MÖRIKE EDUARD (1804-1875)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu abondante, l'œuvre de Mörike est d'une qualité constante. Indifférent à la politique, n'estimant guère Heine, le plus connu des poètes polémistes, il porte à une perfection extrême les qualités de l'École souabe : musicalité du vers, plasticité des images, attachement au terroir et à la poésie populaire. Mais l'étroitesse et, parfois, la sécheresse de cette poésie d'une placidité bourgeoise sont étrangères à Mörike, qu'une constitution maladive, une sensibilité frémissante à l'atmosphère, une oreille délicate, une émotivité douloureuse ont doué, dès sa jeunesse, d'un tempérament lyrique. Encore qu'il ait écrit quelques nouvelles, de gracieux contes et un long roman, bizarrement qualifié de « nouvelle », Le Peintre Nolten, sur le modèle mis à la mode par Goethe et Jean-Paul, l'essentiel tient dans ces poèmes réunis pour la première fois dans le mince volume de 1838, qui connut trois rééditions augmentées jusqu'à sa mort.

La quête de l'enfance perdue

Œuvre plus subtile que forte, multiforme, qu'il est difficile de ramener à quelques traits généraux. Mörike n'a pour ainsi dire jamais quitté la Souabe (où il naquit à Ludwigsburg), et son monde s'étend du lac de Constance à la Forêt-Noire ; limitation frappante, en un temps où l'exotisme triomphe en Allemagne, et qui, comme son refus de la politique, prend l'allure du repli vers un microcosme protecteur. Mörike reste en quête d'une harmonie goûtée dans l'enfance, perdue dans les crises de l'adolescence – mort de son père, appauvrissement de sa famille, égarements amoureux – et qu'il tente de ressusciter sous des formes diverses. Tantôt ce visionnaire ému par le frôlement du bizarre se sent en rapport magique avec les Invisibles, elfes taquins, géants balourds, démones fascinantes et perfides ; tantôt son âme mobile réagit aux nuances de la lumière et des saisons en se fondant avec la Nature dans une union mystique où la dualité du moi et des choses, source d'inquiétude, est surmontée dans une étreinte voluptueuse. Parmi les éléments analysés par G. Bachelard, c'est l'air qui captive l'imagination du poète, et il s'es [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'allemand, professeur de littérature allemande à l'Université libre de Bruxelles et à la Vrije Universiteit Brussel

Classification


Autres références

«  MÖRIKE EDUARD (1804-1875)  » est également traité dans :

BIEDERMEIER, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 526 mots

Époque, mode de vie, mais aussi style littéraire et artistique, le Biedermeier coïncide avec la période de 1815-1848, celle du Vormärz et de la Restauration, celle de Junge Deutschland et de la Sainte-Alliance, celle de la paix après les guerres sanglantes et celle du régime répressif de Metternich en Europe centrale. Le philistin naïf et borné qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biedermeier-litterature/#i_38656

WOLF HUGO (1860-1903)

  • Écrit par 
  • Stéphane GOLDET
  •  • 2 562 mots

Dans le chapitre « Les lieder (1888-1897) »  : […] De 1888 à 1891, Hugo Wolf se consacre presque exclusivement à la composition. Ses recueils de lieder seront écrits à grands traits, à raison d'une, voire de deux pièces par jour. En février 1889, cent vingt-quatre lieder (soit un peu plus de la moitié des deux cent quarante-deux qu'il publiera) sont déjà écrits : cinquante-trois Mörike Lieder , vin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-wolf/#i_38656

Pour citer l’article

Henri PLARD, « MÖRIKE EDUARD - (1804-1875) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eduard-morike/