WU DAOZI [WOU TAO-TSEU] (actif entre 713 et 755)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous le règne de l'empereur Minghuang (713-756), la capitale chinoise Chang'an, centre culturel, commercial et politique de l'Asie, vit éclore la fleur de la poésie et de la peinture : « l'Immortel de la poésie » Li Bo (699-762), « le Saint de la poésie » Du Fu (712-770) et « le Peintre divin de cent générations » Wu Daozi.

De l'artisan au courtisan

Si les écrits sur la vie de Wu Daozi abondent, il s'agit surtout de légendes qui font apparaître le caractère extraordinaire de son génie. En fait, sa biographie est très peu connue. On ignore sa date de naissance. Tout au plus sait-on qu'il est originaire de Yangdi, près de Luoyang. Orphelin et peu fortuné, Wu Daozi aurait appris la peinture et la sculpture dans l'atelier de Zhang Xiaoshi, spécialiste de peintures murales et de sculptures religieuses. C'est là qu'il aurait rencontré le célèbre sculpteur Yang Huizhi qui, reconnaissant la qualité inférieure de sa propre peinture comparée à celle de Wu Daozi, aurait pris la décision de se consacrer uniquement à la sculpture. Wu Daozi possédait également une solide formation de sculpteur, et sa peinture porte la marque – réalisme puissant allié à l'élégance – de cet art en continuelle évolution depuis l'époque des Six Dynasties.

Il semble que les débuts de Wu Daozi aient été difficiles. Il quitte l'atelier de Zhang Xiaoshi, prend un poste très subalterne de scribe dans le Sichuan et profite de ce séjour pour dessiner des paysages. Plus tard, Wu Daozi se rend à Luoyang et mène une vie vagabonde. Ce n'est qu'à l'ère Kaiyuan (713-740) qu'il est distingué par l'empereur. Après son entrée à la cour, sur l'ordre de l'empereur Minghuang, son nom est changé en Daoxuan. La consonance taoïste de cette appellation incline à penser qu'elle correspond à la phase taoïste de l'évolution religieuse du souverain, c'est-à-dire vers l'an 736.

Wu Daozi s'installe dans le palais, où il travaille pour l'empere [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : licenciée à l'université normale de Taïwan, section des beaux-arts

Classification


Autres références

«  WU DAOZI [ WOU TAO-TSEU ] (actif entre 713 et 755)  » est également traité dans :

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « L'empire reconstitué : les dynasties Sui (581-618) et Tang (618-907) »  : […] Au cours du vi e siècle, les relations entre le Nord et le Sud s'amplifient constamment sous la forme d'échanges économiques qui favorisent le mouvement des hommes et la diffusion des idées. Le mérite de la réunification revient à la dynastie Sui qui, tout éphémère qu'elle ait été, n'en a pas moins exercé une influence décisive sur les arts. Une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_22585

LI SIXUN [LI SSEU-HIUN] (651-716)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 068 mots

Dans le chapitre « Un art de cour »  : […] Une anecdote célèbre décrit la compétition à laquelle se seraient livrés Wu Daozi et Li Sixun chargés par l'empereur Xuanzong de peindre chacun une fresque représentant la route du Sichuan ; Wu s'acquitta de sa commande en un jour, tandis que Li mit plusieurs mois à exécuter son ouvrage. Comme c'est le cas pour la plupart de ces anecdotes exemplaires, l'épisode n'a rien d'historique (il serait su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/li-sixun-li-sseu-hiun/#i_22585

Pour citer l’article

Ching-lang HOU, « WU DAOZI [WOU TAO-TSEU] (actif entre 713 et 755) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wu-daozi-wou-tao-tseu/