XÉNOGREFFES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comment empêcher le rejet des xénogreffons ?

Une suppression transitoire du rejet hyperaigu peut être obtenue de différentes manières. Pour empêcher l'action rapide des anticorps naturels, ceux-ci peuvent être retirés de la circulation sanguine du receveur, en absorbant spécifiquement les anticorps du receveur lors d'une circulation extracorporelle de son sang. Il est également possible de détruire certains éléments constitutifs d'un agent de la réponse immunitaire, le complément, par des substances telles que le venin de cobra. Dans ces conditions, le rejet hyperaigu n'a effectivement plus lieu. Après le retour inévitable des anticorps naturels et du complément, le xénogreffon subit un rejet. De manière inattendue, celui-ci est plutôt de type hyperaigu différé. On considère que cette résistance au rejet hyperaigu classique résulte d'un phénomène d'accommodation. Les cellules du xénogreffon ont eu le temps de mettre en place certains mécanismes de résistance au rejet. Il existe ainsi une bonne corrélation entre les organes qui bénéficient du phénomène d'accommodation et l'expression de gènes ayant une activité anti-apoptose.

Une autre manière de supprimer, ou tout du moins d'atténuer, le rejet suraigu consiste à supprimer les antigènes de surface des cellules endothéliales du xénogreffon.

Une autre voie d'approche, qui a été couronnée d'un succès spectaculaire bien que partiel, a consisté à faire exprimer par les cellules du xénogreffon des gènes dont la fonction est d'inactiver le complément. C'est ainsi que des cœurs et des reins de porcs transgéniques exprimant les gènes DAF ou CD59 humains résistent aux réactions de rejet suraigu tout en restant fonctionnels pendant plusieurs jours.

Porcs transgéniques

Porcs transgéniques

Photographie

Obtenus par une équipe de chercheurs dirigés par le professeur Randall Prather de l'université du Missouri en octobre 2001, ces porcs miniatures clonés sont dépourvus du gène codant l'enzyme alpha-galactosyl-transférase, responsable des réactions immunitaires de rejet hyperaigu (de quelques... 

Crédits : Getty

Afficher

Plusieurs autres mécanismes que ceux qui activent le complément doivent être contrôlés si l'on veut pouvoir conserver un organe de porc fonctionnel pendant des périodes prolongées, et c'est ainsi que l'administration de substances capables d'inhiber les différents mécanismes de rejet est en principe concevable. C'est cette approche, m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche, unité de biologie du développement et reproduction, Institut national de la recherche agronomique

Classification


Autres références

«  XÉNOGREFFES  » est également traité dans :

ÉDITION DES GÉNOMES

  • Écrit par 
  • Gilles SAUCLIÈRES
  •  • 3 922 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des applications à peine imaginables »  : […] Avec des systèmes aussi malléables, les organismes sur lesquels on applique ces techniques d’édition du génome sont très divers. La recherche dans ce domaine n’est pas dominée par la possibilité de modification transmissible du génome humain, actuellement au cœur d’un débat éthique fondamental. En revanche, la quasi-totalité des articles publiés porte sur la modification d’animaux modèles bien co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-des-genomes/#i_23812

GREFFES

  • Écrit par 
  • Jean PAUPE
  •  • 3 725 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bases génétiques »  : […] Le comportement des greffes de peau est le phénomène le plus simple à observer ; il démontre l'incompatibilité entre l'organisme du receveur et le tissu qui lui est génétiquement étranger. Une autogreffe est acceptée aisément : en deux ou trois jours, elle est vascularisée à partir des tissus environnants et se confond avec eux en cinq à sept jours. Une allogreffe se vascularise initialement comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greffes/#i_23812

O.G.M. - Production et utilisation

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 084 mots

Dans le chapitre «  Les applications de la transgenèse »  : […] La principale application de la transgenèse est de très loin la recherche fondamentale. Un gène isolé est détaché de son contexte, son transfert dans un nouvel organisme permet donc d'en étudier le fonctionnement et le rôle. La transgenèse, végétale comme animale, est pour cette raison de plus en plus mise en œuvre par les biologistes. Cette tendance ne peut que s'accentuer avec le séquençage comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/o-g-m-production-et-utilisation/#i_23812

THÉRAPEUTIQUE - Thérapies substitutives et régénératives

  • Écrit par 
  • Didier HOUSSIN
  •  • 4 332 mots

Dans le chapitre « L'avenir des greffes d'organes et de tissus »  : […] Des progrès sont prévisibles, en raison du perfectionnement des techniques chirurgicales et de l'apparition de nouveaux immunosuppresseurs à action plus sélective sur le système immunitaire et à toxicité réduite. Cependant, les perspectives les plus importantes s'ouvrent dans le domaine de l'accès au greffon. Depuis de longues années déjà, la substitution d'éléments du corps humain confronte les g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-therapies-substitutives-et-regeneratives/#i_23812

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis-Marie HOUDEBINE, « XÉNOGREFFES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/xenogreffes/