SEBALD W. G. (1944-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La disparition de W. G. Sebald en 2001, à l'âge de cinquante-sept ans, a mis un terme prématuré à une œuvre qui – en quelques livres majeurs – ouvrait la voie à une nouvelle écriture narrative. Né en 1944 en Allgäu, il avait quitté l'Allemagne – et en quelque sorte rompu avec elle, mais pas avec sa langue – dans les années 1960, pour la Suisse, la France et finalement l'Angleterre où il s'installa en 1966 et enseigna à partir de 1970 à l'University of East Anglia à Norwich, jusqu'à sa mort tragique dans un accident. Ses récits racontent des voyages, des recherches, des découvertes, ils naissent d'associations d'idées et d'images, d'histoires et de photos. Ils se déroulent comme les pérégrinations des nomades qui semblent aller au petit bonheur dans le désert, alors que leurs repères intérieurs guident leurs pas avec une extrême précision. Sa poétique s'est fixée pour mission d'exhumer les fragments du passé engloutis dans l'oubli. Car « le monde pour ainsi dire se vide de lui-même à mesure que plus personne n'entend, ne consigne, ni ne raconte les histoires attachées à tous ces lieux et ces objets innombrables qui n'ont pas, eux, la capacité de se souvenir ».

W. G. Sebald

Photographie : W. G. Sebald

Dans des récits qui tiennent à la fois de l'enquête et du récit de voyage, W. G. Sebald se fait narrateur-archiviste pour évoquer les drames du XXe siècle. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

Un archéologue de la mémoire

Tour à tour archiviste, pèlerin ou confesseur, W. G. Sebald remonte les strates de l'histoire, essentiellement de l'histoire allemande et juive, détecte leurs correspondances cachées et leurs épiphanies. Entre fiction et document, ses livres ne sont jamais la transcription brute de ce qui lui est confié. Son imagination alliée à sa sensibilité réunit verbe et image, textes et photographies – prises par l'auteur lui-même – en une mosaïque de souvenirs oubliés ou refoulés. Archéologue de la mémoire, il est en empathie avec ceux qui, au xxe siècle « ont disparu ou ont été sauvés ».

W. G. Sebald

Photographie : W. G. Sebald

Dans des récits qui tiennent à la fois de l'enquête et du récit de voyage, W. G. Sebald se fait narrateur-archiviste pour évoquer les drames du XXe siècle. 

Crédits : Ulf Andersen/ Getty Images

Afficher

Risque-t-on le malentendu ou le contresens lorsqu'on ne découvre pas les différents éléments d'une œuvre dans l'ordre chronologique de leur conception et de leur publication ? C'est une question que pourrait légitimement se poser le lecteur de Sebald non germanophone, puisque ses grandes œuvres de fiction lui ont été accessibles avant les essais, et surtout avant le long poème (D'après nature [Nach der Natur], 1988) paru en traduction française six ans après sa mort.

« Poème élémentaire », indique le sous-titre. Nach der Natur est un texte programmatique, à la lecture duquel on prend conscience que la catastrophe absolue constitue le fondement de l'œuvre dans son intégralité. Ce poème en est le texte fédérateur, la première traversée du temps et du monde de ce grand arpenteur. Trois vies s'y déploient sous forme de triptyque ; celles du peintre Grünewald, du naturaliste Georg Wilhelm Steller, et de Sebald lui-même. Dans une écriture poétique narrative qui emprunte à la fois à l'histoire et à l'intime, Sebald entrecroise le tragique de la condition humaine et les destinées individuelles. La dernière partie du triptyque plonge au cœur des ténèbres de l'Allemagne, dans cette année 1944, cadre de l'effondrement du Reich et de la naissance de l'écrivain. Cette relation mortifère de la vie surgissant dans la descente aux enfers de l'Allemagne est le fil conducteur de l'œuvre tout entière.

C'est son errance et son désarroi qu'il exprime dans Vertiges (1990), un récit de la mélancolie, lorsqu'il évoque dans le cadre majestueux d'un paysage italien le déracinement et l'angoisse de Stendhal et Kafka. Entre documentaire et fiction, Les Émigrants (1992) retrace le parcours de quatre exilés qui ont un jour croisé le chemin de l'auteur. Comme lui, ils sont restés des déracinés, comme lui la mort les fauchera en pleine maturité. Pour se remettre de la dépression dans laquelle la confrontation avec l'Allemagne nazie l'avait plongé pendant la rédaction de cet ouvrage, Sebald arpenta, à pied, l'est de l'Angleterre. C'est de cette équipée pleine de surprises et mystères que naquit son troisième récit, Les Anneaux de Saturne (1995). En chemin, l'écrivain avait croisé le souvenir de Thomas Browne, un philosophe et savant du xviie siècle, qui résida comme lui à Norwich.

Revenant à son thème fondamental, le déracinement, Sebald trace dans son œuvre majeure, Austerlitz (2001), le portrait d'un déraciné, dont le seul refuge possible est le passé. En cercles concentriques de plus en plus étroits, le narrateur-auteur s'approche de cet homme, Jacques Austerlitz, dont il va retracer l'histoire : celle d'un enfant juif venant de Prague avec l'un des derniers convois de refugiés, qui sera adopté par un pasteur et sa femme, et dépouillé de son identité. Le narrateur, dans la posture d'un psychanalyste attentif mais silencieux, va susciter lors de chaque rencontre une remontée de plus en plus profonde dans le passé d'Austerlitz. Il accompagne ainsi le lecteur dans un parcours labyrinthique au terme duquel Jacques Austerlitz se sera, peut-être, réapproprié son histoire et son identité, tout comme il guide dans le dédale angoissant des escaliers, couloirs, parvis et galeries, ras et haut de jardin de la « nouvelle bibliothèque du boulevard François Mauriac » Austerlitz en quête d'informations sur la biographie de son père.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

Classification

Autres références

«  SEBALD W. G. (1944-2001)  » est également traité dans :

AUSTERLITZ (W. G. Sebald) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 966 mots

La disparition brutale de W. G. Sebald en 2001, à l'âge de cinquante-sept ans, a mis un terme prématuré à une œuvre qui, en quatre livres majeurs, avait ouvert la voie à une nouvelle écriture narrative. Sa poétique du récit s'est fixée pour mission d'exhumer les fragments engloutis du passé, car « le monde pour ains […] Lire la suite

DE LA DESTRUCTION COMME ÉLÉMENT DE L'HISTOIRE NATURELLE (W. G. Sebald)

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 978 mots

Invité en 1997 à l'université de Zurich, W. G. Sebald choisit comme sujet de ses conférences la « Guerre aérienne et [la] littérature ». Le texte légèrement remanié parut en Allemagne deux ans plus tard sous le même titre (De la destruction comme élément de l'histoire naturelle, trad. P. Charbonneau, Actes Sud, Arles, 2004). L'auteur pouvait-il prévoir que ses essais, souvent m […] Lire la suite

LES ÉMIGRANTS et LES ANNEAUX DE SATURNE (W. G. Sebald)

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 105 mots
  •  • 1 média

En 1999, la traduction des deux livres publiés en allemand par W. G. Sebald – Les Émigrants (trad. Patrick Charbonneau, Actes sud) et Les Anneaux de Saturne (trad. Bernard Kreiss, Actes sud,) – a suscité en France un très vif intérêt après avoir rencontré aux États-Unis un grand succès. Qualifiés par leur auteur de fictions, ces ouvrages se fondent sur des r […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La fin d'une époque »  : […] Les années 1990 ont vu mourir les grandes voix de la littérature allemande de l'après-guerre, d'Elias Canetti (1905-1994) à Heiner Müller (1929-1995), en passant par Thomas Bernhard (1931-1989), Max Frisch (1911-1991), Hans Sahl (1902-1993), Stephan Hermlin (1915-1997) et Stefan Heym (1913-2001), des écrivains qui pour la plupart ont été les témoins des heures les plus sinistres de l'histoire alle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole BARY, « SEBALD W. G. - (1944-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/w-g-sebald/