KELVIN WILLIAM THOMSON lord (1824-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et la carrière de lord Kelvin

William Thomson naquit à Belfast, en Irlande. Son père, James Thomson, qui enseignait alors les mathématiques à la Royal Academical Institution de Belfast, devint professeur à l'université de Glasgow en 1832. William étudia dans cette université, à laquelle il demeura lié intimement durant toute sa vie. Toutefois, en 1841, il fut admis au collège Peterhouse de Cambridge, où il reçut, en 1845, le grade de Second Wrangler (c'est-à-dire second de la division supérieure) et gagna le Smith's Prize. Il vint quelque temps à Paris, en 1846, auprès de Henri Regnault, pour développer ses aptitudes au travail de laboratoire.

Il fut nommé en 1846 professeur de « philosophie naturelle » à Glasgow, fonction qu'il n'abandonna qu'en 1899, au terme d'une carrière éclatante par la direction qu'il imprima à la recherche et à l'enseignement de la physique. C'est à Cambridge qu'il avait noué les premières de ses nombreuses amitiés scientifiques, notamment avec George Gabriel Stokes (1819-1903). Il ne cessa d'y publier des mémoires avant même d'avoir obtenu son premier grade. Il devait, par la suite, rencontrer James Prescott Joule (1818-1889) et poursuivre avec lui une admirable collaboration qui illustre bien le talent qu'il eut toute sa vie pour susciter des amitiés professionnelles. Il se déplaçait souvent entre Glasgow et Londres comme membre assidu de maintes sociétés officielles et de savants. Fellow de la Royal Society en 1851, il en sera le président de 1890 à 1895 ; en outre, il fut élu dans la plupart des principales académies savantes du monde entier. Il fut fait chevalier en 1866 et élevé en 1892 à la pairie sous le titre de baron Kelvin of Largs. Il appartint à la première promotion de l'Order of Merit en 1902. Il mourut à Glasgow et fut inhumé à Westminster Abbey.

George Stokes

Photographie : George Stokes

Le physicien et mathématicien britannique George Gabriel Stokes (1819-1903), vers 1890. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

James Prescott Joule

Photographie : James Prescott Joule

Le physicien britannique James Prescott Joule (1818-1889) compte parmi les plus importants fondateurs de la thermodynamique. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Lord Kelvin

Lord Kelvin
Crédits : Herbert Barraud/ Getty Images

photographie

George Stokes

George Stokes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

James Prescott Joule

James Prescott Joule
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Charles Wheatstone

Charles Wheatstone
Crédits : W. H. Mote/ Wellcome collection ; CC BY 4,0

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : lecteur en histoire des sciences, The Royal Institution, Royaume-Uni

Classification

Autres références

«  KELVIN WILLIAM THOMSON lord (1824-1907)  » est également traité dans :

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 142 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La rigueur de la physique »  : […] La lointaine origine de ce débat remontait à des réflexions de Georges Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788), qui s’était lui-même inspiré de René Descartes (1596-1650) et de Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) pour postuler que la Terre avait initialement été une masse en fusion arrachée du Soleil lors de l’impact d’une comète. L’idée de Buffon fut alors de mesurer les vitesses de refroid […] Lire la suite

ASYMPTOTIQUES CALCULS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La méthode de la phase stationnaire »  : […] La méthode de la phase stationnaire a été utilisée par lord Kelvin en 1887, à propos de problèmes d'hydrodynamique, pour étudier des intégrales du type : où g et h sont des fonctions très régulières dans ( a ,  b ) ; dans les applications physiques, g  ( x ) apparaît comme l'amplitude et th ( x ) comme la phase du phénomène considéré. L'idée essentielle de Stokes et Kelvin est que la partie préd […] Lire la suite

CALCUL ET RATIONALISATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 732 mots

1623 L'astronome allemand Wilhelm Schickard invente une « horloge à calcul ». Mais celle-ci disparaît dans un incendie et Schickard ne poursuit pas ce projet qui n'aura donc aucune influence historique. 1637 René Descartes, dans le Discours de la méthode , définit la méthode rationnelle de résolution des problèmes : diviser chaque difficulté en opérations ou en éléments aussi simples que possibl […] Lire la suite

CARNOT SADI (1796-1832)

  • Écrit par 
  • Robert FOX
  •  • 838 mots

Dans le chapitre « Un pionnier de la thermodynamique »  : […] En dépit de l'importance qu'elle prit, trente ans plus tard, dans le développement de la thermodynamique, la théorie de Carnot fut pratiquement ignorée de son temps. Cela est dû au fait que les Réflexions envisageaient une machine à feu idéale, étudiée dans des conditions irréalisables, et non une machine capricieuse, inefficace, mais réelle, que les ingénieurs auraient eu à mettre au point. Il n […] Lire la suite

DARWIN CHARLES ROBERT (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Universalis
  •  • 3 131 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le darwinisme et ses adversaires »  : […] On a parfois contesté l'originalité de l'œuvre de Darwin. Il est bien évident que l'idée d'évolution lui est bien antérieure et qu'il eut des devanciers illustres. Mais Darwin, en apportant des preuves multiples de l'évolution, la débarrassa surtout de toute fantaisie et de toute finalité et en fournit le premier une interprétation scientifique qui pouvait s'imposer au monde. Quant à la notion de […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Certaines disciplines sont descriptives : astronomie, anatomie, zoologie. Une description peut être plus qu'une simple collection non ordonnée de faits ou de données, l'exemple des taxinomies le montre. La géographie comporte une partie descriptive ; les cartes sont de pures descriptions. Une partie de la science économique est consacrée à décrire des institutions ; une autre (les théories) est co […] Lire la suite

ÉTHER

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 5 546 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éther de Maxwell et la théorie électromagnétique »  : […] Le but de Maxwell est tout d'abord « d'expliquer et d'illustrer l'idée de ligne de force par des analogies hydrodynamiques ». Il réintroduit donc l'idée de tourbillons et forge un modèle d'éther dont les propriétés mécaniques peuvent se traduire, mathématiquement, par les équations de sa théorie. L'énergie du champ sera analogue à l'énergie mécanique issue des propriétés de l'éther. L'éther de Ma […] Lire la suite

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Équilibre gravitationnel et relaxation de l'énergie dans les étoiles »  : […] Après la percée décisive que constituait la mesure de G, l'interprétation physique des phénomènes gravitationnels progressa peu durant près d'un siècle, si l'on excepte quelques spéculations audacieuses qui préfiguraient la théorie moderne des trous noirs : John Michell lui-même, dès 1784, puis Pierre Simon de Laplace, en 1796, montrèrent qu'un corps suffisamment massif et compact pourrait avoir […] Lire la suite

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Ondes sismiques

  • Écrit par 
  • Michel CARA
  •  • 5 200 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure globale de la Terre »  : […] Le fait que des ondes sismiques puissent se propager sur de grandes distances fut une surprise pour les physiciens qui ont suspecté le phénomène au début du xix e  siècle. En 1889, Ernst von Rebeur Paschwitz (1861-1895) observa en Allemagne des ondes sismiques provenant d'un séisme ayant eu lieu au Japon. Il devint alors évident qu'un ébranlement sismique pouvait se propager à travers la Terre en […] Lire la suite

SILLAGE, physique des fluides

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 338 mots
  •  • 1 média

Chacun sait que les objets qui se déplacent à la surface d'un liquide créent un sillage de vagues formant un V . L'analyse physique de ce phénomène par lord Kelvin en 1887 avait conclu que l'angle d'ouverture de ce V est indépendant de la taille et de la vitesse du mobile, et précisément égal à 38,94. Depuis cent vingt-cinq ans, personne n'avait remis en cause ce résultat. Pourtant deux enseigna […] Lire la suite

Pour citer l’article

Franck GREENAWAY, « KELVIN WILLIAM THOMSON lord (1824-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-kelvin/