SEBALD W. G. (1944-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'art après la catastrophe

Invité en 1997 à l'université de Zurich, Sebald choisit comme sujet de ses conférences la « Guerre aérienne et [la] littérature ». Le texte, légèrement remanié, parut en Allemagne deux ans plus tard sous le même titre. L'auteur pouvait-il prévoir que ses essais, souvent mal interprétés, allaient contribuer à ouvrir un vaste débat non seulement sur la place réservée par les écrivains allemands de l'après-guerre à la dévastation du territoire allemand et à l'éradication des villes, mais aussi à l'espace dévolu dans la mémoire collective aux victimes civiles allemandes des bombardements et des expulsions des territoires de l'Est du Reich ?

Remarquant que la justification stratégique et morale des bombardements aériens illimités sur les villes allemandes n'a jamais été abordée par les écrivains allemands de l'après-guerre, Sebald fait observer qu'un peuple « qui avait assassiné et exploité jusqu'à la mort des millions d'hommes était dans l'impossibilité d'exiger des puissances victorieuses qu'elles rendent des comptes sur la logique d'une politique militaire ayant dicté l'éradication des villes allemandes ». Mais il rappelle en même temps l'apathie relevée par certains observateurs (Max Frisch ou Alfred Döblin par exemple) dans les mois qui suivirent la capitulation de l'Allemagne. Apathie et amnésie qui deviennent le moyen d'éliminer les ruines encore fumantes pour construire un monde nouveau. Comme si, dit Sebald, « la destruction totale [n'apparaissait] pas comme une aberration totale, mais comme la première étape d'une reconstruction réussie ». L'Allemagne s'adonne à la reconstruction, avec héroïsme. En silence. En taisant l'éradication des grands centres urbains, comme elle tait les crimes nazis.

Le problème soulevé dans cet essai est à la fois éthique et esthétique. S'appuyant sur le Docteur Faustus de Thomas Mann et sur une conception de l'art qui dévoile une vision apocalyptique du monde sans faire l'impasse sur sa propre implication, Sebald constate que la littérature d'après guerre, à quelques exceptions près, n'a pas su ou voulu comprendre le problème fondamental de l'art après la catastrophe absolue : lorsque la folie des hommes a provoqué le chaos total, l'art, et la littérature ont-ils encore la possibilité de représenter l'inimaginable, de transmettre de façon sensible, sans vouloir nécessairement lui donner un sens, l'incommensurable horreur de l'histoire ? La fiction romanesque, le récit traditionnel, dit Sebald, ne sauraient être ici une catégorie esthétique adéquate. Le postulat de Sebald – porter un regard presque impersonnel, mais cependant empathique, neutre mais pas indifférent sur la catastrophe historique et sur les souffrances qui lui sont liées – implique que l'écriture devienne elle-même le médium de la catastrophe, en intégrant dans sa forme même la puissance destructrice.

C'est précisément sur cette conception de l'écriture et de la littérature que revient Sebald dans les cinq récits qui composent Logis in einem Landhaus (Séjours à la campagne, 1998). De grandes figures de la littérature plus ou moins ensevelies sous les déjections du passé ou prisonnières des archives de l'histoire (Johann Peter Hebel, Gottfried Keller, Robert Walser, Eduard Mörike, Jean-Jacques Rousseau) partagent, comme Stendhal et Kafka dans Vertiges, l'expérience de l'exil, de l'errance et du déracinement : exil de Rousseau, chassé de Genève et réfugié sur l'île de Saint-Pierre, recours à la résistance esthétique chez Mörike – « un réflexe de survie consistant à faire le mort » –, rejet de la société capitaliste chez Keller, l'« étrangeté » d'une langue « extrêmement sophistiquée » chez Hebel, ou refus de soi chez Walser, « retranché dans son terrier » d'écriture et de silence à l'asile d'Herisau. Ces écrivains aux prises, dans leur chair, avec la modernité, mettent en évidence les symptômes de la menace d'anéantissement qu'elle fait peser sur eux. Conscients que la nature et les hommes régulièrement saccagés par la guerre, le progrès technique et la modernité sont soumis à un principe de destruction perpétuelle, ils ont, sans doute comme Sebald lui-même, osé l'utopie « d'un monde maintenu en équilibre » et, comme Walser, ont trou [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

Classification

Autres références

«  SEBALD W. G. (1944-2001)  » est également traité dans :

AUSTERLITZ (W. G. Sebald) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 966 mots

La disparition brutale de W. G. Sebald en 2001, à l'âge de cinquante-sept ans, a mis un terme prématuré à une œuvre qui, en quatre livres majeurs, avait ouvert la voie à une nouvelle écriture narrative. Sa poétique du récit s'est fixée pour mission d'exhumer les fragments engloutis du passé, car « le monde pour ains […] Lire la suite

DE LA DESTRUCTION COMME ÉLÉMENT DE L'HISTOIRE NATURELLE (W. G. Sebald)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 978 mots

Invité en 1997 à l'université de Zurich, W. G. Sebald choisit comme sujet de ses conférences la « Guerre aérienne et [la] littérature ». Le texte légèrement remanié parut en Allemagne deux ans plus tard sous le même titre (De la destruction comme élément de l'histoire naturelle, trad. P. Charbonneau, Actes Sud, Arles, 2004). L'auteur pouvait-il prévoir que ses essais, souvent m […] Lire la suite

LES ÉMIGRANTS et LES ANNEAUX DE SATURNE (W. G. Sebald)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 105 mots
  •  • 1 média

En 1999, la traduction des deux livres publiés en allemand par W. G. Sebald – Les Émigrants (trad. Patrick Charbonneau, Actes sud) et Les Anneaux de Saturne (trad. Bernard Kreiss, Actes sud,) – a suscité en France un très vif intérêt après avoir rencontré aux États-Unis un grand succès. Qualifiés par leur auteur de fictions, ces ouvrages se fondent sur des r […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La fin d'une époque »  : […] Les années 1990 ont vu mourir les grandes voix de la littérature allemande de l'après-guerre, d'Elias Canetti (1905-1994) à Heiner Müller (1929-1995), en passant par Thomas Bernhard (1931-1989), Max Frisch (1911-1991), Hans Sahl (1902-1993), Stephan Hermlin (1915-1997) et Stefan Heym (1913-2001), des écrivains qui pour la plupart ont été les témoins des heures les plus sinistres de l'histoire alle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole BARY, « SEBALD W. G. - (1944-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/w-g-sebald/