KELVIN WILLIAM THOMSON lord (1824-1907)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lord Kelvin

Lord Kelvin
Crédits : Herbert Barraud/ Getty Images

photographie

George Stokes

George Stokes
Crédits : Hulton Getty

photographie

James Prescott Joule

James Prescott Joule
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Charles Wheatstone

Charles Wheatstone
Crédits : Hulton Getty

photographie


William Thomson, connu aussi sous le nom de lord Kelvin, est l'un des plus célèbres physiciens britanniques du xixe siècle. Parce que ses intérêts scientifiques étaient très divers, il participa activement au progrès des diverses branches de la physique théorique et appliquée qui marqua si profondément son époque. Mais sa formation première et son activité universitaire rendent davantage raison de son originalité et de son influence. Sa connaissance de l'analyse mathématique le mettait à même de saisir, mieux que beaucoup d'autres, les problèmes nouveaux posés à la théorie physique. Son sens de l'enseignement le portait à trouver des solutions dans le domaine expérimental et à les exploiter complètement.

Lord Kelvin

Lord Kelvin

photographie

William Thomson, plus connu sous son titre de lord Kelvin (1824-1907), est l'un des plus célèbres physiciens britanniques du XIXe siècle. 

Crédits : Herbert Barraud/ Getty Images

Afficher

Ses contributions à l'étude des phénomènes électriques et à la mise en forme de la thermodynamique illustrent le premier de ces aspects. Ses interventions répétées et efficaces au sujet des définitions des unités électriques et des échelles thermométriques sont caractéristiques du second, dont l'importance est capitale.

Conférencier  très  communicatif lorsqu'il s'adressait à un public savant, William Thomson était cependant moins heureux avec les auditoires de débutants. Mais ce n'est là qu'une preuve supplémentaire de la profondeur où se situait sa recherche, et son œuvre demeure l'illustration exemplaire de l'union de l'expérimentation et de la mathématique au bénéfice de la physique moderne.

La vie et la carrière de lord Kelvin

William Thomson naquit à Belfast, en Irlande. Son père, James Thomson, qui enseignait alors les mathématiques à la Royal Academical Institution de Belfast, devint professeur à l'université de Glasgow en 1832. William étudia dans cette université, à laquelle il demeura lié intimement durant toute sa vie. Toutefois, en 1841, il fut admis au collège Peterhouse de Cambridge, où il reçut, en 1845, le grade de Second Wrangler (c'est-à-dire second de la division supérieure) et gagna le Smith's Prize. Il vint quelque temps à Paris, en 1846, auprès de He [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : lecteur en histoire des sciences, The Royal Institution, Grande-Bretagne

Classification


Autres références

«  KELVIN WILLIAM THOMSON lord (1824-1907)  » est également traité dans :

ASYMPTOTIQUES CALCULS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La méthode de la phase stationnaire »  : […] La méthode de la phase stationnaire a été utilisée par lord Kelvin en 1887, à propos de problèmes d'hydrodynamique, pour étudier des intégrales du type :g et h sont des fonctions très régulières dans (ab) ; dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calculs-asymptotiques/#i_2974

CALCUL ET RATIONALISATION - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 732 mots

1874 Lord Kelvin construit le premier calculateur analogique, un prédicteur de marées mécanique appliquant les principes de l'analyse harmonique. Cette filière de calcul se développera pendant un siècle, parallèlement au calcul numérique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-et-rationalisation-reperes-chronologiques/#i_2974

CARNOT SADI (1796-1832)

  • Écrit par 
  • Robert FOX
  •  • 838 mots

Dans le chapitre « Un pionnier de la thermodynamique »  : […] la présentant sous une forme plus analytique. C'est à travers cet article que Clausius et Thomson, vers 1850, prirent connaissance de l'œuvre du précurseur. Tout à fait indépendamment, et simultanément, les deux savants purent alors concilier la théorie de Carnot et l'idée toute nouvelle à l'époque que toutes les formes de l'énergie – chaleur et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadi-carnot/#i_2974

DARWIN CHARLES ROBERT (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Universalis
  •  • 3 131 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le darwinisme et ses adversaires »  : […] justifier leurs principes et leurs programmes. Enfin, si les idées darwiniennes reçurent très vite un accueil enthousiaste de la plupart des biologistes, certains hommes de science s'acharnèrent (comme F. Jenkin et lord Kelvin) et s'acharnent parfois (néo-lamarckiens, créationnistes...) à réduire leur portée ou à contester la validité du darwinisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-robert-darwin/#i_2974

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

de la figure et du mouvement d'un système matériel. Telle est encore l'opinion de lord Kelvin (1894) : « Si je puis faire un modèle mécanique, je comprends ; tant que je ne puis pas faire un modèle mécanique, je ne comprends pas. » À l'opposé de ceux qui pensent que des concepts abstraits des sciences physiques (par exemple points matériels et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/description-et-explication/#i_2974

ÉTHER

  • Écrit par 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  •  • 5 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'éther de Maxwell et la théorie électromagnétique »  : […] Au contraire, William Thomson (lord Kelvin) reste fidèle à une représentation mécanique des forces électriques et magnétiques. Après James MacCullagh, il a proposé, par exemple, un modèle « gyrostatique » d'éther : la réaction élastique de l'éther offre alors une résistance aux rotations locales. D'une manière un peu différente, Helmholtz assimile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ether/#i_2974

GÉOTHERMIE

  • Écrit par 
  • Jean GOGUEL, 
  • Jacques VARET
  •  • 14 591 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Interprétation géophysique »  : […] par sa longueur, paraît-il aujourd'hui ridiculement court. Les mêmes calculs repris par Joseph Fourier, puis par William Thomson (lord Kelvin), conduisaient à quelques dizaines de millions d'années ; mais Kelvin se heurtait à l'impossibilité d'expliquer l'origine de l'énergie rayonnée par le Soleil pendant une telle durée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geothermie/#i_2974

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 943 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Équilibre gravitationnel et relaxation de l'énergie dans les étoiles »  : […] (cela contraste avec la température observée à la surface, quelques milliers de degrés seulement). William Thomson (qui devint plus tard lord Kelvin) fut le premier à entreprendre sérieusement des recherches dans cette direction, en 1863. Reprenant une suggestion antérieure mais non publiée de Hermann von Helmholtz, Thomson évalua l'énergie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravitation-et-astrophysique/#i_2974

SÉISMES ET SISMOLOGIE - Ondes sismiques

  • Écrit par 
  • Michel CARA
  •  • 4 882 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Structure globale de la Terre »  : […] du globe, qui permet aux ondes S de s'y propager, avait été proposée plus tôt par le physicien anglais lord Kelvin, sur fond de débat scientifique entre les partisans du « feu central » avec une Terre en fusion sous une mince écorce terrestre et ceux défendant une Terre rigide (Deparis et Legros, 2000). Lord Kelvin a montré en 1863 que pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seismes-et-sismologie-ondes-sismiques/#i_2974

SILLAGE, physique des fluides

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 338 mots
  •  • 1 média

. L'analyse physique de ce phénomène par lord Kelvin en 1887 avait conclu que l'angle d'ouverture de ce V est indépendant de la taille et de la vitesse du mobile, et précisément égal à 38,94. Depuis cent vingt-cinq ans, personne n'avait remis en cause ce résultat. Pourtant deux enseignants-chercheurs du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sillage-physique-des-fluides/#i_2974

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 141 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La rigueur de la physique »  : […] de toute application au refroidissement de la Terre. Grand admirateur de Fourier, Kelvin fut plus audacieux en s’appuyant également sur les deux principes de la thermodynamique entre-temps énoncés (conservation de l’énergie et augmentation d’entropie d’un système isolé). En supposant assez arbitrairement que la température initiale de la Terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_2974

THERMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHÉRON
  •  • 4 738 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Température »  : […] Ce n’est qu’en 1848 que Kelvin retrouve cette valeur en utilisant une machine de Carnot comme thermomètre. L’échelle de température « absolue » qui porte son nom est en parfait accord avec les valeurs obtenues avec le thermomètre à gaz. Pour des raisons pratiques, Kelvin choisit le système de graduation du thermomètre de Celsius, ce qui conduit à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermique/#i_2974

THERMODYNAMIQUE - Lois fondamentales

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 3 737 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le second principe »  : […] Toutefois, comme il s'y trouvait exposé dans l'ancien langage du calorique, il a fallu toute la perspicacité de E. Clapeyron et de W. Thomson (lord Kelvin) pour le redécouvrir dans l'œuvre originale, au cours des années 1834 pour le premier, et 1848-1849 pour le second […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-lois-fondamentales/#i_2974

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles linéaires

  • Écrit par 
  • Jacques CHANU
  •  • 2 493 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Couplage dans les solides »  : […] que le formalisme thermodynamique permet de comprendre pourquoi le raisonnement de lord Kelvin – en dépit de ce qu'il partageait les phénomènes thermiques en irréversibles (effet Joule, conduction thermique), et en réversibles (effets Peltier et Thomson) – a conduit son auteur à des expressions formellement exactes. Si on écrit la dissipation Tσ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-processus-irreversibles-lineaires/#i_2974

Voir aussi

Pour citer l’article

Franck GREENAWAY, « KELVIN WILLIAM THOMSON lord (1824-1907) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-kelvin/