ZHANG DAQIAN (1899-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Zhang Daqian (Tchang Ta-ts'ien), qui mourut à Taibei le 2 avril 1983, âgé de quatre-vingt-quatre ans et entouré de la vénération nationale, passe pour avoir été le plus célèbre des peintres chinois contemporains. Sa renommée s'étendant des élites culturelles et politiques jusqu'à l'homme de la rue fit de lui une véritable institution. Le côté pittoresque du personnage, sa jovialité, son mode de vie opulent et anachronique, sa gourmandise proverbiale en vinrent à tenir une place presque aussi considérable que sa production elle-même, dont le succès lui valut de battre les records des cotations de la peinture chinoise contemporaine sur le marché international de l'art.

Il ne fit certes pas œuvre de novateur : sur l'arrière-plan bigarré des expérimentations des peintres chinois du xxe siècle à la recherche de la modernité, l'œuvre de Zhang Daqian apparaît plutôt comme l'incarnation vivante et intemporelle de formes et de valeurs esthétiques du passé. Le succès exceptionnel de son œuvre soulève ainsi, en dehors de son cas particulier, le problème de l'importance de la tradition dans le concept même de la création picturale en Chine.

Zhanq Daqian naquit en 1899 dans une famille aisée du Sichuan. Son talent artistique se manifesta très tôt : c'est dans son entourage familial qu'il reçut ses premières leçons de pinceau. Après une captivité de cent jours parmi une troupe de hors-la-loi, auxquels il réussit à faire apprécier ses talents de calligraphe, il fut envoyé par sa famille au Japon pour faire des études techniques de teinture textile. Il y pratiqua également la peinture. De retour en Chine en 1919, il fit une brève et malencontreuse expérience de vie religieuse ; il en conserva son nom bouddhique, Daqian, qu'il utilisa concurremment avec son nom civil, Zhang Yuan. Son frère aîné, Zhang Shanzi, peintre d'un certain renom, l'introduisit dans les milieux artistiques de Shanghai. Il n'y fut guère attiré par les écoles contemporaines, mais s'attacha à acquérir une érudition littéraire et épigraphique auprès de deux lettrés prestigieux, Ceng Xi (1861-1930) et Li Ruiqing (1 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Marie SIMONET, « ZHANG DAQIAN (1899-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-daqian/