-Unis s'étaient tenus à l'écart de la Société des Nations, l'Union soviétique et l'Allemagne n'en ont fait partie que pour une période, et en général les États membres n'étaient pas prêts aux sacrifices ; ni juridiquement ni politiquement, l'organisation n'était à même d'assurer la paix avec efficacité.

Les auteurs de la Charte des Nations unies ont entendu remédier à ces défauts. L'article 2 de la Charte interdit tout recours à la menace ou à l'emploi de la force et crée, au service de cette interdiction, un système centralisé. Les États membres de l'Organisation confèrent au Conseil de sécurité la responsabilité principale du maintien de la paix (art. 26) ; cet organe a compétence pour constater l'existence d'une menace à la paix ou d'une rupture de paix et peut décider toutes mesures, y compris des actions armées. Les membres sont juridiquement tenus de se conformer à ses décisions et de faire en sorte que les États non membres agissent conformément aux principes de la Charte dans la mesure nécessaire au maintien de la paix et de la sécurité internationales.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÉCURITÉ COLLECTIVE  » est également traité dans :

BARTHOU LOUIS (1862-1934)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 352 mots
  •  • 1 média

Jeune avocat républicain de la III e République, Louis Barthou est élu député des Basses-Pyrénées en 1889. Homme du centre droit, il représentera son département au Sénat à partir de 1922. Parlementaire averti, éloquent, intelligent, il se signale très jeune à la tête de la nouvelle vague des républicains qui bouscule les habitués des scandales politiques et financiers de la fin du siècle. De 189 […] Lire la suite

BRIAND ARISTIDE (1862-1932)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 991 mots
  •  • 3 médias

De famille modeste, Aristide Briand devient avocat. Comme militant socialiste, puis comme journaliste, il se fait une réputation de révolutionnaire. En 1883, il quitte Nantes et vient à Paris. Secrétaire général du journal La Lanterne , il se lie alors avec Jaurès et fonde avec lui le Parti socialiste français en opposition au parti de Jules Guesde. En 1902, il est élu député de Saint-Étienne, il […] Lire la suite

CASPIENNE, géopolitique

  • Écrit par 
  • Garik GALSTYAN
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre «  Différentes approches de l'intégration postsoviétique »  : […] Après la chute de l'URSS, la Russie a cherché à établir de nouveaux types de relations avec ses anciens satellites, qui constituaient désormais son étranger proche, afin de garantir sa sécurité nationale. Pour cette raison, elle s'est hâtée de créer un système collectif lui permettant d'exercer son contrôle sur l'espace postsoviétique. En décembre 1991, à Alma-Ata (Almaty), la Communauté des État […] Lire la suite

C.E.I. (Communauté des États indépendants)

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La C.E.I., un espace commun de défense ? »  : […] La C.E.I. est une sorte de paradoxe : elle symbolise la désintégration de l'U.R.S.S., tout en formant le cadre d'une ré-intégration minimaliste où la Russie joue le rôle dominant mais contesté. C'est sans doute dans le domaine de la défense que ce paradoxe est le plus visible. La Charte de la C.E.I. mentionne en son article 11 un « espace commun militaro-stratégique ». Les pays membres sont liés p […] Lire la suite

DÉSARMEMENT

  • Écrit par 
  • Jean François GUILHAUDIS, 
  • Serge SUR
  •  • 7 255 mots
  •  • 3 médias

Le terme « désarmement » possède des résonances bien différentes selon l'oreille qu'on lui prête. Pour un esprit idéaliste, il évoque ce thème simple et vigoureux suivant lequel l'élimination des armes et des armées permanentes entraînera la fin des guerres, générera l'amitié entre les peuples et le développement pour tous. Pour un esprit plus cynique ou plus averti, il renvoie à la politique des […] Lire la suite

GUERRE

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE, 
  • P. E. CORBETT, 
  • Victor-Yves GHEBALI, 
  • Q. WRIGHT
  •  • 14 315 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une longue gestation »  : […] Jusqu'en 1919, l'agression était une notion militaro-diplomatique où le droit n'apparaissait qu'à titre dérivé : il en existait, pour ainsi dire, autant de définitions que de clauses de traités d'alliance régissant l'obligation d'assistance mutuelle en cas d'attaque non provoquée. Le pacte de la Société des Nations (S.D.N.), qui instituait un système de sécurité collective reposant sur le triple […] Lire la suite

INTERNATIONALES ORGANISATIONS

  • Écrit par 
  • Patrick RAMBAUD
  •  • 11 233 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De la Société des Nations à l'Organisation des Nations unies »  : […] La création de la Société des Nations (dont le pacte est annexé aux traités de paix de 1919) répond à une initiative du président des États-Unis Thomas W.  Wilson qui, dans son message du 8 janvier 1918 sur la paix future, avait préconisé la création d'« une société générale des nations ayant pour objet de fournir des garanties réciproques d'indépendance politique et territoriale aux petits comm […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Évolution de la stratégie américaine »  : […] Cette interdiction de la grève générale marque un coup d'arrêt aux tendances les plus radicales de la politique réformiste suivie par les autorités d'occupation. À partir de 1948, les priorités stratégiques du gouvernement américain à l'égard du Japon évoluent. De leur côté, les milieux d'affaires souhaitent pouvoir reprendre les échanges avec le Japon, qui, avant la guerre, constituait l'un des p […] Lire la suite

LÉGITIME DÉFENSE

  • Écrit par 
  • Jacqueline BARBIN
  •  • 554 mots
  •  • 1 média

Selon l'article 328 de l'ancien Code pénal français, « il n'y a ni délit ni crime lorsque l'homicide, les blessures et les coups étaient commandés par la nécessité actuelle de la légitime défense de soi-même ou d'autrui ». Les nouvelles dispositions contenues dans les articles 122-5 à 122-8 du nouveau Code pénal, adopté en 1993, sont moins lapidaires, mais ne modifient pas le principe ; elles énon […] Lire la suite

NATIONS UNIES

  • Écrit par 
  • Jacques FOMERAND, 
  • Cecelia M. LYNCH, 
  • Karen MINGST
  •  • 16 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Maintien de la paix et de la sécurité internationales »  : […] La fonction principale des Nations unies est la préservation de la paix et de la sécurité internationales. Le chapitre  vi de la Charte prévoit la résolution pacifique des différends grâce à l'intervention du Conseil de sécurité, par voie de négociation, médiation, arbitrage et règlement judiciaire. Le Conseil de sécurité peut enquêter sur tout différend ou tout état de fait pour établir si la p […] Lire la suite

Les derniers événements

7 février 2020 France – Union européenne. Discours du président Emmanuel Macron sur la dissuasion.

Ainsi, Emmanuel Macron propose d’établir « un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective » et de fixer ensemble « un agenda international renouvelé pour la maîtrise des armements ». Ces propositions suscitent peu de réactions officielles dans l’Union. […] Lire la suite

2-31 août 2017 France. Présentation de la réforme du Code du travail.

 100 des indemnités légales de licenciement ; la possibilité pour les chefs des petites et moyennes entreprises – jusqu’à quarante-neuf salariés – de négocier un accord à la majorité simple avec leurs employés pour tout ce qui ne relève pas de la branche, en l’absence d’un délégué syndical ou d’un délégué du personnel mandaté ; la fusion du comité d’entreprise et du comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ; la prise en compte de la seule situation en France d’une entreprise multinationale pour apprécier sa capacité à lancer un plan social ; la possibilité de mettre en place une rupture conventionnelle collective. […] Lire la suite

19 septembre 2015 Japon. Adoption de lois controversées sur la défense.

Le Parlement adopte définitivement des projets de lois sur la sécurité nationale qui autorisent la participation du pays à des systèmes de défense collective et l’intervention des forces d’autodéfense japonaises à l’étranger. Ces lois défendues par le Premier ministre Shinzō Abe sont destinées à « renforcer l’aspect dissuasif en Asie-Pacifique de l’alliance nippo-américaine ». […] Lire la suite

27 mai 2010 États-Unis. Nouvelle stratégie de sécurité nationale

La Maison-Blanche publie un document-cadre relatif à la stratégie de sécurité nationale des États-Unis. Le texte indique que les « intérêts communs » à l'ensemble des États comprennent, hormis le maintien de la sécurité collective au sens traditionnel du terme, la garantie de « l'accession à une croissance économique équilibrée et durable [ainsi que] la mise au point de réponses collectives face aux menaces du changement climatique, des conflits armés ou des pandémies ». […] Lire la suite

12-15 mai 2006 Brésil. Vagues d'attaques criminelles et de mutineries dans les prisons

Le 12, dans l'État de São Paulo, le « Premier Commando de la capitale », principale organisation criminelle de la région, déclenche des attaques contre les prisons pour combattre le projet de transfèrement de centaines de détenus vers un centre de haute sécurité, projet qui compromet un plan d'évasion collective. Ces attaques, qui visent aussi des commissariats, des locaux de gendarmerie, des banques et des transports urbains, s'accompagnent de mutineries et de prises d'otages dans les prisons. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alexandre KISS, « SÉCURITÉ COLLECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/securite-collective/