ZHANG DAQIAN (1899-1983)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Zhang Daqian (Tchang Ta-ts'ien), qui mourut à Taibei le 2 avril 1983, âgé de quatre-vingt-quatre ans et entouré de la vénération nationale, passe pour avoir été le plus célèbre des peintres chinois contemporains. Sa renommée s'étendant des élites culturelles et politiques jusqu'à l'homme de la rue fit de lui une véritable institution. Le côté pittoresque du personnage, sa jovialité, son mode de vie opulent et anachronique, sa gourmandise proverbiale en vinrent à tenir une place presque aussi considérable que sa production elle-même, dont le succès lui valut de battre les records des cotations de la peinture chinoise contemporaine sur le marché international de l'art.

Il ne fit certes pas œuvre de novateur : sur l'arrière-plan bigarré des expérimentations des peintres chinois du xxe siècle à la recherche de la modernité, l'œuvre de Zhang Daqian apparaît plutôt comme l'incarnation vivante et intemporelle de formes et de valeurs esthétiques du passé. Le succès exceptionnel de son œuvre soulève ainsi, en dehors de son cas particulier, le problème de l'importance de la tradition dans le concept même de la création picturale en Chine.

Zhanq Daqian naquit en 1899 dans une famille aisée du Sichuan. Son talent artistique se manifesta très tôt : c'est dans son entourage familial qu'il reçut ses premières leçons de pinceau. Après une captivité de cent jours parmi une troupe de hors-la-loi, auxquels il réussit à faire apprécier ses talents de calligraphe, il fut envoyé par sa famille au Japon pour faire des études techniques de teinture textile. Il y pratiqua également la peinture. De retour en Chine en 1919, il fit une brève et malencontreuse expérience de vie religieuse ; il en conserva son nom bouddhique, Daqian, qu'il utilisa concurremment avec son nom civil, Zhang Yuan. Son frère aîné, Zhang Shanzi, peintre d'un certain renom, l'introduisit dans les milieux artistiques de Shanghai. Il n'y fut guère attiré par les écoles contemporaines, mais s'attacha à acquérir une érudition littéraire et épigraphique auprès de deux lettrés prestigieux, Ceng Xi (1861-1930) et Li Ruiqing (1 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification

Les derniers événements

1er-30 août 2019 • Chine • Radicalisation de la situation à Hong Kong.

de quelque cinq cents responsables politiques et économiques chinois et hongkongais à Shenzhen, sur l’initiative du Bureau des affaires de Hong Kong et Macao, illustre la préoccupation de Pékin au sujet de la crise dans la RAS. Celle-ci est qualifiée par Zhang Xiaoming, directeur de ce bureau [...] Lire la suite

19 juin 2018 • France • Condamnation des meurtriers d’un couturier chinois.

La cour d’assises des mineurs de Seine–Saint-Denis condamne les deux meurtriers du couturier chinois Chaolin Zhang, en août 2016 à Aubervilliers, qui avaient dix-neuf et dix-sept ans au moment des faits, à dix et quatre ans de prison pour vol avec violences ayant entraîné la mort, avec la circonstance aggravante de « racisme ».  [...] Lire la suite

10 novembre 2017 • France • Condamnation de l’agresseur d’un couturier chinois à Aubervilliers.

Le tribunal pour enfants de Bobigny condamne à cinq ans de prison, dont deux ferme, le mineur qui avait agressé un couturier chinois, Chaolin Zhang, à Aubervilliers (Seine–Saint-Denis), en août 2016. L’agresseur est reconnu coupable de vol avec violence ayant entraîné la mort, avec la circonstance aggravante du caractère raciste de son acte.  [...] Lire la suite

4 septembre 2016 • France • Manifestation de la communauté chinoise.

par la mort d’un artisan couturier chinois, Chaolin Zhang, agressé à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) le 7 août, cette initiative est une réaction à la multiplication des agressions contre les Asiatiques en Île-de-France, ainsi qu’aux préjugés dont ceux-ci se disent victimes. Les élus politiques et les associations antiracistes sont peu représentés à la manifestation.  [...] Lire la suite

15 mars 2012 • Chine • Limogeage du chef du P.C.C. à Chongqing.

congrès du P.C.C. à l'automne prochain, se voit reprocher ses méthodes de lutte contre la corruption et est soupçonné d'avoir spolié des entreprises. La chute de Bo Xilai, à la suite de celle de son bras droit en février, intervient en pleine transition politique à Pékin. Bo Xilai est remplacé par Zhang Dejiang, un vice-Premier ministre réputé conservateur.  [...] Lire la suite

13-29 avril 2003 • Chine • Adoption de mesures contre le SRAS en Chine.

limogent le ministre de la Santé Zhang Wenkang et le maire de Pékin Meng Xuenong, coupables d'avoir dissimulé l'étendue de l'épidémie de SRAS dans la capitale. Le bilan des malades et des morts est fortement réévalué. Les jours suivants, Pékin adopte des mesures visant à décourager les rassemblements [...] Lire la suite

25 janvier 1983 • Chine • Commutation de la peine de mort prononcée contre la veuve de Mao

La Cour suprême de Pékin annonce officiellement que les peines de mort prononcées contre Jiang Qing, veuve de Mao Zedong, et Zhang Chunqiao, ancien vice-Premier ministre, ont été commuées en détention à perpétuité. Le 25 janvier 1981, lors du procès de la « bande des Quatre », tous deux avaient été condamnés à la peine capitale, mais avec un sursis de deux ans.  [...] Lire la suite

19 novembre 1982 • Chine • Remaniement gouvernemental

Le 19, les ministres chinois des Affaires étrangères et de la Défense sont remplacés. Wu Xuequian, considéré comme un spécialiste des pays de l'Est, succède à Huang Hua aux Affaires étrangères. Au ministère de la Défense, le général Zhang Aiping remplace Geng Biao.  [...] Lire la suite

25 janvier 1981 • Chine • Fin du procès de la « bande des Quatre »

Le procès de la « bande des Quatre », à Pékin, s'achève par la condamnation à mort de deux des accusés, d'une part Jiang Qing, épouse de l'ancien président, d'autre part Zhang Chunquiao, considéré comme le maître à penser de la « Révolution culturelle ». Toutefois, l'exécution de cette peine [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie SIMONET, « ZHANG DAQIAN (1899-1983) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhang-daqian/