BRANDT WILLY (1913-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'un milieu modeste, Willy Brandt a été l'un des hommes politiques les plus marquants de l'Allemagne après 1945. Contraint à l'exil, il a eu le courage de résister très tôt au nazisme. Maire de Berlin-Ouest (1957-1966), il incarnait la lutte de la liberté contre le totalitarisme soviétique, tout en recherchant le rapprochement avec la République démocratique allemande et les pays de l'Est. Ministre des Affaires étrangères (1966-1969) et chancelier (1969-1974), il a mis en œuvre l'Ostpolitik qui préparait la réunification allemande, réalisée en 1990.

Campagne électorale de Willy Brandt, 1961

Photographie : Campagne électorale de Willy Brandt, 1961

Ces affiches électorales portant le slogan «En avant avec Willy Brandt», placées sous un panneau signalant une impasse, semblent prédire l'échec que subira le candidat social-démocrate (S.P.D.) face à Konrad Adenauer (C.D.U.), lors des élections de 1961 à la chancellerie. De nouveau... 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le temps de l'exil

Enfant naturel, né à Lübeck le 18 décembre 1913, il s'appelle en réalité Herbert Frahm, sa mère étant vendeuse et son père putatif comptable. Il est très marqué par son grand-père, un militant socialiste, ancien valet de ferme, et par l'avocat Julius Leber, alsacien d'origine, député de Lübeck, exécuté sous le IIIe Reich pour son opposition à Hitler. Grâce à de bons résultats scolaires, Herbert Frahm obtient une bourse qui lui permet d'entrer au lycée et de passer le baccalauréat ; journaliste dans l'âme, il écrit déjà des articles. Membre du Parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Deutschland, S.P.D.) depuis 1930, mais très vite contestataire, il fonde une organisation dissidente appelée Parti socialiste des travailleurs (Sozialistische Arbeiterpartei, S.A.P.). qui s'oppose ouvertement aux nazis. Pour échapper à la Gestapo qui menace de l'exécuter, il part en exil le 1er avril 1933, pour le Danemark puis la Norvège. Il se donne un pseudonyme qu'il ne quittera plus : Willy Brandt. Étudiant puis journaliste en Norvège, il s'intègre très rapidement à son nouveau milieu grâce à ses contacts avec les sociaux-démocrates norvégiens. Il parcourt l'Europe, il « couvre » la guerre d'Espagne du côté des républicains, il assume des missions clandestines délicates au nom du S.A.P. et du S.P.D. Quand les troupes allemandes envahissent la Norvège en avril 1940, Willy Brandt, déchu de sa nationalité allemande et encore apatride (il obtiendra par la suite la nationalité norvégienne), choisit un second exil, Stockholm et la Suède, pays neutre où il va rencontrer de nombreuses personnalités de la gauche européenne qui joueront un rôle de premier plan après 1945 dans leurs pays respectifs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Campagne électorale de Willy Brandt, 1961

Campagne électorale de Willy Brandt, 1961
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

John F. Kennedy à Berlin, 1963

John F. Kennedy à Berlin, 1963
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Construction du Mur de Berlin, 1961

Construction du Mur de Berlin, 1961
Crédits : National Archives

vidéo

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRANDT WILLY (1913-1992)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La R.D.A. et l'Ostpolitik du chancelier Brandt »  : […] À Bonn, la victoire du S.P.D. aux élections législatives et l'arrivée de Willy Brandt, le 28 octobre 1969, à la chancellerie relancèrent la possibilité de négociations bilatérales au niveau des gouvernements des deux Allemagnes, qui devaient aboutir à une coopération contractuelle. Dans sa déclaration d'investiture, le chancelier pressenti précisa devant le Bundestag que son gouvernement n'entend […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 229 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vers la réunification »  : […] L'ancrage à l'Ouest de la République fédérale n'avait jamais fait disparaître une autre préoccupation, celle de la réunification. Deux aspects essentiels de la politique extérieure sont ici liés. D'un côté, le désir de tranquillité : loin de vouloir, comme la Grande-Bretagne et la France, répondre à la question « Comment peut-on continuer à exercer une influence mondiale quand on a cessé d'être un […] Lire la suite

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

  • Écrit par 
  • André FONTAINE, 
  • Pierre MELANDRI, 
  • Guillaume PARMENTIER
  • , Universalis
  •  • 16 046 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Une nouvelle politique américaine »  : […] Au début de 1969, en effet, une nouvelle administration arrivait au pouvoir aux États-Unis, qui était persuadée que le seul moyen de préserver un leadership américain durement atteint était de construire une « structure stable de paix », reposant sur une redéfinition profonde des relations économiques et monétaires avec ses alliés, mais aussi l'instauration de nouveaux rapports avec le camp oppos […] Lire la suite

SCHMIDT HELMUT (1918-2015)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 792 mots
  •  • 1 média

Cinquième chancelier (1974-1982) de la république fédérale d'Allemagne. Né à Hambourg, d'un père professeur puis directeur d'école, Helmut Schmidt fait ses études secondaires à la célèbre Lichtwarkschule de la ville hanséatique et passe son baccalauréat en 1937. Il ne reprendra ses études que dix ans plus tard car, après le service du travail du Reich et le service militaire, il fait la guerre, q […] Lire la suite

WEHNER HERBERT (1906-1990)

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 889 mots

Figure marquante de la social-démocratie en république fédérale d'Allemagne, Herbert Wehner est mort à Bad Godesberg, près de Bonn, le 19 janvier 1990, à l'âge de quatre-vingt-trois ans. Cet homme politique sévère, froid, distant et redouté, qui, à cause de son passé communiste, avait suscité des réactions passionnelles, est parti respecté de tous. Fils d'un cordonnier social-démocrate, il est né […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri MÉNUDIER, « BRANDT WILLY - (1913-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/willy-brandt/