WISIGOTHS ou VISIGOTHS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « phase gauloise » (412-507)

À l'issue de quelques tentatives sans lendemain pour s'établir en Espagne et passer en Afrique du Nord, les Wisigoths, pour la première fois depuis leur départ d'Ukraine, se stabilisèrent dans le sud-ouest de la Gaule, où un foedus leur fut octroyé par Rome. C'est alors que se forma le « royaume de Toulouse », organisé par le roi wisigothique Théodoric Ier (418-451), qui périt aux champs Catalauniques en combattant les Huns aux côtés des Romains, des Francs et des Burgondes. Le roi Euric (466-484) poursuivit son œuvre, violant à plusieurs reprises le foedus afin d'agrandir son royaume dont les frontières furent repoussées jusqu'à la Loire et à l'Auvergne – la Septimanie (Languedoc-Roussillon) et la Novempopulanie (Gascogne-Béarn) ayant été conquises depuis 462 –, tandis que Rome confirmait le protectorat wisigothique sur l'ancienne province de Tarraconaise (Catalogne), en Espagne. C'était sans compter avec Clovis et les Francs qui, en 507, défirent à Vouillé les Wisigoths et leur roi Alaric II (484-507), « libérant » ainsi l'Aquitaine.

400 à 500. Royaumes barbares

Vidéo : 400 à 500. Royaumes barbares

Grandes Invasions. Division de l'Empire romain. Création de royaumes barbares en Chine.Au Ve siècle, des peuples nomades déferlent massivement sur l'Extrême-Orient et sur l'Occident. C'est la période dite des Grandes Invasions.En Chine tout d'abord, les royaumes barbares du nord sont... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Royaume wisigoth

Dessin : Royaume wisigoth

Les conquêtes des Wisigoths : du "royaume de Toulouse" (419-507) au "royaume de Tolède" (507-711). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Il était tentant de rechercher en Aquitaine et en Septimanie les traces archéologiques laissées par les Wisigoths au cours de leur long séjour, que ce soit dans les campagnes, où ils bénéficièrent du régime de l'« hospitalité » (octroi des deux tiers des terres où ils s'établirent), ou dans les villes (leurs capitales de Toulouse et de Bordeaux ayant été, selon les récits contemporains, de brillants foyers de civilisation). Jusqu'à une époque relativement récente, on a eu tendance à leur attribuer l'ensemble des objets découverts dans les cimetières « barbares » du sud-ouest de la France, et notamment les très belles garnitures de ceinture de bronze rencontrées en grand nombre dans ces régions. Certaines recherches ont en fait démontré que ces objets étaient postérieurs au départ des Wisigoths et devaient donc être rapportés à l'artisanat de l'Aquitaine devenue franque. On a également voulu attribuer un peu rapidement aux Wisigoths, parce qu'elles étaient censées appartenir au ve siècle, quelques rares fibules de type « gothique » découvertes en Aquitaine (G. Koenig, 1980), alors que leur chronologie s'avère plus ouverte et que leur stricte interprétation ethnique demeure douteuse (M. Kazanski, 1983).

Il faut donc se résoudre à admettre, dans l'état actuel des connaissances, que, durant leur séjour aquitain et septimanien qui a duré près d'un siècle, les Wisigoths ne se sont distingués des populations indigènes gallo-romaines ni par des coutumes funéraires propres, ni par une culture matérielle spécifique. Comme les Burgondes, au temps de l'indépendance de leur second royaume en Gaule (443-534), les Wisigoths vécurent « à la romaine », aussi bien dans les villes que dans les domaines ruraux où ils s'étaient répartis, n'ayant sans doute conservé à l'issue de leurs pérégrinations que de rares objets d'origine gothique, dont il n'est pas étonnant qu'ils échappent à l'enquête archéologique. L'archéologie confirme donc ici l'histoire, cette dernière témoignant de la romanisation politique et administrative des Wisigoths en Gaule qui, comme plus tard les Ostrogoths en Italie, demeurèrent des minorités dominantes et bien vite acculturées.

On a encore tenté de reconnaître les sanctuaires wisigothiques, enquête vouée à l'échec puisque les lieux de culte de l'arianisme n'avaient pas, comme on le sait, de dispositions architecturales ou liturgiques différentes de celles des églises catholiques. Il est par contre indéniable, ainsi qu'on l'a bien mis en évidence (E. James, 1977), que l'intermède wisigothique favorisa dans le sud-ouest de la Gaule la survivance brillante de la culture romaine tardive qu'illustre parfaitement la belle série de sarcophages aquitains en marbre décoré.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Royaume wisigoth

Royaume wisigoth
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Paire de fibules en forme d'aigle

Paire de fibules en forme d'aigle
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur du musée des Antiquités nationales, Saint-Germain-en-Laye

Classification

Autres références

«  WISIGOTHS ou VISIGOTHS  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 392 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La conquête »  : […] L'Afrique du Nord à peine conquise, son gouverneur Mūsā eut l'idée de détourner vers l'extérieur les forces vives de ces Berbères qui lui avaient opposé une si farouche résistance. En 711 (année 92 de l'hégire), il envoya, sous le commandement de Ṭāriq, 7 000 Berbères conquérir l'Espagne dont la richesse et les divisions promettaient un facile butin. L'écrasement imprévu du roi wisigoth Rodrigue […] Lire la suite

ANDRINOPLE BATAILLE D' (378)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 239 mots

La bataille d'Andrinople (Edirne, Turquie actuelle) constitue pour les Romains le plus grave désastre militaire du iv e  siècle. Les Goths, chassés du nord du Danube par les Huns, demandent en 376 asile à l'Empire. Mal accueillis en Thrace par les commandants régionaux, ils finissent par se révolter. Après trois ans d'opérations incertaines, l'empereur d'Orient Valens, qui a mal évalué leurs forc […] Lire la suite

ARCADIUS FLAVIUS PIUS FELIX (377-408) empereur d'Orient (395-408)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 500 mots

Fils aîné de l'empereur Théodose le Grand et de Aelia Flacilla, il est associé dès l'âge de six ans à l'Empire par son père et proclamé auguste. Cette désignation est confirmée par sa triple nomination de consul en 385, 392 et 394. De petite taille et chétif, Arcadius est confié à divers précepteurs renommés, tels le rhéteur Themistius et le diacre Arsénius qui l'instruisent dans la religion chrét […] Lire la suite

CHILDEBERT Ier (495 env.-558) roi des Francs (511-558)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 255 mots

Troisième fils de Clovis, Childebert devint, après la mort de son père en 511, roi d'une part du royaume franc qui s'étendait au bord de la Manche depuis la Somme jusqu'à l'Armorique et englobait à l'est Paris et peut-être Meaux ; en Aquitaine il tenait les cités de Bordeaux et de Saintes. Aux Wisigoths qui se maintenaient encore au sud de la Garonne, il réussit à arracher la plus grande partie de […] Lire la suite

CHILDÉRIC Ier (436 env.-481) roi des Francs Saliens (457-481)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 153 mots

Fils présumé de Mérovée et père de Clovis, Childéric I er fut l'un des premiers rois mérovingiens. Les Francs Saliens, ayant signé un traité d'alliance avec l'Empire romain, s'étaient installés en Belgique Seconde, dans le nord-ouest de la Gaule Belgique, entre la Meuse et la Somme, et avaient fait de Tournai leur capitale. Childéric I er , chassé par le peuple en révolte, passa quelques années e […] Lire la suite

DÉBUT DES GRANDES MIGRATIONS

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 203 mots

Dès le iii e  siècle avant notre ère, il y eut de multiples mouvements de peuples germaniques à partir de l'Europe du Nord, mais qui ne menacèrent pas directement le monde romain, sinon par des raids sans lendemain, notamment au milieu du iii e  siècle de notre ère. L'année 375 marque cependant la date traditionnelle du début des « Grandes Migrations », expression plus nuancée aujourd'hui préférée […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX
  •  • 6 379 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Espagne wisigothique et la naissance de la nation espagnole »  : […] Conquise par Rome aux iii e et ii e  siècles avant J.-C. et ayant longtemps bénéficié de la « paix romaine », l'Espagne doit sa naissance, comme entité politique, au choc des invasions barbares. En 409, des envahisseurs, composés surtout de Vandales et de Suèves, déferlent au sud des Pyrénées ; pour les chasser de la péninsule, l'empereur Honorius fait appel aux Wisigoths, déjà établis comme « f […] Lire la suite

ESPAGNE MUSULMANE

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 182 mots
  •  • 1 média

En 711, le gouverneur omeyyade de Kairouan, Mūsā ibn Nusayr, envoie dans la péninsule Ibérique une troupe de sept mille Berbères dirigée par Tāriq ibn Ziyād. Les chroniques arabes racontent que Julien, un comte wisigoth fâché contre le roi Rodéric, les y aurait invités. Tariq, qui a laissé son nom à Gibraltar ( Djabal Tāriq , « la montagne de Tāriq »), défait les troupes wisigothiques et s'empare […] Lire la suite

GALICE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 3 522 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre l'Orient et l'Occident »  : […] Ce jeu d'alternance s'observe à partir de l'Antiquité. Sous l'autorité de Rome, les régions périphériques de l'Espagne, la Tarraconaise et la Bétique surtout mais aussi la Galice, participèrent à de larges courants d'échanges. Ainsi cette dernière région entretint avec l'Afrique, et parfois même avec l'Orient, des relations qui s'intensifièrent encore à l'époque paléochrétienne. La volonté de reno […] Lire la suite

GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art

  • Écrit par 
  • Michel KAZANSKI
  •  • 4 235 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'époque des grandes migrations et le haut Moyen Âge (dernier tiers du IVe s.-VIIe s.) »  : […] En 375, l' invasion des steppes d'Europe orientale par les Huns , venus de la région de la Volga, provoque un déséquilibre des forces politiques du monde barbare. Elle déclenche les premières migrations qui vont profondément changer la carte politique et ethnique de l'Europe. Les Germains orientaux prennent une part active à la première phase des grandes migrations (entre 375 et 454), de telle so […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick PÉRIN, « WISIGOTHS ou VISIGOTHS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/wisigoths-visigoths/