XÉNOGREFFES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idée d'utiliser des organes animaux pour « réparer » l'organisme humain n'est pas nouvelle. Les premières véritables tentatives ont eu lieu au début du xxe siècle. En 1905, Mathieu Jaboulay a pour la première fois greffé un rein de chèvre. L'opération chirurgicale a été réussie mais l'organe implanté a été rapidement rejeté. Divers essais tentés de par le monde n'ont pas été couronnés d'un plus grand succès. La découverte des immunosuppresseurs, qui ont permis l'essor des transplantations d'organes humains (allogreffes) depuis les années 1960, a relancé le débat. Cependant, les immunosuppresseurs sont inefficaces dans le cas où le greffon utilisé est d'origine animale (xénogreffe).

Dès ses tout débuts, la xénogreffe a fait appel aux primates. Il paraît en effet logique de s'adresser aux espèces les plus voisines de l'homme. Actuellement, cette perspective n'a plus la faveur des chercheurs. L'utilisation des singes comme donneurs d'organes pose en effet des problèmes éthiques évidents. La probabilité qu'un agent pathogène soit transmis du singe à l'homme par la xénogreffe constitue un sérieux handicap. Plus prosaïquement, le coût de l'élevage des primates supérieurs est particulièrement élevé et cela rendrait leur utilisation envisageable dans certains cas seulement.

Pour toutes ces raisons, une autre espèce animale, le porc, a été retenue pour devenir la source de cellules et d'organes pour l'homme. Le porc est un omnivore ayant une taille voisine de celle de l'homme. Cet animal nous est relativement bien connu sur le plan biologique. Peu de maladies humaines proviennent du porc. Il existe des techniques permettant d'élever le porc dans des conditions de sécurité satisfaisantes d'un point de vue pathologique. Enfin, le porc est déjà très largement utilisé comme nourriture par l'espèce humaine.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche, unité de biologie du développement et reproduction, Institut national de la recherche agronomique

Classification


Autres références

«  XÉNOGREFFES  » est également traité dans :

ÉDITION DES GÉNOMES

  • Écrit par 
  • Gilles SAUCLIÈRES
  •  • 3 922 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des applications à peine imaginables »  : […] Avec des systèmes aussi malléables, les organismes sur lesquels on applique ces techniques d’édition du génome sont très divers. La recherche dans ce domaine n’est pas dominée par la possibilité de modification transmissible du génome humain, actuellement au cœur d’un débat éthique fondamental. En revanche, la quasi-totalité des articles publiés porte sur la modification d’animaux modèles bien co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-des-genomes/#i_23812

GREFFES

  • Écrit par 
  • Jean PAUPE
  •  • 3 725 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bases génétiques »  : […] Le comportement des greffes de peau est le phénomène le plus simple à observer ; il démontre l'incompatibilité entre l'organisme du receveur et le tissu qui lui est génétiquement étranger. Une autogreffe est acceptée aisément : en deux ou trois jours, elle est vascularisée à partir des tissus environnants et se confond avec eux en cinq à sept jours. Une allogreffe se vascularise initialement comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greffes/#i_23812

O.G.M. - Production et utilisation

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 084 mots

Dans le chapitre «  Les applications de la transgenèse »  : […] La principale application de la transgenèse est de très loin la recherche fondamentale. Un gène isolé est détaché de son contexte, son transfert dans un nouvel organisme permet donc d'en étudier le fonctionnement et le rôle. La transgenèse, végétale comme animale, est pour cette raison de plus en plus mise en œuvre par les biologistes. Cette tendance ne peut que s'accentuer avec le séquençage comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/o-g-m-production-et-utilisation/#i_23812

THÉRAPEUTIQUE - Thérapies substitutives et régénératives

  • Écrit par 
  • Didier HOUSSIN
  •  • 4 332 mots

Dans le chapitre « L'avenir des greffes d'organes et de tissus »  : […] Des progrès sont prévisibles, en raison du perfectionnement des techniques chirurgicales et de l'apparition de nouveaux immunosuppresseurs à action plus sélective sur le système immunitaire et à toxicité réduite. Cependant, les perspectives les plus importantes s'ouvrent dans le domaine de l'accès au greffon. Depuis de longues années déjà, la substitution d'éléments du corps humain confronte les g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-therapies-substitutives-et-regeneratives/#i_23812

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis-Marie HOUDEBINE, « XÉNOGREFFES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/xenogreffes/